Comment la réalité virtuelle a déjà transformé le commerce de détail


Édition du 28 Mai 2016

Comment la réalité virtuelle a déjà transformé le commerce de détail


Édition du 28 Mai 2016

Par Alain McKenna

[Photo : Shutterstock]

Un simple jeu vidéo, la réalité virtuelle ? Pas si vous êtes designer d'intérieur, agent immobilier ou vendeur de voitures neuves ! Ces trois secteurs sont parmi les premiers au Québec à adopter la modélisation par ordinateur et les vidéos à 360 degrés pour améliorer leur service à la clientèle.

À tout le moins, la réalité virtuelle a permis à la société lavalloise 20-20 Technologies de se refaire une image, et une clientèle : le spécialiste du commerce en ligne, qui a connu sa part de défis au cours des années 2000, rebondit avec son logiciel de design d'intérieur 2020 Design. De plus, l'ajout d'un nouveau bouton «Publier en 360 degrés» à sa barre d'outils devrait l'aider à poursuivre en ce sens.

«On a 12 studios dans le monde, 500 employés et 100 000 clients abonnés à notre logiciel. Et du jour au lendemain, ils peuvent tous utiliser ce bouton pour réaliser des rendus en réalité virtuelle de leurs designs d'aménagement intérieur ou de mobilier», explique Paul Vokaty, directeur du marketing de 20-20 Technologies.

Histoire de démontrer l'impact de cette technologie sur son secteur, 20-20 Technologies et ses partenaires étaient présents au début de mai au Salon international du design d'intérieur de Montréal (SIDIM), à la place Bonaventure, et prêtaient des casques Gear VR de Samsung aux curieux. Ceux-ci mettaient le casque et commençaient à tourner sur eux-mêmes, en immersion dans ce qui pourrait être leur future cuisine.

Comme on dit, il faut le voir pour le croire. «On travaille avec Ikea, Lowe's, Home Depot... Dans deux ou trois ans, tout le monde utilisera la réalité virtuelle pour vendre ses meubles et ses designs», assure M. Vokaty.

À voir la réaction positive des gens au SIDIM, difficile d'en douter...

Réalité virtuelle à quatre roues motrices

L'aspect personnel, quasi intime, de l'expérience constitue l'attrait de cette technologie. L'utilisateur est plongé dans une bulle privée, où il est totalement libre de ses choix. Le potentiel de cet environnement sur mesure n'échappe pas aux détaillants férus de nouveaux gadgets...

«Pour nous, c'est un outil extrêmement puissant», a expliqué Marcus Kuehne, directeur de l'expérience RV pour le constructeur de voitures allemandes Audi. Croisé lors d'une exposition automobile à New York le printemps dernier, M. Kuehne montrait, un casque Oculus Rift de Facebook à la main, comment le client peut désormais s'asseoir dans sa voiture préférée, choisir la combinaison de couleurs de la carrosserie et de l'habitacle, et même avoir un aperçu sonore du rugissement du moteur en se glissant sous le capot...

Tout ça virtuellement, bien sûr.

La filiale haut de gamme du groupe Volkswagen considère que la technologie possède un double potentiel : elle raffine l'expérience de magasinage de ses clients et elle renforce l'aura d'innovation de la marque, détail marketing non négligeable dans le créneau des voitures de luxe.

L'avantage de la réalité virtuelle sur la vidéo traditionnelle est qu'elle a été développée pour être compatible avec le navigateur Web de presque tous les appareils informatiques de la planète. De plus, elle intègre des hyperliens qu'on fixe du regard pour passer d'un environnement de réalité virtuelle à un autre, pour lancer une capsule vidéo, etc.

Les caméras vidéo à 360 degrés se trouvent à bas prix dans les magasins, et permettent de créer des vidéos bulles auxquelles la réalité virtuelle ajoute des éléments tirés du Web.

Pour visiter virtuellement une maison à vendre, c'est l'idéal : même pas besoin de se déplacer ! C'est d'ailleurs l'exemple qu'utilise systématiquement Injong Rhee, directeur de la R-D pour Samsung. «On visite une pièce virtuellement, puis on fixe une pastille bleue à la porte. Il suffit de fixer la pastille du regard pour être transportés dans la pièce suivante», explique-t-il.

Les agents immobiliers, qui ont à peu près tout essayé au cours des dernières années pour innover - du fameux code QR à la reconnaissance d'images sur téléphone mobile -, en redemanderont, selon lui. Déjà, Samsung et Sotheby's travaillent à la commercialisation de cette technologie.

Un engouement qui ne surprend pas Paul Vokaty, de 20-20. «C'est une technologie de pointe, sociale et mobile, qu'on peut tous déjà utiliser, puisqu'elle fonctionne à l'aide du téléphone intelligent qu'on a déjà. Que demander de mieux ?»

Le marché de la réalité virtuelle devrait atteindre 5,2 milliards de dollars américains en 2018, comparativement à 90 millionsde dollars en 2014. La réalité virtuelle est appelée à révolutionner trois principaux secteurs : le divertissement (jeu vidéo), la publicité et le commerce de détail. Sources : Statista et Gartner

À la une

Bourse: Wall Street termine sans direction, craintes d'une récession

Mis à jour à 18:02 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse de près de 150 points.

À surveiller: Couche-Tard, Air Canada, et Gildan

Que faire avec les titres d’Alimentation Couche-Tard, Air Canada et Vêtements de sport Gildan?

Les mythes de la table d’imposition

BLOGUE INVITÉ. Non, votre voisin n’est pas la référence en matière fiscale.