Les patrons de BRP ont reçu près de 21 M $ en 2018

Publié le 23/04/2019 à 14:00

Les patrons de BRP ont reçu près de 21 M $ en 2018

Publié le 23/04/2019 à 14:00

Un quatre-roue de BRP

(Photo: 123RF)

Les dirigeants de BRP ont vu leur rémunération globale bondir à 20,8 millions $ en 2018, le dernier exercice complet où Laurent Beaudoin a présidé le conseil d’administration du constructeur de véhicules récréatifs.


Le gendre de Joseph-Armand Bombardier ne sollicitera pas un nouveau mandat lors de l’assemblée annuelle prévue le 30 mai à Valcourt et cédera sa place à José Boisjoli, qui cumulera la fonction de président du conseil et chef de la direction.


Sur le point de souffler ses 81 bougies, M. Beaudoin, qui présidait le conseil de BRP depuis décembre 2003, année où la division des produits récréatifs de Bombardier a été essaimée, sera nommé président émérite.


« Le temps est venu de quitter mes présentes fonctions, a expliqué l’homme d’affaires, mardi, par voie de communiqué. Je demeurerai toutefois un mentor et un conseiller pour l’équipe de direction. »


M. Beaudoin, qui a été au cœur de la croissance de l’entreprise depuis sa création, en 1963, avait également tiré sa révérence au sein du conseil d’administration de Bombardier l’année dernière.


À l’heure actuelle, BRP compte plus de 12 500 employés dans le monde et génère un chiffre d’affaires annuel de 5,2 milliards $ en vendant ses produits dans plus de 120 pays.


Même s’il ne préside plus le conseil d’administration, M. Beaudoin continuera d’avoir son mot à dire au sein de BRP, puisque la société de portefeuille Beaudier, qu’il contrôle, détient près de 16,8 millions d’actions à droit de vote multiple, soit 27,4 % de l’ensemble des droits de vote de la société.


De plus, une société de portefeuille appartenant à la famille Bombardier contrôle également 18,3 % des droits de vote.


Par courriel, l’entreprise a expliqué que M. Boisjoli, 61 ans, qui œuvre au sein de la société depuis 1989, avait notamment été sélectionné par le conseil d’administration en raison de sa « connaissance exhaustive de l’industrie ».


Toutefois, le choix de la multinationale établie à Valcourt a étonné des observateurs qui se spécialisent en gouvernance d’entreprises, qui estiment que l’on aurait dû opter pour un autre candidat.


« La fonction du conseil, c’est de superviser les cadres, dont le président et chef de la direction, a expliqué le directeur général de l’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques (IGOPP), Michel Nadeau, au cours d’un entretien téléphonique. Il est souhaitable que le président du conseil ne soit pas un cadre. Cela fait étrange. »


Par courriel, l’expert en gouvernance et professeur à l’Université Concordia Michel Magnan a également exprimé sa surprise, soulignant qu’au Canada, il était de moins en moins fréquent que les fonctions de président et chef de la direction ainsi que de président du conseil d’administration soient occupées par une même personne.


Salaires en hausse


Quant à la rémunération globale, le montant de 20,8 millions $ tient compte d’une somme d’environ 5,5 millions $ à laquelle a eu droit Bertrand Thiébaut, même s’il a été moins de 10 mois à la tête de la division des sports motorisés.


En 2017, les émoluments des hauts dirigeants de BRP avaient été de 13,2 millions $. Abstraction faite du traitement de M. Thiébaut, le salaire global des patrons aurait été de 15,3 millions $.


Pour 2018, BRP a engrangé un bénéfice normalisé, qui ne tient pas compte des éléments non récurrents, de 308,6 millions $, ou 3,10 $ par action, en hausse de 25,7 % par rapport à l’année financière précédente.


La rémunération globale de M. Boisjoli, qui tient compte du salaire de base, des primes et des autres avantages, a été de 8,8 millions $ l’an dernier, en progression de 12 % par rapport à 2017. Son salaire de base a été de 1,07 million $ alors que sa prime annuelle a bondi de 26,3 %, à 2,4 millions $.


De plus, la valeur des attributions sur des options accordées à M. Boisjoli a été d’environ 4,5 millions $, alors qu’elle était de 4,2 millions $ en 2017.


Puisqu’il est un administrateur non indépendant, ce dernier n’aura pas droit à une rémunération supplémentaire même s’il présidera le conseil d’administration au terme de l’assemblée annuelle.


Rémunération globale des hauts dirigeants chez BRP 


- José Boisjoli, président et chef de la direction : 8,8 millions $ (+ 12 pour cent)


- Sébastien Martel, chef de la direction financière : 1,9 million $ (+ 15,7 pour cent)


- Sandy Scullion, vice-président, commercialisation et services mondiaux _ sports motorisés : 1,9 million $ (+ 34 pour cent)


- Denys Lapointe, vice-président principal, design, innnovation et service créatif : 1,5 million $ (+ 17 pour cent)


- Martin Langelier, vice-président principal, services juridiques et affaires publiques : 1,2 million $ (+ 22 pour cent)


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

11/05/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

À surveiller: BRP, Colabor et CGI

Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement.

À la une

Immobilier: l'activité et les prix grimpent de 3% en avril

21/05/2019 | Les Affaires - JLR

Bulletin JLR-LesAffaires. Le marché du condo continue d’avoir le vent dans les voiles, à l'exception de Laval et Québec.

Le FMI juge que le Canada ne devrait pas assouplir ses règles hypothécaires

«Cela serait malvenu, car la dette des ménages reste élevée», explique-t-il dans un rapport.

Le marché de la propriété de luxe en croissance au Québec

21/05/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Dans la région de Mtl, 3% des unifamiliales vendues en 2018 ont été acquises au coût de 980 000$ ou plus.