« Les meilleurs auditeurs sont les employés. Ils sont essentiels au commerce équitable. »


Édition du 02 Juin 2018

« Les meilleurs auditeurs sont les employés. Ils sont essentiels au commerce équitable. »


Édition du 02 Juin 2018

Par Diane Bérard

L’Américain Paul Rice est un pionnier du commerce équitable, qu’il décrit comme la création supplémentaire de valeur pour tous, et non la simple redistribution de la valeur existante. Son action, qui a débuté dans le secteur des aliments, s’étend aujourd’hui à celui du vêtement. Je l’ai rencontré à Oxford, au Skoll World Forum on Social Entrepreneurship.

L'Américain Paul Rice est un pionnier du commerce équitable, qu'il décrit comme la création supplémentaire de valeur pour tous, et non la simple redistribution de la valeur existante. Son action, qui a débuté dans le secteur des aliments, s'étend aujourd'hui à celui du vêtement. Je l'ai rencontré à Oxford, au Skoll World Forum on Social Entrepreneurship.

Diane Bérard - Fair Trade USA a 20 ans cette année. Quelle est votre mission ?

Paul Rice - Nous contribuons à une meilleure qualité de vie pour les petits producteurs et à un développement pérenne pour les collectivités. Nous incitons les acheteurs à éliminer les intermédiaires pour traiter directement avec les producteurs. Nous encourageons aussi ces acheteurs à offrir un prix juste à leurs fournisseurs. Fair Trade USA est présent dans 70 pays, en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Nos interventions touchent 1,5 million d'agriculteurs, ainsi que leurs travailleurs et leur famille. Ces agriculteurs font pousser les bananes, le café, le thé, le sucre... que nous consommons chaque jour. Au total, nous certifions 30 aliments.

D.B. - Votre certification confirme que le producteur de l'aliment qu'on achète a reçu un prix équitable pour ses produits, c'est ça ?

P.R. - Notre certification embrasse plus large. Pour l'obtenir, un producteur doit respecter certaines conditions de travail à l'égard de ses employés. Nous établissons, par exemple, le nombre d'extincteurs requis dans une usine ainsi que des heures minimales de formation en santé et sécurité, de même que des normes environnementales spécifiques.

D.B. - À quelle fréquence visitez-vous les producteurs certifiés ?

P.R. - Nous les auditons une fois par année. Mais cela ne suffit pas. Chez chaque producteur, nous formons des employés qui deviennent des auditeurs internes toute l'année. Vous savez, la plupart du temps, lorsqu'il y a un problème au champ ou dans l'usine, ce n'est pas parce que le producteur se fiche du bien-être de ses employés. C'est plutôt parce que le monde des affaires va trop vite. On oublie de poser un extincteur dans la pièce, par exemple. En comptant sur la vigilance des employés auditeurs, on évite bien des tracas.

D.B. - En 2012, le secteur du vêtement vous a demandé de répéter pour eux ce que vous avez réussi pour le café. Racontez-nous.

P.R. - Différents groupes nous ont approchés : des activistes, des syndicats, des marques, des détaillants et des groupes de consommateurs. Nous avons déployé un projet pilote en Inde et au Sri Lanka. Nos débuts ont été modestes : une usine, puis deux, puis trois... Jusqu'à ce que Patagonia joigne l'initiative. En 2014, ils ont voulu tester notre modèle de commerce équitable. Patagonia accomplissait déjà un travail exceptionnel en environnement, mais elle ne s'était pas vraiment attaquée aux enjeux sociaux liés à son secteur.

D.B. - Patagonia recrutait déjà des auditeurs externes pour vérifier ses fournisseurs. Pourquoi avait-elle besoin de Fair Trade USA ?

P.R. - Un auditeur qui passe quelques heures ou même quelques jours dans une usine ne remarquera jamais ce qu'un employé formé - qui connaît le travail et ses collègues - voit au quotidien.

D.B. - Votre méthode de certification développée pour les aliments se transpose-t-elle facilement au secteur du vêtement ?

P.R. - Je dirais que 70 % de cette certification se transpose facilement et 30 % a dû être réinventé. Ainsi, la plupart des employés du secteur agricole travaillent à l'extérieur. Ceux du secteur du vêtement travaillent en usine. Il a fallu revoir les normes de sécurité exigées.

D.B. - Le processus de certification a progressé plus rapidement pour le secteur du vêtement que pour le secteur agricole. Pourquoi ?

P.R. - Les usines de vêtements se trouvent en ville, là où la technologie est plus accessible. Cela permet de récolter des données et facilite notre suivi. Nous employons une technologie nommée Laborlink. Les employés accèdent à cette plateforme avec leur cellulaire. Ils répondent à des sondages mensuels concernant leurs conditions de travail. Nous souhaitons que les travailleurs agricoles aient aussi accès à Laborlink, mais la connectivité dans les montagnes, par exemple, pose problème. Et plusieurs agriculteurs ont des cellulaires, mais pas nécessairement des téléphones intelligents. Cela devrait se corriger d'ici deux à trois ans. Le secteur agricole pourra alors profiter des innovations développées pour le secteur du vêtement.

D.B. - Quelle est la prochaine étape de votre relation avec le secteur du vêtement ?

P.R. - Nous cherchons de 8 à 10 millions de dollars américains pour étendre notre méthode de certification aux pays difficiles comme le Cambodge, le Bangladesh et, surtout, la Chine.

D.B. - Vous estimez que le secteur du vêtement chinois posera un défi plus important que celui de l'Inde. Pourquoi ?

P.R. - Il sera plus difficile d'obtenir la collaboration et l'implication des employés chinois pour les audits que des employés indiens. C'est une question de culture. Je prévois aussi qu'il sera plus ardu d'implanter des regroupements de travailleurs dans les usines chinoises. Nous amorçons notre action au Vietnam et nous rencontrons une certaine résistance. Cela nous donne un avant-goût de ce que réserve la Chine, car, culturellement, le Vietnam se situe entre l'Inde et la Chine.

D.B. - Comment Fair Trade USA se finance-t-elle ?

P.R. - Nos frais d'exploitation sont couverts par les revenus des audits. Les nouveaux projets, comme le lancement de la certification pour le secteur du vêtement, sont financés par la philanthropie. Au cours des quatre dernières années, nous avons recueilli 20 M$ US pour lancer, entre autres, la certification du poisson. Nous visons un donateur principal qui contribue à hauteur de 40 % ou de 50 % pour lancer le bal. Dans le cas de la campagne de 20 M$ US, notre donateur principal est un entrepreneur du secteur du café qui connaît bien le commerce équitable. Au fil des années, il nous a accordé plusieurs dons. La confiance s'est installée. Il était mûr pour un don majeur.

D.B. - Votre façon de solliciter du financement a-t-elle évolué en 20 ans ?

P.R. - Je consacre moins de temps à exposer le problème. Pour moi, il est assez simple. Côté pile, vous avez des travailleurs pauvres et exploités. Côté face, vous avez des entreprises qui se mettent à risque de non-qualité, de mauvaise réputation et de mauvais rendements. Je m'attarde surtout à notre solution, nos impacts et en quoi la philanthropie peut nous aider à obtenir cet impact.

D.B. - Que pensez-vous de la pression des bailleurs de fonds pour démontrer l'impact de l'entrepreneuriat social ?

P.R. - Les entrepreneurs sociaux sont de bons conteurs. Mais nous devons aussi recueillir des données pertinentes et en tirer des conclusions utiles. Certains disent, agacés : « Je contribue à améliorer la situation depuis 10 ans. Pourquoi dois-je encore prouver que mon modèle fonctionne ? » C'est une question de discipline. Il est bon d'être redevable par rapport à nos objectifs. Et puis, il faut mesurer pour s'améliorer. Un entrepreneur social veut changer le monde. Il devrait vouloir accroître son impact.

Consultez le blogue de Diane Bérard : www.lesaffaires.com/blogues/diane-berard

À la une

Votre équipe aussi peut maîtriser l'art de l'empathie

RHÉVEIL-MATIN. «Maintenant, en tant qu'employeur, on doit mériter le déplacement».

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Mis à jour il y a 34 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés s'apaisent avec l'intervention de la Banque d'Angleterre.

Jour 32: le blitz médiatique se poursuit pour les chefs

Il y a 41 minutes | La Presse Canadienne

Les activités des cinq chefs pour cette 32e journée de campagne électorale.