"Comment je suis devenu dg à 26 ans", par Blaise Renaud

Publié le 28/05/2011 à 00:00, mis à jour le 03/06/2011 à 12:17

"Comment je suis devenu dg à 26 ans", par Blaise Renaud

Publié le 28/05/2011 à 00:00, mis à jour le 03/06/2011 à 12:17

Blaise Renaud incarne bien le vieil adage : aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années ; il est devenu en janvier, à 26 ans, directeur général du Groupe Renaud-Bray, la plus importante librairie francophone en Amérique du Nord. S'il est vrai qu'il est le fils du fondateur de la société, Pierre Renaud, qui conserve le titre de président, il lui a fallu bien plus que cela pour gravir les échelons de l'entreprise.

"Je suis devenu directeur général après un long processus au cours duquel je me suis imposé en faisant mes preuves et en inspirant confiance. Jamais mon père ne m'a poussé dans cette voie. C'est moi qui ai poussé. Je ne suis pas là par dépit, j'ai toujours voulu faire ça.

En 2001, quand Renaud-Bray a racheté les librairies Garneau, on avait ouvert un bazar où on liquidait des produits, et c'est moi qui dirigeais les activités. J'avais 16 ans ! À 22 ans, après avoir accompli une multitude de tâches au sein de l'entreprise, je suis devenu directeur commercial du Groupe. Alors quand je suis devenu directeur général, les gens autour de moi me connaissaient, savaient ce que j'étais capable de faire.

Une des réalisations qui m'ont valu le respect a été mon engagement dans la refonte du site Web transactionnel et l'ouverture de l'entrepôt de distribution. L'un des défis était de raccourcir les délais de livraison. J'ai piloté ce dossier de décembre 2007 jusqu'à l'ouverture de l'entrepôt de 40 000 pieds carrés, un an et demi plus tard. Plusieurs personnes pensaient que j'allais échouer. "Blaise va se planter", disait-on. Or, nos ventes en ligne sont une réussite, qui m'a valu respect et confiance, et qui a démontré mes capacités [N.D.L.R. : les ventes en ligne ont totalisé 6,5 millions de dollars en 2010, soit 5,4 % des revenus]. Elles ont augmenté de 360 % en trois ans. Par ailleurs, 40 % des commandes sont maintenant livrées en moins de 24 heures.

J'arrive dans cette industrie à un moment où elle change beaucoup, en raison de nouvelles habitudes de consommation et de l'avènement du numérique. Mon père et son associé ont tous les deux 71 ans et avaient fondé l'entreprise en 1965... Le moment était venu d'apporter un renouveau.

Le fait que j'ai 26 ans, c'est aussi un signal fort pour l'industrie du livre. Je crois que certaines personnes sont rassurées d'avoir quelqu'un d'aussi jeune à la tête du Groupe Renaud-Bray ; cela donne confiance en l'avenir. Par ailleurs, à la direction, je m'entoure de gens de tous les âges, avec toutes sortes d'expériences et de connaissances, car je crois à la diversité.

Mon défi est que Renaud Bray continue d'améliorer son concept. On a été des précurseurs dans les années 1980 et 1990 avec nos sections cadeaux et papeterie ; il faut continuer de se différencier avec des espaces nouveaux, uniques, et avec des produits exclusifs. Et ce qui a fait grandir Renaud Bray et qui continuera de le faire grandir, c'est l'attachement de la clientèle envers l'entreprise, envers leur librairie..."

1000

Nombre d'employés du Groupe Renaud-Bray, qui compte 26 succursales et a un chiffre d'affaires annuel de 120 millions de dollars.

Propos recueillis par Martine Turenne

À la une

Facebook change de nom pour Meta

Mis à jour il y a 39 minutes | AFP

La compagnie dirigée par Mark Zuckerberg en a fait l'annonce jeudi.

Québec dépose le projet de loi 6 pour créer un ministère de la Cybersécurité

Il y a 31 minutes | La Presse Canadienne

Québec cherche à regrouper, au sein d’un même ministère, l'expertise dans le numérique et la cybersécurité.

Bombardier n'est toujours pas rentable, malgré des résultats encourageants

Si les résultats publiés sont prometteurs, Bombardier a malgré tout déclaré une perte ajustée de 95 millions de $US.