Le commerce en ligne au service de l'achat local

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Mars 2015

Le commerce en ligne au service de l'achat local

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Mars 2015

Par Valérie Lesage

[Photo: Shutterstock]

Une petite révolution en matière d'achat local s'amorce en Abitibi-Témiscamingue. Grâce à Gnak.ca, les commerçants locaux peuvent désormais concurrencer Amazon et autres géants du commerce en ligne.


«Je viens d'un petit village où on achetait tout dans un magasin général. L'idée de regrouper les commerçants locaux dans un magasin virtuel m'est venue il y a 15 ans», explique Hans Pelletier, cofondateur de Gnak.ca en compagnie de Charles Dumas.


Conscient du fait que les petits détaillants indépendants n'avaient pas les moyens de faire du commerce en ligne chacun de leur côté et qu'ils perdaient ainsi des ventes au profit des grands acteurs, Hans Pelletier, un passionné d'informatique qui a mis auparavant son savoir et sa créativité au service de grandes entreprises, leur a créé une solution numérique. Il s'agit en fait d'un outil de création de site Web intelligent que le commerçant peut alimenter lui-même, facilement et rapidement, de son ordinateur, de son téléphone intelligent ou de sa tablette. En plus de son site Web d'entreprise, le commerçant a accès à un site partagé sur lequel il peut afficher chaque jour ses promotions et faire des transactions par l'intermédiaire de PayPal. Un ERP intégré (système de comptabilité) lui permet également de gérer la facturation, les états de compte, les suivis clients, la gestion des stocks. De plus, Gnak.ca donne accès à un intranet pour gérer les communications internes avec le personnel de chaque entreprise.


Gnak.ca a démarré à l'été 2014, avec 67 commerçants. Jusqu'ici, 40 d'entre eux ont construit leur propre site Web. La solution complète qui leur est proposée coûte 600 $ par an. L'accent est mis sur les articles en solde.


«On a quelque 2 400 produits centralisés sur le même site transactionnel, qui devient mon gros magasin général. Ensemble, les commerçants sont plus forts que seuls dans l'univers», fait valoir M. Pelletier, qui offre par l'intermédiaire de Gnak.ca un référencement Internet optimal pour la communauté.


Les consommateurs, eux, peuvent magasiner dans leur salon, comparer les prix avant d'arrêter leur choix, et souvent, ils découvrent que le produit qu'ils recherchent est accessible près de chez eux. Ils n'ont pas besoin d'attendre le facteur pour l'obtenir. Ils peuvent l'acheter en ligne et le ramasser en magasin.


La livraison à domicile sera une vague éphémère, anticipe Hans Pelletier, car trop coûteuse pour les détaillants. C'est pourquoi son modèle d'entreprise n'est pas fondé là-dessus.


Amos est un projet-pilote pour Gnak.ca, qui est maintenant prêt à reproduire le modèle dans d'autres localités du Québec ou hors frontières.



image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Grand Montréal: partenariat pour construire un centre d'assemblage de commandes

L'investissement requis pour le projet est de plus de 150 millions $.

Davos: la technologie va-t-elle trop vite pour l'humanité?

25/01/2019 | AFP

75 pays promettent d'engager des discussions afin de réguler de manière « plus efficace le commerce en ligne».

À la une

10 choses à savoir mardi

La prochaine cible après Huawei, après la viande sans viande, les oeufs sans oeufs, le retour des Google Glass!

À surveiller: CAE, Goodfood et Restaurant Brands

Il y a 32 minutes | Dominique Beauchamp

Que faire avec les titres de CAE, Goodfood et Restaurant Brands?

Leaders, savez-vous pourquoi vos employés font la baboune?

BLOGUE. C'est que certains de leurs besoins vitaux sont insatisfaits chez vous, selon une étude Léger...