Vitrine du détail: Ferreira et fille

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Septembre 2014

Vitrine du détail: Ferreira et fille

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Septembre 2014

Par Dominique Froment

« Les Portugais ne sont pas dépensiers ; ils sont prévoyants et aiment laisser tout ce qu’ils ont en héritage à leurs enfants. Sans relève, quand j’aurais été trop vieux, j’aurais dû fermer mes restaurants.»

La restauration n'était pas dans le plan de carrière de Sandra Ferreira. Mais puisque bon sang ne saurait mentir, comme on dit, elle a néanmoins pris la relève de son père Carlos, fondateur du réputé Ferreira Café, de Montréal, après avoir vécu quelques années aux États-Unis.


«Je ne le lui aurais jamais demandé, parce que ça devait venir d'elle. Je me trouve très chanceux, car je connais plein de restaurateurs qui doivent fermer leurs portes parce qu'ils n'ont pas de relève», raconte Carlos Ferreira, président fondateur du Groupe Ferreira, qui comprend entre autres les restaurants de culture portugaise Ferreira Café, le Café Vasco da Gama de la rue Peel et de l'Aéroport Montréal-Trudeau ainsi que la Taverne F de la place des Festivals.


Depuis l'arrivée de Sandra Ferreira, au début de 2014, le Groupe Ferreira a ouvert un restaurant Vasco da Gama à l'aéroport et redesigné son F Bar, devenu la Taverne F.


Au cours des dernières années, le groupe a pris de l'expansion, mais la structure n'a pas suivi : «Mon défi est de mettre en place une structure capable de soutenir nos ambitions, affirme Mme Ferreira. Notamment en utilisant davantage les technos, en optimisant les achats et en gérant mieux les ressources humaines. Une vraie gestion d'entreprise, en quelque sorte !»


Sandra Ferreira, âgée de 25 ans, a étudié en commercialisation de la mode au Collège LaSalle. Après, elle s'est rendue à l'université de Pittsburgh pour étudier en administration des affaires, avec majeure en marketing.


Dans le cadre de l'Executive Development Program de Macy's, elle a travaillé pendant un an en gestion des opérations pour le détaillant américain (880 magasins aux États-Unis, dont les Bloomingdale's).


Puis, une amie la convainc de se joindre à elle dans une petite boutique de technologies et de médias sociaux, à New York. «C'était du marketing, c'était davantage dans mes cordes», explique la jeune femme.


Entre-temps, elle renoue par la bande avec la restauration grâce à son copain restaurateur à New York. «Je me suis rendu compte à quel point ça me manquait», raconte Mme Ferreira, qui a travaillé toute jeune au restaurant de son père.


Au début de 2014, quand la boîte de techno qui l'emploie ferme ses portes, elle donne un coup de fil à son père, persuade son chum de la suivre et rentre à Montréal. «Sans ma fille, j'aurais dû embaucher une personne fiable et compétente, affirme M. Ferreira, âgé de 58 ans. Ça n'aurait pas été la même chose. Sandra, c'est son argent, son héritage. Un gestionnaire, si je fais faillite, il va se trouver un emploi ailleurs ; ça ne changera pas grand-chose dans sa vie.»


«Les Portugais ne sont pas dépensiers ; ils sont prévoyants et aiment laisser tout ce qu'ils ont en héritage à leurs enfants. Sans relève, quand j'aurais été trop vieux, j'aurais dû fermer mes restaurants. L'héritage de ma fille n'aurait pas été le même», raconte M. Ferreira.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Déficit commercial américain record en 2018

Mis à jour le 06/03/2019 | AFP

Le déficit commercial atteint même 891,3 milliards (+10,4 %), un record absolu.

Les jumelages linguistiques pour commerçants s'étendent aux banlieues

01/03/2019 | Martin Jolicoeur

Les villes de Laval, Longueuil et Brossard feront dorénavant partie du territoire visé par l'offensive linguistique.

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.