Les fournisseurs québécois de Rona ont augmenté leurs ventes, défend Lowe's

Publié le 13/04/2017 à 06:25

Les fournisseurs québécois de Rona ont augmenté leurs ventes, défend Lowe's

Publié le 13/04/2017 à 06:25

Par Stéphane Rolland

Les fournisseurs québécois de produits de quincaillerie n’ont pas souffert de la vente de Rona à Lowe’s (NY., LOW), défend Alain Brisebois, vice-président exécutif, services centraux opérations et marchands affiliés de Lowe’s Canada. Il affirme même le contraire: les fournisseurs auraient réalisé plus de ventes depuis l’acquisition.


M. Brisebois réagit aux conclusions d’un sondage de l’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction (AQMAT), dévoilé mercredi par Les Affaires.


Le coup de sonde réalisé auprès d’une trentaine d’entreprises démontre qu’un peu moins de la moitié des répondants ont connu une baisse de leurs ventes en raison de la consolidation de l’industrie de la quincaillerie. Les 10% les plus affectés disent avoir subi une diminution de leurs chiffres d’affaires de plus de 20%. «J’étais chez Rona avant la transaction, j’y suis encore et ça ne reflète pas du tout la réalité sur le terrain», répond le dirigeant qui a fait le saut chez Rona en 2013 après avoir occupé des postes de haut dirigeant chez Metro et Alimentation Couche-Tard.


«Les gens ont l’impression que, parce que nous avons été acquis par des Américains, nous allons abandonner nos fournisseurs avec qui nous entretenons des relations depuis plus de 75 ans, déplore M. Brisebois. Ce n’est pas le cas et ça ne le sera pas.»


C’est cette perception qu’avait tenté de mesurer l’AQMAT en interrogeant ses membres. «Lorsque je recevais des appels de membres mécontents, je me disais qu’il était impossible qu’il n’y ait que des pertes pour nos fournisseurs», nous avait expliqué Richard Darveau, le PDG de l’association, lorsqu’il avait commenté les résultats du sondage. «C’est ce que je voulais vérifier. On voit qu’il y a eu des entreprises pour qui l’effet est positif, mais il y en a moins. Ceux qui ont perdu sont loin d’être seuls.» Lire notre texte: Depuis la vente de Rona, c'est l'hémorragie pour certains fournisseurs québécois


Il est possible que certains fournisseurs de Lowe’s Canada aient connu des revers de fortune, mais l’enjeu n’aurait pas l’ampleur de ce qu’évoque le sondage, défend M. Brisebois. En fait, il ne faudrait pas y voir de lien entre ces cas particuliers et la vente du détaillant québécois, selon lui.


«Nous avons près de 1500 fournisseurs au Québec. Oui, il est possible que nous ayons fait des changements, admet M. Brisebois. C’était vrai avant la transaction, ça l’est encore aujourd’hui, mais il n’y a rien eu de majeur. Il se peut qu’il y ait certains fournisseurs qui aient perdu des ventes, mais l’ensemble a connu une croissance.»


Les ventes de Lowe’s Canada ont augmenté de 10% en 2016, rapporte le dirigeant. Les recettes de ses fournisseurs devraient avoir progressé au même rythme, estime-t-il.


Réactions à Québec


Lowe’s Canada a beau ne pas être visé directement par le sondage de l’AQMAT, Éric Lefebvre, de la Coalition Avenir Québec (CAQ), voit dans les résultats la confirmation des craintes de son parti au moment de l’annonce de la transaction.


Les libéraux auraient dû demander plus de garanties quant aux liens d’affaires avec les fournisseurs québécois, selon lui. «Le gouvernement devrait prendre des notes sur les différentes transactions qui ont été faites dernièrement, commente le porte-parole en matière de développement économique régional. C’est un échec des négociations du côté libéral, c’est assez clair. Qu’on parle de la vente de Rona ou de l’aide à Bombardier, dans les deux cas, le gouvernement a mal négocié.»


Au cabinet de la ministre de l’Économie, Dominique Anglade, on rejette l’idée que les difficultés vécues par les entreprises participantes au sondage de l’AQMAT aient un lien avec la vente de Rona. D’autres évènements ont également contribué à la consolidation de l’industrie, croit Cynthia St-Hilaire, l’attachée de la ministre.


Mme St-Hilaire rappelle que Québec a mis de l’avant son «Plan de développement du secteur de la quincaillerie et des produits de rénovation», qui comporte plusieurs mesures dont la mise en place de programmes de formation et l’organisation de missions commerciales. Le ministère analyse en ce moment la pertinence de créer un label permettant d’identifier les produits fabriqués au Québec, une demande faite par l’AQMAT.


Précisions: Nous avons fait un petit changement à la phrase introduisant le point de vue d’Éric Lefebvre, de la Coalition Avenir Québec (CAQ). La précédente version pouvait donner l’impression que M. Lefebvre était au courant du démenti de Lowe’s Canada au moment de l’entrevue, ce qui n’était pas le cas. Nous avons ajusté le passage en conséquence. Toutes nos excuses.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

À surveiller: Dollarama, Stella-Jones et IPL

Que faire avec les titres de Dollarama, Stella-Jones et IPL?

10 choses à savoir mardi

Inévitables, les caisses automatisées? Ces lampadaires parfaits pour Montréal, quand l'IA dicte les sentences...

Vous ne supportez plus un collègue? Le boss? Voici la solution!

BLOGUE. C'est qu'un mauvais contact avec un membre de notre équipe peut suffire à nous pourrir la vie...