Starbucks veut réduire son gaspillage d'eau et de déchets

Publié le 21/01/2020 à 14:02

Starbucks veut réduire son gaspillage d'eau et de déchets

Publié le 21/01/2020 à 14:02

Par AFP

(Photo: 123RF)

Améliorer sa gestion de l’eau et des déchets, réduire les gobelets à usage unique, proposer plus de produits à base de plantes : sur fond de débats sur l’urgence climatique, la chaîne américaine de cafés Starbucks s’est fixé mardi de nouveaux objectifs environnementaux.

L’entreprise célèbre pour ses boissons à emporter dans des récipients en plastique ou en carton veut parvenir d’ici 2030 à réduire de moitié les émissions de carbone de ses activités et de sa chaîne d’approvisionnement, ainsi que les déchets envoyés en décharge par ses magasins ou entrepôts. 

Le groupe souhaite parallèlement mieux utiliser 50 % de l’eau consommée pour ses activités et la production de son café.

Autre initiative : Starbucks veut proposer plus de produits à base de plantes. 

Le groupe n’a pas précisé lesquels exactement, mais il offre déjà de remplacer le lait par des boissons végétales dans ses lattes et autres cappuccinos — sachant que les produits laitiers représentaient la part la plus importante de l’empreinte carbone de la chaîne en 2018 (21 % contre 11 % pour le café et 9 % pour les déchets).

Starbucks pourrait aussi offrir plus de produits servant d’alternatives à la viande dans ses sandwichs. L’action de la start-up végétalienne Beyond Meat bondissait à cet égard de 13,38 % à Wall Street mardi à la mi-séance quand celle de Starbucks reculait de 0,61 %. 

Parmi les autres initiatives évoquées, le groupe souhaite investir dans des pratiques agricoles plus durables et rendre plus écologiques ses magasins et l’ensemble de ses opérations, de la production des gobelets aux livraisons. Il avait déjà annoncé en 2018 la suppression des pailles en plastique d’ici 2020.

« Ce ne sera pas facile », reconnaît dans une lettre le directeur général Kevin Johnson. 

Le groupe s’était par exemple fixé en 2008 des objectifs sur la réutilisation des objets et le recyclage « sans précédent pour notre industrie, mais aussi largement tributaire de changements radicaux dans le comportement des clients », souligne-t-il. « Les résultats n’ont pas atteint nos attentes et ont souligné la nécessité d’une approche différente. »

Comme les autres grandes entreprises, Starbucks fait face à la pression grandissante des consommateurs et des investisseurs sur la question de son impact environnemental. 

Quelques-unes tentent d’amorcer des changements, à l’instar du gestionnaire d’actifs BlackRock qui a annoncé la semaine dernière vouloir devenir un leader des investissements durables, ou de Microsoft qui a promis que son empreinte carbone serait négative d’ici 2030. 

 


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Brèche de sécurité liée au système de paye Phénix

18/02/2020 | lesaffaires.com

Plusieurs milliers de fonctionnaires fédéraux ont été victimes d’une brèche de sécurité.

Dollarama perd 4,3%, voici pourquoi

Les appels de la part de clients inquiets mettent un analyste sur deux pistes.

Bombardier recule en Bourse après la vente de sa division ferroviaire à Alstom

Mis à jour le 18/02/2020 | La Presse Canadienne

L’annonce d’une transaction avec Alstom marquait la fin du redressement de Bombardier entamé il y a cinq ans.