Tristan & Iseut veut se protèger de ses créanciers

Publié le 04/08/2020 à 11:22

Tristan & Iseut veut se protèger de ses créanciers

Publié le 04/08/2020 à 11:22

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

Le détaillant montréalais Boutique Tristan & Iseut veut obtenir une protection de la cour contre ses créanciers.

La société derrière la marque de mode Tristan a déposé, le 21 juillet, un avis d’intention de présenter une proposition en vertu de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité, selon des documents publiés en ligne par le syndic MNP.

MNP a expliqué que l’avis était souvent la première étape d’un processus de restructuration et protégeait les entreprises des créanciers jusqu’à ce qu’elles puissent créer un plan de réorganisation.

Tristan se joint à d’autres détaillants canadiens, tels que Frank et Oak, Reitmans et le Groupe Aldo, qui ont demandé ces derniers mois une forme de protection contre leurs créanciers.

L’entreprise, fondée en 1973, a longtemps fait valoir que jusqu’à 30 % de ses vêtements étaient de fabrication canadienne.

Plus récemment, Tristan a fabriqué des écrans faciaux pouvant être utilisés comme équipement de protection pendant la pandémie de COVID-19.

 

Sur le même sujet

Gilles Fortin laisse la présidence de Tristan à sa fille

14/06/2017 | René Vézina

Un des piliers du commerce de détail au Québec a annoncé son départ... au piano.

Suitsupply, la provocante, débarque à Montréal

Mis à jour le 11/03/2016 | Martin Jolicoeur

Originaire d’Amsterdam, la chaîne se spécialise dans la vente de complets, chemises et accessoires pour hommes. 

À la une

Vers la création d'un troisième parti à Washington?

15/01/2021 | François Normand

ANALYSE — L'histoire américaine est parsemée de tiers partis ou de candidats indépendants lors des présidentielles.

Étude WOW 2020: les champions de l'expérience client en temps de pandémie

15/01/2021 | Kévin Deniau

ÉTUDE WOW 2020. Les Aliments M&M et Simons arrivent en tête de liste.

#Onestouvert, un mot-clic au secours des restaurateurs

15/01/2021 | Catherine Charron

L'expression «est venue d’un franchisé à bout de souffle qui voulait juste faire entendre qu’il était ouvert »