Le Château touche un nouveau creux

Publié le 15/06/2017 à 15:25, mis à jour le 16/06/2017 à 17:21

Le Château touche un nouveau creux

Publié le 15/06/2017 à 15:25, mis à jour le 16/06/2017 à 17:21

Malgré tous les efforts consacrés à sa relance, la chaîne de magasins Le Château touche un nouveau creux historique à la Bourse de Toronto.

Depuis ce matin, la valeur de son titre (To., CTU) s’est écroulée de 25% pour se stabiliser à 0,06$. Il s’agit d’un recul de 0,02$ par rapport à sa valeur de 0,08$ à la clôture des marchés de la veille. À son sommet des douze derniers mois, l'action de Le Château valait cinq fois plus, soit 0,30$. 

Lors de son plus récent trimestre, discrètement présenté le 9 juin dernier, l’entreprise montréalaise a présenté des résultats qui montrent que malgré les différentes initiatives mises en place ces dernières années, tout n’est pas encore gagné.

Pour le premier trimestre, terminé le 29 avril dernier, le détaillant a enregistré une perte nette de 12,9M$, ou 0,43$ l’action. À titre de comparaison, au cours du même trimestre de 2016, Le Château avait enregistré une perte nette de 14,3M$, ou 0,48$ l’action.

Cette amélioration serait principalement attribuable à la fermeture magasins jugés non rentables en cours d’année. En date du 29 avril dernier, le Château comptait 180 magasins, comparativement à un total de 206 au 30 avril 2016.

En un an, l’entreprise a donc procédé à la fermeture de 26 magasins, dont sept au cours du dernier trimestre. Ces fermetures ont entraîné une diminution de 12% ( ou 142 000 pi2) de sa surface de vente, et une baisse de 8,6% de ses revenus pour s’établir à 44,4M$ au premier trimestre.

Plus inquiétant encore : les ventes des magasins comparables, un indicateur clé mesurant la performance de magasins existants depuis un an, ont reculé de 1,5% au premier trimestre par rapport à la même période en 2016.

Cette dernière baisse paraît être surtout le résultat d’une chute de 9,9% observés dans les ventes comparables des 50 magasins-entrepôts que Le Château exploite toujours. Depuis un an, l’entreprise a mis la clef sous la porte de douze de ces magasins que l’on retrouve surtout dans des méga-centres (power centre).

Enfin, tout en refusant de dévoiler le volume de ses ventes en ligne, le détaillant se réjouit quand même de leurs progressions. Elles auraient augmenté de 22% en un an, mais n’arrivent toujours pas à compenser la baisse de revenus de son réseau de 180 magasins, de type traditionnel et entrepôt.

Pour les cinq premières semaines (closes le 3 juin 2017) du trimestre suivant, la baisse des ventes des magasins comparables s’est accentuée de plus belle. Ses ventes comparables ont baissé de 2,9%, soit près du double de la baisse (1,5%) observée au premier trimestre.

Les ventes comparables des magasins-entrepôts continueraient d’accuser un recul important, cette fois de 15,6% par rapport à la même période l’année précédente.

À son sommet en 2007, l'action de Le Château a atteint un sommet de 16,50$. Aujourd'hui, son titre ne vaut plus que 0,06$ pour une capitalisation boursière de 1,8M$. Depuis le début de 2017 àla Bourse de Toronto, la valeur de l'action de Le Château a reculé de 0,16$, ou de 66,67%.

Lisez mes derniers textes / Rejoignez-moi sur Linkedin / Suivez-moi sur Twitter 

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…