Tarifs automobiles: risque de récession au Japon et en Allemagne

Publié le 05/03/2019 à 07:17

Tarifs automobiles: risque de récession au Japon et en Allemagne

Publié le 05/03/2019 à 07:17

Par François Normand
Une usine de constructeur allemand Audi

Une usine de constructeur automobile allemand Audi (source photo:Getty)

Est-ce le calme avant la tempête? Même si Washington et Pékin sont sur le point d’enterrer la hache de guerre, la possibilité que les États-Unis imposent des tarifs sur les importations d'automobiles pourrait perturber le commerce international et faire basculer le Japon et l’Allemagne en récession, selon une analyse la Banque Nationale.

Après l’imposition de tarifs douaniers de 25% et de 10% sur les importations d’acier et d’aluminium en 2018, l’administration Trump songe à imposer des tarifs sur les voitures importées aux États-Unis.

Comme pour l’acier et l’aluminium, la Maison-Blanche évoquerait la section 232 du Trade Expansion Act pour imposer des tarifs au nom de la sécurité nationale. Selon la chaîne américaine CNBC, ces tarifs pourraient atteindre jusqu’à 25%.

L’impact serait majeur, car les États-Unis viseraient des importations qui ont totalisé plus de 350 milliards de dollars américains (466 G$CA) l’an dernier.

L’analyste Krishen Rangasamy, de la Banque Nationale, souligne que l’Allemagne et le Japon sont particulièrement exposés à ces tarifs, car ces deux économies sont déjà affaiblies, comme en témoigne l’évolution de l’indice Markit des intentions des directeurs d’achats dans le secteur manufacturier.

En termes de quantité, ce sont le Mexique et le Canada qui exportent le plus de véhicules et de composants automobiles aux États-Unis.

En 2018, les importations en provenance du Mexique comptaient pour 34,4% des importations totales de ces produits aux États-Unis, suivies par le Canada à 16,2%, selon le U.S. Census Bureau.

Le Japon et l’Allemagne comptent respectivement pour 15% et 7,7%.

Selon Krishen Rangasamy, l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM), s’il est ratifié par Ottawa et Mexico, permettra aux économies canadienne et mexicaine de limiter l’impact de ces tarifs.

Or, le Japon et l’Allemagne n’ont pas d’entente de libre-échange avec les États-Unis, souligne l’analyste.

«Sans cette protection, les Japonais et l’Allemagne seraient les plus exposés, puisqu'ils représentaient respectivement 15% et 8% du marché américain de l'automobile, avec des expositions encore plus élevées pour les voitures de passagers qui sont plus susceptibles d'être visées par la loi 232», écrit-il.

Cela dit, l’analyste demeure malgré tout sûr que «le bon sens» prévaudra, et que les décideurs politiques ne créeront pas de nouvelles entraves au commerce international.

C’est pourquoi, dans son scénario de base, la Banque Nationale garde inchangée sa prévision de croissance de l’économie mondiale à 3,5% en 2019, soit en légère baisse par rapport à 2018 (3,7%).

En revanche, si Washington décide d’imposer des tarifs, et que le Brexit (la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne le 29 mars) se passe moins bien que prévu, la croissance mondiale pourrait tomber sous la barre des 3%, estime Krishen Rangasamy.

De 2012 à 2016, la croissance mondiale a été inférieure à 3%, selon la Banque mondiale.

En 2009, lors de la récession mondiale, le PIB de la planète s’était contracté de 1,7%.

 

 


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

Mur de Berlin: comment l'Occident a perdu la paix

07/11/2019 | François Normand

BALADO. «L'ascendant du populisme de droite aujourd'hui est un symptôme de l'échec de la politique progressiste.»

De la chute du mur de Berlin à la montée du populisme

01/11/2019 | François Normand

ANALYSE. Dans les décennies qui ont suivi l’effondrement du communisme, les élites ont commis une erreur fondamentale.

À la une

Barack Obama a raison: nous vivons à une belle époque

15/11/2019 | François Normand

ANALYSE - La perception est forte que nous vivons des heures sombres. Or, c'est faux, si l'on analyse l'histoire.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

16/11/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

10 choses à savoir cette fin de semaine

16/11/2019 | Alain McKenna

Des failles dans des guichets automatiques au Canada permettraient de voler vos infos bancaires.