10 choses à savoir mercredi

Publié le 22/07/2015 à 07:34

10 choses à savoir mercredi

Publié le 22/07/2015 à 07:34

Par Yannick Clérouin et Julien Abadie

Point 5: imaginez que votre véhicule se fasse pirater en pleine circulation...

Bon mercredi! Voici 10 informations qui méritent votre attention en ce mercredi 22 juillet.

Allez au point 10 et découvrez l'erreur à 4600$ commise par 66% des conducteurs!

1-Après les hôtels et les taxis, l’économie du partage s’est trouvé une nouvelle cible à Toronto: les places de stationnement. Sortie ce mois-ci, l’application Rover a déjà été téléchargée 1000 fois sur l'App Store d’Apple. Le principe est simple: les utilisateurs téléchargent l’application, entrent les informations de leur compte bancaire et de leur véhicule, puis ils cherchent sur une carte les emplacements de stationnement mis à disposition par les propriétaires. Tarif maximal de la place: 2$ de l’heure. De quoi concurrencer aisément les places offertes par la ville. Son cofondateur, Tim Wooton, ne renie pas la filiation avec Uber. Au contraire. «Nous voulons juste que les gens qui ont des places de stationnement vacantes aident ceux qui en cherchent en se faisant un peu d’argent. Notre but est de faciliter la vie de ceux qui roulent à Toronto. Nous voulons travailler main dans la main avec la ville.» Mais du côté de la ville on ne veut rien savoir, à l’image de Klaus Lehmann, en charge de la question des zones de stationnement. «Ce n’est pas légal, a-t-il déclaré au Huffington Post. Donc je pense qu’on n’entamera même pas la discussion.» Selon lui, le simple fait de louer un espace personnel le transforme automatiquement en stationnement commercial. Les contrevenants s’exposeraient à 5000$ d’amende.

2-Combien de montres connectées Apple(Nasdaq, AAPL) a-t-elle vendues à son plus récent trimestre, le premier où la Watch a été commercialisée? La plus importante entreprise du monde au chapitre de la valeur boursière semble gênée de donner l’heure juste aux investisseurs sur la performance de sa première grande innovation depuis la mort de Steve Jobs en 2011. «Ce n’est pas une question de ne pas être transparent, mais nous ne voulons pas donner à nos concurrents de l’information critique à propos d’un produit sur lequel nous avons travaillé extrêmement fort», a dit le pdg d’Apple, Tim Cook. Une explication que Bloomberg qualifie de peu transparente. Après tout, Apple avait dévoilé les résultats initiaux du iPhone en 2007, même s’il était un produit révolutionnaire et que la société faisait ses premiers pas dans le marché de la téléphonie mobile. La société avait aussi dévoilé les chiffres de ventes du iPad dès son arrivée sur le marché. L’analyse de Bloomberg conclut que ce n’est pas pour des raisons concurrentielles que le géant à la pomme garde confidentielles les ventes de sa montre, mais plutôt de crainte de décevoir les investisseurs.

3-Parlant d'Apple, ses résultats dévoilés mardi après la fermeture des marchés ont déçu les investisseurs à certains égards. L'entreprise californienne et sa rivale Microsoft(Nasdaq, MSFT) contribuent à faire fléchir Wall Street et les autres Bourses mondiales mercredi. Vers 8h30, les indices S&P 500, Dow Jones et  Nasdaq perdent respectivement 0,48%, 0,38% et 1,35% dans les négociations électroniques. La saison des résultats du deuxième trimestre bat son plein encore aujourd'hui avec le dévoilement de la performance des poids lourds du Dow Jones Coca-Cola(NY, KO), American Express(NY, AXP) et Boeing(NY, BA), entres autres. Lisez notre rubrique quotidienne Ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture pour les détails.

4-Les réseaux sociaux constituent une source de plus en plus utilisée pour prédire tendances, mode ou encore l’humeur des consommateurs. Mais peuvent-ils permettre de prévoir l’évolution des marchés boursiers? La Banque centrale européenne(BCE) pense que Twitter(Nasdaq, TWTR) a ce pouvoir. «Twitter a une capacité prédictive de la tendance à la hausse statistiquement et économiquement significative en ce qui a trait au prix des actions aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada», peut-on lire dans l’étude de la BCE. En d’autres mots, ce que les gens disent sur Twitter peut permettre de prévoir si les Bourses monteront ou pas dans une journée donnée, avance Business Insider. Twitter serait plus efficace que Google pour prévoir l’évolution des marchés. Nous rapportions récemment dans cette rubrique qu’une start-up allemande tente de mettre au point une plateforme faisant appel à l’intelligence artificielle qui permettrait de prédire l’évolution des actions, du prix du pétrole et d’autres titres financiers. Oui, la technologie peut aider à prévoir certains mouvements boursiers, mais nous persistons à le dire: pour s’enrichir à long terme, rien n’égale une analyse approfondie des entreprises dans lesquelles on investit. Lisez l'étude complète.

5-Imaginez: vous roulez tranquillement dans votre voiture, lorsque tout à coup la musique se déclenche, les essuie-glaces s’agitent, la ventilation se met en route et, finalement, le moteur se coupe en pleine circulation. Non, votre véhicule n’est pas une Google Car devenue folle, il vient juste de se faire pirater. C’est l’expérience hallucinante qu’a tenté un journaliste du magazine Wired. Lancé sur l’autoroute à bord d’une Jeep Cherokee, il a laissé deux informaticiens (Charlie Miller et Chris Valasek) prendre le contrôle de son véhicule à plusieurs kilomètres de distance avec un simple ordinateur portable. Leur logiciel permet de tout contrôler: tableau de bord, climatisation, freins, moteur… Dans la vidéo ci-dessous, on peut entendre les deux pirates dire au conducteur: «Quoi qu’il arrive, ne panique pas.» Mais au fur et à mesure de cette expérience de voiture fantôme, on sent bien que le journaliste devient de plus en plus nerveux. Au moment où le moteur se coupe au beau milieu de l’autoroute, on peut même dire qu’il ne trouve plus ça drôle du tout. Du côté des constructeurs, on commence à prendre le problème du piratage automobile au sérieux.

Allez au point 10 et découvrez l'erreur à 4600$ commise par 66% des conducteurs!

À la une

Hydro-Québec préfère encore snober l’industrie du bitcoin

LES CLÉS DE LA CRYPTO. Ces trois dernières années, Hydro-Québec s'est rendue indésirable pour l'écosystème du bitcoin.

Comment rendre infaillible son approvisionnement?

BALADO. PME, sortez votre boule de cristal.

La Banque du Canada doit faire plus pour aider les peuples autochtones, dit Macklem

Il y a 4 minutes | La Presse Canadienne

La Banque du Canada a pour mandat de promouvoir le bien-être économique et financier de tous au Canada,