Saskatchewan : un syndicat entre chez Wal Mart

Publié le 10/12/2008 à 00:00

Saskatchewan : un syndicat entre chez Wal Mart

Publié le 10/12/2008 à 00:00

Par La Presse Canadienne
Les leaders syndicaux ont applaudi, mardi, le jugement rendu par le Conseil des relations de travail de la Saskatchewan, qui doit étudier deux autres demandes d'accréditation dans les magasins Wal-Mart de North Battleford et Moose Jaw.



Un vice-président de Wal-Mart, Andrew Pelletier, a affirmé que la compagnie demanderait au conseil de reconsidérer sa décision. Il a argué que seulement 29 des 104 employés des ventes à Weyburn étaient présents quand le syndicat a présenté pour la première fois sa demande d'accréditation, le 19 avril 2004.



En 2006, Wal-Mart avait tenté en vain de convaincre la Cour suprême de la supposée partialité du Conseil des relations de travail de la Saskatchewan.



M. Pelletier a soutenu que les syndicats misaient sur des magasins Wal-Mart du Québec et de la Saskatchewan parce que les lois leur sont plus favorables dans ces deux provinces.



Au Québec, le géant du commerce de détail a déjà fermé un magasin à Jonquière et un atelier mécanique à Gatineau après que des travailleurs eurent tenté de se syndiquer. Toutefois, le magasin de Saint-Hyacinthe est devenu l'été dernier le premier en Amérique du Nord à obtenir une entente de convention collective par arbitrage.



image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

25/05/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.