Trois jours de grève à la Société de transport de Laval

Publié le 20/10/2021 à 08:16

Trois jours de grève à la Société de transport de Laval

Publié le 20/10/2021 à 08:16

Par La Presse Canadienne

Pour ce qui est de la question salariale, le syndicat affirme revendiquer les mêmes augmentations que ce qui est offert dans d’autres secteurs d’activité. (Photo: 123RF)

Il y aura grève des chauffeurs d’autobus à la Société de transport de Laval le 3 novembre, ainsi que le 15 et le 26 du même mois.

La section locale concernée du Syndicat canadien de la fonction publique affilié à la FTQ, qui les représente, en fait l’annonce mercredi. Le syndicat représente 627 chauffeurs d’autobus.

Les membres du syndicat s’étaient dotés d’un mandat de grève, en janvier dernier, dans une proportion de 99%. La direction de la STL avait demandé la médiation à la mi-septembre.

Le syndicat relate, parmi les points en litige, la volonté de la société de transport d’annuler des trajets d’autobus lorsque la demande n’est pas suffisante, ainsi que la flexibilité attendue des chauffeurs surnuméraires et le choix des horaires.

Pour ce qui est de la question salariale, le syndicat affirme revendiquer les mêmes augmentations que ce qui est offert dans d’autres secteurs d’activité.

La direction, quant à elle, a déploré que le syndicat ait recours à la grève et prenne ainsi les clients en otages, alors qu’elle tente de relancer le transport collectif. Elle affirme devoir absolument respecter son cadre financier serré, dans le contexte de la COVID-19.

Sur le même sujet

À la une

Omicron plonge les Fêtes et les Canadiens dans l'incertitude

Mis à jour il y a 25 minutes | La Presse Canadienne

Les plans de nombreux Canadiens en vue du temps des Fêtes sont plongés dans l’incertitude.

5. Calendrier de l'avent des affaires: le métavers

CALENDRIER DE L'AVENT DES AFFAIRES. Univers parallèle dans lequel rêvent de se réfugier les habitants des pays riches...

Nationaliser l’hydrogène vert serait une mauvaise idée

04/12/2021 | François Normand

ANALYSE. L'industrie n'a pas de problème, et on se priverait de capitaux privés, en plus d'assumer tous les risques.