AEUMC: pas de répit pour les détaillants

Publié le 01/10/2018 à 15:48

AEUMC: pas de répit pour les détaillants

Publié le 01/10/2018 à 15:48

Photo: Martin Jolicoeur, Les Affaires.

Les détaillants qui espéraient encore trouver un certain répit dans le nouvel accord commercial, signé dimanche entre le Canada, les États-Unis et le Mexique, seront déçus.

En vertu de cette nouvelle entente, les détaillants américains vendant en ligne leurs produits à des consommateurs canadiens profiteront d’exemptions de taxes encore plus généreuses qu’auparavant.

Ainsi, le seuil d’achat minimum à partir duquel les taxes de vente provinciale (TVQ) et fédérale (TPS) devront être perçues passera de 20$ à 40$. Et le seuil d’achat à partir duquel les droits de douane devront être collectés passera de 20$ à 150$, soit une hausse de 650%.

Malgré ces reculs, le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) se dit soulagé du résultat. Les rumeurs des derniers mois laissaient croire en effet à un seuil pouvant atteindre les 800$. Une situation qui aurait été désastreuse pour les détaillants, autant que pour les gouvernements.

Selon l’économiste Pierre Emmanuel Paradis, les hausses de seuil imposées par ce nouvel Accord États-Unis- Mexique-Canada (AEUMC), réduira les revenus de taxes (TPS et TVQ) des gouvernements de 80 M$ à 220 M$, et de droits de douanes de 15M$ à 40M$. 

Pour leur part, les détaillants canadiens devront payer les droits de douane et taxes de vente applicables sur toutes leurs exportations excédant une valeur de 100 $US.

Au moment d’écrire ces lignes, le CQCD n’était pas en mesure de quantifier l’impact négatif de ces mesures sur les ventes et revenus des détaillants du Québec.

À la une

Voilà le Web3, la nouvelle dimension prometteuse pour l’entrepreneuriat

Mis à jour à 14:55 | François Remy

LES CLÉS DE LA CRYPTO. L’avènement de ce nouveau web, est rendu possible grâce à l’émergence du bitcoin

Virage numérique: le bon moment pour les minières

BLOGUE INVITÉ. Comme les minières ont eu «d'excellents résultats» en 2020 et 2021, le moment est idéal pour investir.

La forte hausse des salaires va perdurer!

EXPERT INVITÉ. Les salaires ont bondi de 5,7% au cours des 12 derniers mois au Québec.