Barack Obama souligne son admiration pour Justin Trudeau

Publié le 14/11/2019 à 06:47

Barack Obama souligne son admiration pour Justin Trudeau

Publié le 14/11/2019 à 06:47

Par La Presse Canadienne

(Archives)

L'ancien président américain Barack Obama a tenu à souligner son admiration pour Justin Trudeau mercredi, affirmant que la façon de faire de la politique qu'adopte le premier ministre est similaire à la sienne.

Barack Obama, qui a donné son appui à M. Trudeau vers la fin de la récente campagne électorale fédérale, a tenu ces propos au cours d'une séance d'une heure au cours de laquelle il répondait à des questions devant une foule de 9000 spectateurs rassemblés à guichets fermés au Centre Banque Scotia à Halifax.

L'ancien président âgé de 58 ans a mentionné les noms de Justin Trudeau et de l'ancien premier ministre Stephen Harper lorsqu'il a été invité à parler des plus grands défis auxquels sont confrontées les relations canado-américaines.

Après avoir marqué une pause un peu théâtrale, qui a entraîné quelques rires nerveux dans la foule, M. Obama a déclaré qu'il n'était pas trop inquiet pour le Canada.

«De tout ce qui me rendait nerveux, les relations américano-canadiennes étaient au bas de la liste, a-t-il indiqué. Ce qui ne signifie pas pour autant l'absence de problèmes bilatéraux importants.»

Barack Obama, vêtu d'une veste foncée et d'une chemise blanche, a noté que ses deux mandats _ de 2009 à 2017 _ ont chevauché le gouvernement conservateur dirigé par Sephen Harper et le gouvernement libéral dirigé par Justin Trudeau, qui avait accédé au pouvoir en 2015.

«Des politiques très différentes... et bien que mes propres politiques soient évidemment beaucoup plus proches de celles de Justin, nous avons pu faire du bon travail avec le gouvernement de Stephen Harper sur un grand nombre d'enjeux et nous avons été en désaccord sur certains d'entre eux _ et c'était correct.»

M. Obama a soutenu que les valeurs américaines et canadiennes sont très similaires.

«Regardons les choses en face, a-t-il dit. Quand vous vous présentez aux États-Unis, nous ne pouvons pas dire que vous êtes des Canadiens la moitié du temps. Vous nous infiltrez en quelque sorte sans que nous ne nous en rendions compte.»

M. Obama a fait la une des journaux partout au Canada le 16 octobre _ cinq jours avant le jour du scrutin fédéral _ lorsqu'il a annoncé sur Twitter son appui à Justin Trudeau, affirmant qu'il était fier de travailler avec le premier ministre lorsqu'il était président.

«Il est un leader travaillant et efficace qui s'attaque à des enjeux majeurs comme les changements climatiques, avait-il écrit. Le monde a besoin de son leadership progressiste en ce moment, et j'espère que nos voisins du Nord l'appuieront pour un autre mandat.»

Le tweet a dynamisé la campagne Justin Trudeau, mais il a également soulevé des questions au sujet de l'ingérence politique dans la campagne électorale.

L'événement s'est déroulé dans le contexte d'une journée historique à Washington, où la première audience publique a eu lieu dans le cadre de la procédure de destitution du président américain Donald Trump _ mais Barack Obama n'a pas mentionné le nom de Donald Trump à Halifax.

Sur le même sujet

L'IA représente une occasion et un danger, affirme Barack Obama

Édition du 23 Novembre 2019 | François Normand

Adulée par les uns, décriée par les autres, l'intelligence artificielle (IA) représente à la fois une formidable ...

Barack Obama a raison: nous vivons à une belle époque

15/11/2019 | François Normand

ANALYSE - La perception est forte que nous vivons des heures sombres. Or, c'est faux, si l'on analyse l'histoire.

À la une

Gérer son risque de survie

EXPERT INVITÉ. Imaginez si vous épuisiez vos économies avant de mourir...

Pourquoi Claret a augmenté sa participation dans Alithya

Il y a 9 minutes | Denis Lalonde

BALADO. Claret a récemment augmenté sa participation dans Alithya. Pourquoi? On en parle avec Vincent Fournier.

10 choses à savoir vendredi

Il y a 50 minutes | Alain McKenna

Ce pickup électrique veut en découdre avec Tesla. La menace qui guette Hydro-Québec, Labatt au-delà de la bière.