Couche-Tard favorite pour l'achat des Dépanneurs du coin

Publié le 16/08/2016 à 10:57, mis à jour le 16/08/2016 à 17:09

Couche-Tard favorite pour l'achat des Dépanneurs du coin

Publié le 16/08/2016 à 10:57, mis à jour le 16/08/2016 à 17:09

Par Denis Lalonde

La bannière Dépanneur du coin serait bientôt la propriété de Couche-Tard, selon le Wall Street Journal. (Photo: Ultramar CST)

Alimentation Couche-Tard (Tor., ATD.B) serait sur le point de mettre la main sur l'entreprise américaine CST Brands (NY., CST). 

CST possède 3000 dépanneurs et stations-service dans 32 États américains et six provinces de l'Est du Canada. Au Québec, la société est propriétaire des établissements Dépanneur du Coin. En 2015, la société a généré des revenus de 11,4 milliards $US. 

Selon un article du Wall Street Journal, qui cite une personne proche du dossier, Couche-Tard serait la gagnante des enchères pour CST, dont la valeur boursière est estimée à 3,4 milliards $US.

On ignore pour le moment combien débourserait Couche-Tard pour acheter CST. Cette dernière subit la pression de l'actionnaire activiste Engine Capital LP depuis décembre dernier.

Engine a mis de la pression sur CST pour que l'entreprise explore ses «options stratégiques». L'actionnaire activiste critiquait la structure de coûts de la société.

CST est en Bourse depuis 2013, résultat d'un essaimage de la pétrolière texane Valero.

En mai dernier, CST a vendu environ 80 établissements en Californie et au Wyoming à sa rivale 7-Eleven pour un montant de 408 millions $US.

Si la transaction se concrétise, il s'agirait d'une deuxième acquisition majeure en moins de deux ans pour Couche-Tard aux États-Unis. En décembre 2014, l'entreprise a acheté The Pantry pour un montant de 1,7 milliard $US en incluant la prise en charge de la dette.

Le titre de CST a terminé la journée sur un gain de 2,79$, ou de 6,3%, à 47,11$US en fin de matinée à New York, après avoir touché un sommet annuel de 48,31$US en début de séance. De son côté, celui de Couche-Tard a grimpé de 1,89$, ou de 3,14%, à 62$ à Toronto.

L'analyste David Hartley, de Credit Suisse, estime que la transaction serait bénéfique pour Couche-Tard en lui donnant une forte présence au Texas. «L'expertise de Couche-Tard sur l'expérience en magasin sera bénéfique pour les établissements CST», dit l'analyste dans une note à ses clients.

En contrepartie, M. Hartley soutient que Couche-Tard pourrait devoir investir massivement pour la mise à niveau des établissements appartenant à CST. Le Bureau de la concurrence du Canada pourrait aussi enquêter sur une éventuelle transaction, vu la forte présence de Couche-Tard au Québec.

Couche-Tard réagit

Couche-Tard a réagi aux rumeurs mardi après-midi, «à la demande de la surveillance du marché de la Bourse de Toronto». La société confirme être en «discussion avec des tierces parties en ce qui a trait à des transactions d'affaires potentielles. Aucune entente formelle n'a encore été convenue. Il n'y a aucune assurance que des transactions résulteront de ces discussions. Si des accords venaient à être conclus, Couche-Tard divulguera promptement ces renseignements, tel que requis», explique la société, dont le siège social se trouve à Laval, dans un bref communiqué.

Couche-Tard réaffirme qu'elle maintiendra son «approche disciplinée quant à la recherche d'opportunités d'acquisition afin d'accroître la valeur pour ses actionnaires». 

Au 24 avril, le réseau de Couche-Tard comptait plus de 12 000 magasins d'accomodation à travers le monde, dont 7 888 en Amérique du Nord, 2 659 en Europe et 1 500 dans 13 autres pays et territoires. Plus de 105 000 personnes travaillent dans son réseau de vente au détail, ses terminaux et ses centres de services.

À la une

Commerce Québec-France: allez, on peut en faire plus!

ANALYSE. Les premiers ministres Gabriel Attal et François Legault ont plaidé pour hausse majeure de nos échanges.

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

12/04/2024 | Emmanuel Martinez

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour le 12/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.