Le paiement, nouvelle mère des batailles entre banques, fintech et marchands

Publié le 04/04/2018 à 06:25

Le paiement, nouvelle mère des batailles entre banques, fintech et marchands

Publié le 04/04/2018 à 06:25

Par AFP

Longtemps considéré comme l'apanage des seules banques, le secteur du paiement est désormais pris d'assaut par une foule de nouveaux acteurs, avides de fidéliser la clientèle et d'en capter un précieux suc: les données.

Il y a encore quelques années, la question ne se posait pas: pour obtenir une carte de paiement, un chéquier ou retirer des espèces, la plupart des clients n'avaient guère d'autre choix que de passer par un établissement bancaire traditionnel.

«Pendant des années, le paiement n'a pas semblé intéresser d'autres acteurs que les banques classiques, mais des barrières sont tombées, ce qui explique que le paiement est devenu un point d'entrée accessible et attractif vers les services financiers», dit à l'AFP Alice Poizat, directrice au sein du cabinet Kea Partners.

Cette évolution tient pour partie à la réglementation: entrée en vigueur début janvier, la directive européenne sur les services de paiement, la DSP2, organise la concurrence dans ce compartiment de la finance avec l'objectif de favoriser l'innovation et l'émergence de nouveaux acteurs.

Ce nouveau cadre se conjugue à une explosion de nouveaux outils technologiques et à la révolution de la téléphonie mobile.

«La production et l'industrialisation de la carte n'est plus un sujet. On peut proposer une carte physique mais aussi s'en passer en optant pour le mobile comme appareil de paiement ou même pour des cartes virtuelles», souligne Mme Poizat.

Apple, Orange, Samsung...

Conséquence, commercialiser des services de paiement n'a jamais paru aussi accessible et de plus en plus d'acteurs - même éloignés du monde de la finance - s'invitent désormais sur les plates-bandes des banques traditionnelles.

«Le système des cartes était jusqu'à présent entièrement dans les mains des banques. L'arrivée de tout un ensemble de nouveaux acteurs entraîne aujourd'hui une déstabilisation des banques de détail», explique à l'AFP Jérôme Reboul, sous-directeur en charge des banques à la direction générale du Trésor.

Fer de lance de ce mouvement, d'innombrables fintech, ces jeunes pousses innovantes de la finance, proposent désormais solutions bancaires de base, outils de virements, transferts d'argent et cartes physiques ou virtuelles de manière gratuite ou presque.

Les grands groupes ne sont pas non plus en reste: dans la grande distribution, plusieurs enseignes bien connues leur propre carte de paiement. En Europe, le géant des télécoms Orange a même effectué une entrée remarquée sur le secteur bancaire avec le lancement de sa banque mobile Orange Bank.

Ailleurs dans le monde, les mastodontes du numérique Apple et Google, de même que le conglomérat sud-coréen Samsung, proposent chacun leur propre service de paiement via smartphone, sans oublier le champion du commerce en ligne Amazon qui fournit des cartes Visa à ses clients américains.

Même dans le transport aérien: la compagnie malaisienne Air Asia vient de lancer une offre de transferts d'argent et de prêts en Asie, baptisée BigPay. 

La donnée, nouvel or noir

«L'or noir de demain, c'est la donnée. C'est quelque chose qui est entré dans l'esprit de tous les acteurs», déclare à l'AFP Julien Maldonato, expert du secteur financier chez Deloitte.

À ce titre, les paiements par carte, qui ont généré plus de 11 milliards de transactions rien qu'en France en 2016 selon les statistiques de la Banque de France, constituent une véritable mine pour qui veut faire le plein d'informations sur les habitudes de sa clientèle.

«Dans toutes les industries, on pourrait être tenté de devenir prestataire de paiement afin de maîtriser la relation client», estime M. Maldonato.

La généralisation progressive de nouveaux outils comme le «sans contact» ou le paiement instantané, qui doit permettre de réaliser un virement d'un compte à un autre en temps réel, devrait encore renforcer cette tendance.

Autres avantages recherchés: la multiplication des points de contact avec les clients, une fidélisation accrue grâce notamment à des mécanismes de réduction sur certains achats ou encore une utilisation moindre de l'argent liquide avec à la clé une baisse des charges associées à la manipulation des espèces.

«Maîtriser le paiement est aussi un moyen de contrer les méga-plateformes comme Amazon, qui veulent contrôler la chaîne des achats de bout en bout, et de développer des canaux alternatifs à la carte, dominée aujourd'hui par Visa et Mastercard», pointe encore M. Maldonato.

À suivre dans cette section


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

La numérisation: le point de non-retour

BLOGUE INVITÉ. Patinez vers l’endroit où se dirige la rondelle et non pas d'où elle vient.

Les années électorales américaines sont habituellement bonnes pour la Bourse

24/01/2020 | Denis Lalonde

BALADO. Depuis 1928, le S&P 500 a généré un rendement moyen annuel de 9,5%, mais ça grimpe à 11,3% en année électorale.

À la une

GM débutera la construction d'un pick-up tout électrique fin 2021

Il y a 12 minutes | AFP

GM investira 2,2 G$ pour moderniser son usine de Détroit Hamtramck, où seront construits ces véhicules.

À surveiller: CGI, IBM et Freeport-McMoRan

09:14 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de CGI, IBM et Freeport-McMoRan? Voici quelques recommandations d'analystes.

10 choses à savoir lundi

Les boomers feront crasher la Bourse. On peut vous identifier à votre rythme cardiaque, Fortnite est un sport d’école!