Adieu tourisme, bonjour «tripisme» !


Édition du 17 Octobre 2015

Adieu tourisme, bonjour «tripisme» !


Édition du 17 Octobre 2015

Par Olivier Schmouker

Si je vous dis «tourisme», je suis sûr que certaines images vous viennent en tête : un avion qui fend le ciel bleu, un immense aéroport, un bus qui vous emmène dans une station touristique, une plage de sable chaud et fin, et puis l'océan bleu vert, à l'infini ; ou encore, la tour Eiffel à Paris, la Sagrada Familia à Barcelone, le Colisée à Rome, etc. Sans parler du farniente, de la bonne bouffe et du polar qui pimente le tout. La belle vie, quoi !

Mais ça, excusez-moi de vous le dire, c'était avant. Oui, avant que le tourisme ne prenne un tout nouveau visage, à un point tel qu'on devrait changer de terme pour adopter celui de «tripisme», un néologisme de notre cru.

Trois tendances sont en train de bouleverser le tourisme tel que nous le connaissons : le partage ; l'authenticité ; la connectivité. C'est ce qui transparaît d'un livre blanc réalisé par Parkour3, une agence montréalaise de marketing numérique spécialisée, entre autres, dans le tourisme. Voici quelques exemples lumineux.

> Partage. Plus besoin de présenter Airbnb, qui permet de louer le logement d'un particulier n'importe où sur la planète ; plus de 25 millions de voyageurs s'en sont déjà servis, et il existe même une section «voyage d'affaires» depuis peu. FlightCar, quant à lui, permet aux passagers de vol ayant laissé leur voiture à l'aéroport de la faire louer durant leur voyage ; à leur retour, ils retrouvent leur véhicule à l'endroit où ils l'avaient laissé et empochent de l'argent. De la même manière, WorldCraze repose sur le magasinage collaboratif : en échange d'une prime, un concitoyen achète pour vous à l'étranger le produit que vous voulez et vous le rapporte dans ses bagages, ce qui vous permet de faire des économies (taxes, taux de change, etc.).

> Authenticité. Un récent sondage d'Airbnb a montré que 89 % des touristes qui se rendent à Montréal souhaitent «vivre comme les Montréalais», c'est-à-dire loger et manger exactement comme eux. Ce qui signifie qu'ils recherchent avant tout une expérience authentique, à l'antipode des sempiternels attrape-touristes. Exemples : VizEat, une plateforme culinaire collaborative, propose de manger chez l'habitant ; Couchsurfing permet de loger gratuitement chez un particulier, en échange d'une spécialité de chez soi ou de la préparation d'un repas.

> Connectivité. Aujourd'hui, selon une étude de Strategy Analytics, chaque touriste possède en moyenne 1,7 objet connecté au Web (cellulaire, tablette numérique, etc.) dont il se sert quotidiennement. En conséquence, nous nous attendons de plus en plus à recourir à la connectivité pour agrémenter notre voyage. D'où l'apparition du concierge numérique : l'hôtel InterContinental de Miami propose à ses clients des tables basses numériques permettant de commander des cocktails, de réserver des sorties ou d'observer en temps réel la Biscayne Bay. Il y a également la valise connectée, la Bluesmart : à l'aide de son cellulaire, on peut savoir en tout temps où elle se trouve, si bien qu'il n'est plus possible qu'elle soit vraiment «perdue».

S'adapter ou mourir

«Combinées, ces trois tendances majeures changent carrément la donne. Car elles remettent en cause l'existence même de certains acteurs classiques de l'industrie du tourisme. Par exemple, les agences de location de voitures feraient bien de s'inquiéter de l'arrivée d'acteurs comme FlightCar. Ou des bureaux de change du type Weeleo, lequel permet l'échange gratuit de devises entre particuliers», explique en entrevue Karine Miron, directrice, stratégie interactive, de Parkour3 et coauteure de l'étude.

«Car, faute d'adaptation - comme le simple fait de chercher à tout prix à faire vivre une expérience inoubliable à leurs clients -, ils iront droit dans le mur. D'ailleurs, certains s'en mordent maintenant les doigts ; pensons aux taxis et à leur "uberisation" à la vitesse grand V», a-t-elle illustré.

Bref, le voyageur de demain voudra non pas faire un tour plus ou moins grand dans un pays étranger, mais bel et bien y vivre un trip. Fait de rencontres inédites, de visites marquantes et d'expériences authentiques. Le plus simplement du monde, un cellulaire à la main. Bienvenue, donc, dans la nouvelle ère du tripisme !

Suivez Olivier Schmouker sur Twitter @OSchmouker

À la une

Bourse: Wall Street bondit, fêtant le ralentissement de l'inflation américaine

Mis à jour à 16:58 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le vert, en hausse de 307 points.

À surveiller: Nuvei, Coveo et BRP

Que faire avec les titres de Nuvei, Coveo Solutions et BRP? Voici quelques recommandations d’analystes.

Titres en action: Honda, Toshiba, Vestas

Mis à jour à 08:50 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.