Rona veut s'étendre aux États-Unis

Publié le 07/10/2010 à 18:41

Rona veut s'étendre aux États-Unis

Publié le 07/10/2010 à 18:41

Par La Presse Canadienne

Le détaillant de produits de rénovation Rona recherche activement des entreprises à acquérir et des occasions d'étendre ses services commerciaux et professionnels aux États-Unis.

L'entreprise québécoise tente de surmonter les obstacles auxquels fait face son commerce de détail, tel que la baisse de la confiance des consommateurs et l'augmentation de la concurrence en ajoutant des magasins indépendants et en élargissant ses activités commerciales.

Au Canada, cela signifie développer une plate-forme nationale en achetant des compagnies et en augmentant leur étendue en Ontario, au Québec, dans l'Ouest canadien et dans les Maritimes.

Le quincaillier Rona a acheté jeudi les actifs canadiens du spécialiste des systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation Don Park.

Sa nouvelle acquisition est une entreprise fondée en 1972 exploitant trois usines de fabrication, un centre de distribution ainsi que 14 succursales de vente en Ontario. Elle compte 400 employés et son chiffre d'affaires s'élève à plus de 90 millions $.

Don Park appartenait depuis 2005 au fonds d'investissement Terravest. La transaction, dont la valeur n'a pas été précisée, devrait être conclue d'ici la fin de 2010.

Don Park sera chapeautée par la Division du marché commercial et professionnel que Rona a mise sur pied en 2007.

Après la clôture de l'acquisition, cette division comptera 56 succursales et magasins, quatre centres de distribution et trois usines de fabrication en Colombie-Britannique, en Ontario et au Québec. Ses ventes annuelles s'élèveront à plus de 600 millions $.

Pour pénétrer sur le marché américain, Rona a récemment embauché un employé qui aide à examiner les occasions commerciales.

« Nous espérons effectuer une acquisition aux États-Unis en 2011, cela dépend de notre capacité à identifier la bonne série de cibles et les bons marchés », a indiqué dans une entrevue Michael Storfer, le vice-président de la division commerciale de Rona.

Trouver les bonnes conditions signifie chercher des entreprises que le quincailler peut faire croître. La proximité des opérations canadiennes n'est pas cruciale.

M. Storfer n'est pas refroidi à l'idée d'entrer sur le marché américain alors que le pays est secoué par une crise immobilière. Les meilleures occasions sont quelques fois dans des marchés qui ont touché le fond, a-t-il dit.

L'analyste Brian Yarbrough de la firme Edward Jones a noté que le marché américain s'était révélé trompeur pour les entreprises canadiennes.

Il s'est également montré critique de la décision de Rona de prendre de l'expansion même au Canada tandis que ses ventes souffrent de l'économie mal en point et du manque de confiance des consommateurs.

L'action de Rona a reculé de 0,05 $ jeudi à la Bourse de Toronto, clôturant à 13,28 $.

 

À la une

Inscrivez-vous au Défi Start-Up!

30/04/2021 | lesaffaires.com

Les Affaires est à la recherche de la start-up qui va révolutionner le futur. Ça pourrait être la vôtre!

Défi Start-up: les éléments d'un bon «elevator pitch»

06/05/2021 | Denis Lalonde

BALADO. Comment faire bonne impression auprès d'investisseurs potentiels en moins de 2 minutes? Anne Marcotte explique.

Voici le jury de la 6e édition du Défi Start-up Les Affaires

06/05/2021 | lesaffaires.com

DÉFI START-UP. Serge Beauchemin, Anne Marcotte, Éric Labelle et Marine Thomas sont les membres du jury cette année.