41% des mères estiment qu'être parent a freiné leur carrière

Publié le 05/11/2015 à 15:30

41% des mères estiment qu'être parent a freiné leur carrière

Publié le 05/11/2015 à 15:30

Par AFP

Les deux parents travaillent à plein temps dans près de la moitié des foyers américains à deux parents, si bien que l'équilibre entre travail et famille est "difficile" à trouver, estime la majorité de ces foyers, rapporte une étude du Pew Research Center.

Avec l'arrivée grandissante des mères sur le marché du travail, la part des foyers où les deux conjoints travaillent à temps plein atteint 46%, au lieu de 31% en 1970, précise cette étude publiée mercredi.

La part des foyers où le père travaille à plein temps et la mère ne travaille pas à l'extérieur a sur la même période diminué, passant à 26% au lieu de 46% en 1970, selon Pew.

Dans les foyers où mère et père travaillent, 56% des parents (60% des mères et 52% des pères) estiment que l'équilibre entre leurs responsabilités familiales et celles au travail est "très" ou "assez difficile" à trouver.

Cet équilibre est d'autant plus difficile à trouver que les parents sont diplômés et blancs, selon Pew.

Les mères qui travaillent sont 41% à estimer qu'être parent les a freinées dans leur carrière. Seuls 20% des pères disent la même chose.

La moitié de ces parents se plaignent de ne pas avoir assez de temps libre, surtout les mères qui travaillent à plein temps (59%) davantage que celles qui sont à temps partiel (48%).

Pour autant, les tâches ménagères et parentales sont davantage partagées au sein des couples où les deux travaillent, souligne Pew.

Certes plus de la moitié de ces parents (54%) affirment que ce sont davantage les mères qui s'occupent des activités des enfants, quand 39% pensent que la tâche est également partagée, et 6% pensent que ce sont davantage les pères.

Mais ils sont 47% à penser que s'occuper des enfants quand ils sont malades est une tâche partagée et autant à penser que cette tâche est davantage remplie par les mères (6% pensent que ce sont davantage les pères).

Quant aux tâches ménagères et aux responsabilités, ils sont 59% à penser que ces tâches sont partagées équitablement (31% pensent que ce sont davantage les mères qui s'en occupent, 9% que ce sont davantage les pères).

L'autorité sur les enfants ou encore jouer avec eux sont des activités partagées (pour respectivement 61% et 64% d'entre eux).

Ces foyers où les deux parents travaillent sont aussi plus riches que les autres, avec un revenu médian de 102.400 dollars par an, au lieu de 84.000 dollars pour les foyers où seul le père travaille à plein temps.

Ce sondage a été mené du 13 au 15 octobre auprès de 1.807 parents américains ayant un enfant ou plus de moins de 18 ans.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Et vous, quel conseil donneriez-vous au jeune vous-même?

15/08/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Une interrogation existentielle qui, mine de rien, est lourde de conséquences, selon une étude...

Employeurs, corrigez le tir, vite!

13/08/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Vous souffrez de la pénurie de main-d'oeuvre? Non, en vérité, vous souffrez d'un tout autre mal...

À la une

10 choses à savoir mardi

Il y a 21 minutes | Alain McKenna

Toronto, Silicon Valley du nord. Montréal au sommet de l'IA en Amérique. Pourquoi faire le plein coûtera moins cher.

L'immense et désespérante solitude des RH

BLOGUE. Les employés ont une méconnaissance crasse de ce que font les RH, selon une étude. À qui la faute?

Le lithium, une vraie mine d'or pour le Québec, selon François Legault

«On a le potentiel de prendre notre place dans cet énorme marché.»