Au tour de Sail de se protéger de ses créanciers

Publié le 02/06/2020 à 13:22

Au tour de Sail de se protéger de ses créanciers

Publié le 02/06/2020 à 13:22

Par La Presse Canadienne
L'intérieur d'un magasin Sail.

(Photo: courtoisie)

La pandémie de COVID−19 continue de bousculer le secteur du commerce de détail, alors que c’est au tour des enseignes Sail et Sportium de se placer à l’abri de leurs créanciers.

Sail Plein Air a annoncé, mardi, par voie de communiqué, avoir pris cette décision afin de «repositionner l’entreprise» dans un environnement qui s’est complexifié davantage en raison de la propagation du nouveau coronavirus.

Fondée il y a plus de 40 ans, l’entreprise québécoise compte quelque 1800 employés à son siège social situé à Laval ainsi que dans ses 14 magasins Sail — huit au Québec ainsi que six en Ontario.

Le détaillant est également propriétaire de l’enseigne Sportium, spécialisée dans les vêtements et articles de sports, et qui exploite quatre succursales à Longueuil, Laval, Québec et Kirkland.

En dépit de la restructuration, les activités se poursuivent normalement au sein de l’entreprise, dont les magasins demeurent ouverts. Les sites transactionnels sont aussi accessibles.

Sail Plein Air s’ajoute à la liste des détaillants, sur laquelle figure notamment Aldo et Reitmans, qui se sont protégés de leurs créanciers après avoir vu leurs activités être sérieusement perturbées par la pandémie. 

Lundi, Reitmans a annoncé l’élimination de 1400 postes, dont 350 à son siège social montréalais, ainsi que la fermeture des enseignes Additon Elle et Penningtons, dans le cadre de sa restructuration.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...