Crevier veut devenir un leader pancanadien dans la distribution de lubrifiants

Publié le 06/07/2021 à 09:12

Crevier veut devenir un leader pancanadien dans la distribution de lubrifiants

Publié le 06/07/2021 à 09:12

Par François Normand

Le président du Groupe Crevier, Jean-François Crevier, qui fait partie de la troisième génération à diriger l'entreprise fondée en 1945. (Photo: Sylviane Robini)

Le Groupe Crevier veut se départir de sa division de carburants pour se concentrer sur ses activités de distribution de lubrifiants, dont les marges bénéficiaires sont plus élevées et les perspectives de croissance sont beaucoup plus intéressantes.

«On veut devenir une plateforme pancanadienne dans les lubrifiants, pour répondre aux besoins de nos clients peu importe où ils se trouvent au Canada», dit au bout du fil Jean-François Crevier, le président du Groupe Crevier, une entreprise familiale fondée en 1945 —il fait partie de la troisième génération de dirigeants.

Ce mardi matin, Crevier a annoncé avoir signé un accord pour vendre sa division carburant Pétroles Crevier à la canadienne Parkland (PKI, 39,74$), dont le siège social est situé à Calgary.

Les deux entreprises n’ont pas divulgué le montant de la transaction. La vente devrait être finalisée au premier trimestre de 2022, et est soumise à l’approbation des autorités réglementaires.

Parkland, qui a un chiffre d’affaires de 14 milliards de dollars canadiens, est un fournisseur et distributeur indépendant de carburants et de produits pétroliers, et l'un des principaux exploitants de dépanneurs. La société a des clients partout au Canada, aux États-Unis, dans la région des Caraïbes et des Amériques.

Comme Crevier est une entreprise à capital fermé, elle ne divulgue pas ses revenus, mais ils s’élèvent néanmoins à «des centaines de millions de dollars», indique Jean-François Crevier.

 

Une pompe à essence

L’accord couvre entre autres 174 stations−service, dont 138 détaillants−propriétaires et 36 stations corporatives. (Photo: La Presse Canadienne)

 

Ce que laisse partir Crevier

L’accord annoncé ce mardi couvre 174 stations−service, dont 138 détaillants−propriétaires et 36 stations corporatives, ainsi que les activités de vente en gros.

La division de lubrifiants (Catalys Lubricants et Crevier Lubrifiants) a vu le jour en 2000, lorsque Crevier est devenu le distributeur principal de produits de la pétrolière Chevron dans l’est du Canada.

Par la suite, l’entreprise a multiplié les acquisitions pour accroître sa présence dans ce marché. «Depuis 2013, nous avons fait sept acquisitions, soit une moyenne de une par année», précise Jean-François Crevier.

Au fil des ans, elle a aussi conclu un partenariat avec la pétrolière Shell afin de distribuer ses lubrifiants au Canada.

L’entreprise québécoise a bien l’intention de continuer à faire des acquisitions pour grandir, insiste son président. La nouvelle planification stratégique, qui s’échelonne sur un horizon de 3 à 5 ans, prévoit également de faire une acquisition par année.

Crevier a déjà un nouvel entrepôt en service à Edmonton, et d'autres ouvertures sont attendues dans les prochains mois.

Au terme de ce plan stratégique, Crevier pourrait aussi envisager de faire son entrée dans un autre secteur lié à la distribution, confie Jean-François Crevier, en précisant toutefois qu’il n’y a «aucune réflexion» à ce sujet actuellement.

Le chef d’entreprise «n’exclut pas» non plus de faire un jour une percée sur le marché américain, mais uniquement après que Crevier soit devenue une véritable plateforme pancanadienne dans les lubrifiants.

 

La croissance de la demande de pétrole s'arrêtera 

La vente de sa division carburant à Parkland survient dans une conjoncture mondiale où «l’ère de la croissance mondiale de pétrole touche à sa fin dans 10 ans», affirmait en octobre l’Agence internationale de l’énergie (AIE), dans son « World Energy Outlook 2020 ».

Dans une étude publiée en mars (Oil Demand to 2040 : Beyond the Hype), BMO Marchés des Capitaux prévoit même que le pic de la demande de pétrole dans les pays de l’OCDE devrait être atteint en 2024, soit dans trois ans.

Trois facteurs freinent la consommation de pétrole, selon l’AIE : la réglementation (les taxes sur le carbone, par exemple), les nouvelles technologies et l’électrification des transports.

Dans son communiqué publié ce mardi, Crevier affirme avoir pris cette décision afin «d’offrir de meilleures perspectives d’avenir et de développement à Pétroles Crevier».

Sans commenter directement le déclin de l’industrie pétrolière, Jean-François Crevier souligne que l’entreprise «croit en la transition énergétique», soulignant que le réseau de stations-service comprend des bornes de recharge pour les voitures électriques.

Globalement, la transition énergétique implique de décarboner graduellement l’économie, à commencer par le transport.

Avec La Presse canadienne

 

 

À la une

Bourse: Wall Street termine la semaine en forme, meilleure semaine depuis juin

Mis à jour le 15/10/2021 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse avec le cours du pétrole brut.

À surveiller: Nuvei, Target et Air Canada

15/10/2021 | Catherine Charron

Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement.

Le bitcoin s'envole, le régulateur américain envisage d'ouvrir un peu plus le marché

15/10/2021 | AFP

Le gendarme boursier américain envisage d'autoriser des fonds indiciels (ETF) liés à la cryptomonnaie.