La COVID-19 fait doubler la perte opérationnelle d'Aldo

Publié le 29/06/2020 à 13:34

La COVID-19 fait doubler la perte opérationnelle d'Aldo

Publié le 29/06/2020 à 13:34

Par La Presse Canadienne

(Photo: Ryan Remiorz pour La Presse canadienne)

À l’abri de ses créanciers depuis le 7 mai, le Groupe Aldo a presque doublé sa perte opérationnelle au premier trimestre alors que la pandémie de COVID-19 a perturbé ses activités en plus de provoquer la fermeture de plusieurs de ses magasins.

Pour le trimestre terminé le 2 mai, le détaillant a affiché une perte de 68,1 millions $ US, alors qu’elle avait été de 35,1 millions $ US à la même période l’an dernier. Cette information figure dans le plus récent rapport de la firme Ernst & Young, qui agit comme contrôleur au dossier, daté du 16 juin.

« Le Groupe Aldo a continué à afficher des pertes au premier trimestre, notamment en raison de la forte diminution des volumes étant donné que ses magasins ont été fermés pendant une période prolongée en raison de la pandémie », peut-on lire dans le document.

Contrairement aux entreprises cotées en Bourse, Aldo ne dévoile habituellement pas publiquement sa performance financière.

Sans chiffrer précisément les revenus générés par la chaîne de magasins de souliers et d’accessoires, il est précisé que leur déclin est de l’ordre de 45 % par rapport au premier trimestre de l’exercice précédent. Les dépenses ont également diminué de 23,4 %.

En tenant compte des éléments hors exploitation et des gains de change, la perte nette du premier trimestre s’est chiffrée à 48,6 millions $ US, comparativement à 46,6 millions $ US il y a un an.

Depuis que la compagnie québécoise, qui est également propriétaire des enseignes Boutique Spring et Globo, s’est tournée vers la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC), elle a notamment éliminé 260 postes à son siège social situé dans l’arrondissement montréalais de Saint-Laurent, en plus d’émettre 276 avis de renonciation à des baux commerciaux.

« (L’entreprise a) continué à gérer ses activités de manière quotidienne, ce qui comprend la réouverture de 199 magasins et la réouverture prévue de 24 points de vente qui avaient été fermés en raison des restrictions gouvernementales », souligne le rapport.

Aldo avait déjà indiqué au quotidien La Presse qu’environ la moitié de ses 725 boutiques réparties dans cinq pays — ce qui ne tient pas compte des franchisés — pourraient mettre la clé sous la porte dans le cadre de la restructuration. Dans une entrevue accordée la semaine dernière à l’agence Bloomberg, le ministre l’Économie, Pierre Fitzgibbon, avait indiqué que Québec aiderait la multinationale, ce qui pourrait se traduire par la prise d’une participation dans cette dernière.

Les créances d’Aldo sont évaluées à au moins 640 millions $ CAN, d’après les documents disponibles. Elle doit notamment près de 40 millions $ CAN à Investissement Québec, le bras financier de l’État québécois. La société bénéficie de la protection des tribunaux jusqu’à la mi−juillet.

La tempête économique provoquée par la crise sanitaire a également fait d’autres victimes dans le secteur québécois du commerce de détail. En plus d’Aldo, les détaillants Reitmans, Sail Plein Air — qui était derrière les enseignes Sail et Sportium — ainsi que Frank And Oak ont également décidé de se placer à l’abri de leurs créanciers.

 


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

Le rebond des cas de COVID-19 un peu partout sur la planète rend prudents les investisseurs.

Qui est le plus touché psychologiquement par la COVID-19?

10/07/2020 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Il s'agit d'une partie très précise de la population, selon une étude de Statistique Canada...

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...