La réputation de Tim Hortons en chute libre

Publié le 23/05/2018 à 11:31

La réputation de Tim Hortons en chute libre

Publié le 23/05/2018 à 11:31

L'enseigne voit son image écornée dans une nouvelle étude qui examine les entreprises les plus réputées au Canada.

«La trop grande cupidité a démoli notre Tim», nous partageait récemment un lecteur ancien fidèle de Tim Hortons. «C'est comme si les entreprises vivaient maintenant dans un état permanent de crise imminente», commentait deux mois auparavant Christian Bourque, vice-président et associé de la firme de sondage Léger, devant les derniers résultats de son enquête annuelle sur la réputation. Au palmarès des entreprises ayant vu leur réputation le plus décliner apparaissait Tim Hortons (-17 places), ayant notamment souffert de faux pas divers à l'occasion de la hausse du salaire minimum en Ontario.

Selon le cabinet de recherche Reputation Institute, Tim Hortons vient de dégringoler de la 13e à la 67e place, soit l'une des plus grandes baisses parmi les 250 entreprises analysées cette année, même si la marque est toujours considérée comme ayant une «forte réputation».

L'étude est fondée sur les évaluations de 27 000 Canadiens, qui sont invités à noter les entreprises sur leurs produits, l'innovation, la gouvernance en milieu de travail, la citoyenneté, le leadership et le rendement financier.

Google, Lego et Rolex sont en tête de liste, tandis que les marques canadiennes MEC, Jean Coutu et Canadian Tire se classent parmi les 20 premières. Shoppers Drug Mart/Pharmaprix, Home Hardware, Cineplex, Roots et Sleep Country Canada figurent parmi les 50 premières. 

Cette étude est publiée après qu'un classement similaire dévoilé en avril par la firme Léger eut délogé Tim Hortons de la quatrième place pour le reléguer en 50e position.

Les changements font suite à une dispute publique entre la société mère de Tim Hortons, Restaurant Brands International, et la Great White North Franchisee Association, qui prétend représenter plus de la moitié des franchisés de la bannière.

Ces derniers mois, ils se sont querellés concernant les mesures de réduction des coûts prises par certains franchisés à la suite de la hausse du salaire minimum en Ontario, de l'utilisation abusive d'un fonds publicitaire national et d'un plan de rénovation de 700 millions $.

 


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

Dans la tourmente, Nemaska Lithium trouve un investisseur

Son titre bondissait de plus de 43% vers midi.

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

Fin des services au comptoir à la Laurentienne

Mis à jour le 19/07/2019 | La Presse Canadienne

Les négociations avaient été acrimonieuses entre l’institution financière et la partie syndicale.