Les trois priorités et les cinq promesses de Metro

Publié le 31/01/2012 à 17:11, mis à jour le 31/01/2012 à 18:30

Les trois priorités et les cinq promesses de Metro

Publié le 31/01/2012 à 17:11, mis à jour le 31/01/2012 à 18:30

Par Marie-Eve Fournier

Le président et chef de la direction du détaillant Eric La Flèche. Photo : Les Affaires

Voici quelques-uns des sujets abordés au cours de l’assemblée annuelle des actionnaires de Metro tenue aujourd’hui au centre-ville de Montréal.

Contexte difficile

Le président et chef de la direction, Eric Richer LaFlèche a dit qu’il abordait l’année 2012 « avec prudence ». Metro constate que les consommateurs recherchent « plus que jamais » un excellent rapport qualité-prix. L’épicier constate en effet une augmentation des ventes des produits en solde. Cela a d’ailleurs nuit au chiffre d’affaires du premier semestre de l’exercice 2011. Mais les choses s’améliorent un peu. Le taux de chômage demeure un élément préoccupant. Autre défi pour l’épicier qui possède 257 pharmacies (179 Brunet au Québec et 78 Drug Basics en Ontario) : la baisse du prix des médicaments génériques, décrétée en Ontario et au Québec, de même que la fin des brevets de quelques médicaments très importants. Des prix moins élevés ont forcément un impact sur le chiffre d’affaires. Ce n’est pas tout. Il y a aussi Walmart qui ajoute constamment des pieds carrés dans le secteur de l’escompte, ce qui fait augmenter la pression sur les prix. L’an prochain, ce sera au tour de Target d’arriver au pays avec des grands magasins qui proposeront eux aussi des aliments (distribués par le concurrent IGA)

Croissance

Eric Richer LaFlèche affirme que Metro va surtout croître de manière organique, en augmentant ses parts de marché au Québec et en Ontario. À ce sujet, il a précisé que ses parts de marché étaient en hausse depuis trois ans au Québec et qu’elles sont actuellement de 35 %, ce qui place Metro au premier rang. La donnée exclut toutefois les parts de marché de divers canaux de distribution tels que les pharmacies et les entrepôts Costco.

Ceci dit, la situation financière de l’épicier est assez bonne pour qu’une acquisition soit possible, d’ailleurs « on reste constamment à l’affût des opportunités », a dit Eric Richer LaFlèche. Dans l’Ouest canadiens, deux chaines de grande taille (Safeway et Overwaitea) seraient des « candidates naturelles » mais elles ne sont pas à vendre. Quant au marché américain, il trop différent pour être intéressant et permettre des synergies.

Adonis

Cette chaîne d’épiceries ethnique est amenée à croître au Québec mais aussi en Ontario, comme vous pouvez le lire ici. Elle est dirigée séparément par ses trois membres fondateurs, qui doivent bientôt soumettre à Metro (détenteur de 55% des actions) un plan d’expansion. Entretemps, Metro avoue « copier » les bonnes idées d’Adonis, notamment dans la façon de présenter les fruits et légumes en magasin. Déjà un Super C a changé ses présentoirs, a confié Eric Richer LaFlèche au journal Les Affaires et les autres l’imiteront. Les planogrammes (façon dont on organise les produits sur les tablettes) des Metro commencent aussi à être modifiés pour laisser plus de place aux aliments ethniques distribués par Phoenicia, ce qui suppose que d’autres fournisseurs ont été « remerciés », puisque les tablettes ne sont pas élastiques et il y a des doublons.

 

Trois priorités 2012

Pour l’exercice en cours, les trois priorités d’Eric Richer LaFlèche sont les suivantes :

- Satisfaction de la clientèle, pour accroître la loyauté et le coût du panier moyen. Pour y arriver, Metro fait cinq promesses à ses clients (voir plus bas).

- Contrôle serré des coûts et des frais d’exploitation. Aucun détail n’a été donné au cours de l’assemblée.

- Investissements de 235 M$ en immobilisation. La somme permettra d’ouvrir sept magasins, d’en rénover 14 et de construire un nouveau centre de distribution de 240 000 pieds carrés à Laval, au pied du pont de la 25. Le projet de 50 M$ sera prêt en 2013 et implique la fermeture du centre de distribution du quartier Hochela-Maisonneuve, devenu beaucoup trop petit. « Nous avons pu lancer ce projet grâce à une entente à long terme conclue avec la CSN », a précisé Eric Richer LaFlèche. Des emplois seront créés mais il est trop tôt pour dire combien. En Ontario, 20 M$ seront investis dans un entrepôt de Toronto.

 

Cinq promesses faites aux clients

- Qualité et fraicheur des fruits et légumes

- Employés professionnels et accueillants

- Expérience de magasinage agréable et efficace

- Les clients trouvent ce qu’ils désirent

- Prix compétitifs

 

Lire aussi:

Assemblée de Metro: Yves Michaud vole la vedette

Metro dépasse les attentes

Metro élimine les actions multivotantes

Michaud mérite un MétroStar et Metro un accent


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

Sur le même sujet

Le proprio d'IGA a du pain sur la planche avec FreshCo

Mis à jour le 12/06/2019 | Dominique Beauchamp

L'offensive dans l'Ouest canadien est l'une des multiples initiatives de l'épicier pour reprendre du galon.

Déjà-vu: Metro a tout pour plaire, sauf son évaluation

BLOGUE. Metro performe bien, mais son évaluation est plus élevée qu'avant place la barre encore plus haute.

À la une

Gare aux faux «influenceurs»

BLOGUE INVITÉ. Un peu comme pour le dopage dans le cyclisme, certains savaient, mais peu ont agi.

Financement participatif: Hardbacon veut obtenir 1,5M$

Il y a 26 minutes | Denis Lalonde

La start-up Hardbacon lance une campagne de financement participatif pouvant lui rapporter un montant maximal de 1,5M$.

Bourse: cessez d'avoir «peur de votre ombre», dit Brian Belski

Il y a 29 minutes | Stéphane Rolland

Brian Belski, stratège de BMO Marchés des capitaux, pense que la peur est une mauvaise conseillère.