La confiance des consommateurs du Québec demeure déprimée

Publié le 01/10/2013 à 07:17, mis à jour le 01/10/2013 à 11:07

La confiance des consommateurs du Québec demeure déprimée

Publié le 01/10/2013 à 07:17, mis à jour le 01/10/2013 à 11:07

Par Martin Jolicoeur

Le niveau de confiance des consommateurs du Québec s'est empiré depuis un an. Photo: Bloomberg

En dépit d’un léger raffermissement, la confiance des consommateurs du Québec demeure inférieure à celle d’il y a un an, soutient le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD).

L’Indice de confiance des consommateurs québécois s’établit actuellement à 93,2 points, une baisse de trois points comparativement à l’automne 2012.

Selon cet indice, dont la méthodologie s’inspire de celui de l’Université du Michigan, un résultat inférieur à 100 signifie que les pessimistes surpassent en nombre les répondants optimistes.

Le niveau de confiance des Québécois s'est amélioré depuis six mois. En février 2013, l'indice s'établissait à 88,8 points, comparativement à 93,2 points aujourd'hui. Malgré cette amélioration, le niveau de confiance demeure inférieur à ce qu'il était il y a un an. Le même indice s'établissait alors à 96,2 points.

Plus: Les Québécois déprimés... et moins dépensiers

L’échantillon de cette enquête est composé de 1 000 adultes. Ces derniers ont répondu à l’enquête téléphonique entre les 5 et 19 septembre 2013. La marge d’erreur de ces résultats s’établit à plus ou 3,2%, 19 fois sur 20.

La dernière fois que les consommateurs québécois se sont majoritairement montrés optimistes remonte à octobre 2010. L’indice s’établissait alors à 105, une baisse importante par rapport au sommet de 114,4, obtenu à l’automne 2009.

Cet indice est diffusé tous les six mois depuis 2004. Il est préparé par le CQCD, en collaboration avec le Groupe Altus.  

Selon le Conference Board du Canada, l’indice global de confiance des consommateurs québécois a enregistré une troisième hausse consécutive en septembre 2013 par rapport au mois précédent.

Après avoir augmenté de près de 1,9 points en juillet et de 1,4 point en août dernier, l’indice a cette fois progressé de 1 point pour s’établir à 78,3 points en septembre 2013.

Par contre, la proportion de Québécois estimant que le moment est propice pour réaliser un achat important, telle une propriété, a diminué de 10 points de pourcentage en septembre. Il s’établi aujourd’hui à 42,4 %, soit le repli le plus prononcé depuis octobre 2009, soulignait hier la Fédération des chambres immobilières du Québec.

Les résultats complets de cette étude du CQCD seront diffusés ce mardi matin, à compter de 10 heures.

Plus: Les Québécois déprimés... et moins dépensiers

À suivre dans cette section

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

23/10/2020 | François Normand

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIVÉ. Les titres technologiques méritent-ils des évaluations aussi élevées?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les rendements élevés viennent obligatoirement avec des risques élevés.