HGrégoire à l'assaut de la Floride


Édition du 11 Février 2017

HGrégoire à l'assaut de la Floride


Édition du 11 Février 2017

Par Claudine Hébert

John Hairabedian, président de HGrégoire, anticipe de beaux jours pour sa société.

Depuis l'ouverture de sa première concession en 1993, le groupe HGrégoire redéfinit le marché de la voiture d'occasion au Québec... tout comme aux États-Unis. Et ce n'est qu'un début, confie John Hairabedian, président et jeune relève de l'entreprise.

LESAFFAIRES - En quoi consiste aujourd'hui le groupe HGrégoire ?

JOHN HAIRABEDIAN - L'entreprise compte actuellement 10 mégacentres de voitures d'occasion au Québec. Deux nouvelles adresses s'ajouteront au cours de l'année 2017. Nous avons également cinq concessions de voitures neuves, soit Hyundai, à Vaudreuil, Chrysler, à Lafontaine, et trois concessions Nissan, dont deux à Laval et une à Saint-Eustache. Depuis 2009, nous avons aussi trois adresses dans le sud de la Floride. Au total, notre entreprise compte plus de 1 000 employés.

L.A. - Ce doit être excitant de diriger tout ce monde à l'âge de 25 ans, non ?

J.H. - C'est très stimulant de participer ainsi à l'expansion de l'entreprise. Depuis trois ans, mon père et moi nous partageons la direction. Quand je suis au Québec, il est en Floride, et quand je suis en Floride, c'est lui qui vient diriger les opérations ici. J'apporte l'expérience numérique, et mon père possède un incroyable sens des affaires. Nous formons une belle équipe.

L.A. - Comment HGrégoire a-t-il changé le marché de la voiture d'occasion ?

J.H. - Nos méthodes ont complètement bouleversé l'industrie automobile québécoise. Depuis le début, nos concessions sont ouvertes sept jours sur sept. Nous avons été les premiers à implanter des inventaires grande surface. Nos boutiques, situées dans les marchés urbains, peuvent ainsi avoir plus de 600 voitures en stock. Et chez nous, aucun conseiller des ventes ne travaille à la commission. Nous avons aussi instauré une politique de retour permettant au client de se faire rembourser intégralement dans les trois jours qui suivent l'achat s'il n'est pas satisfait de son véhicule. Et ce client a jusqu'à 30 jours après l'achat pour échanger son véhicule contre un autre de valeur égale s'il ne lui plaît pas.

L.A. - Qu'est-ce qui a motivé votre implantation en Floride ?

J.H. - Nous voulions profiter de la crise et, surtout, de la force du dollar canadien pour pénétrer ce marché. Depuis 2009, nous avons ouvert deux succursales dans les secteurs de Doral et de North Miami. Récemment, en décembre, nous avons ajouté un HGreg Lux à Pompano Beach. Cette boutique est entièrement consacrée à la vente de véhicules d'occasion grand luxe, tels Ferrari, Rolls Royce, Bentley, Aston Martin, Maserati...

L.A. - Comment se portent vos succursales américaines ?

J.H. - Elles vont très bien. C'est un des meilleurs investissements de l'entreprise. En 2016, nos trois succursales des États-Unis ont généré 6 000 ventes de véhicules [NDLR : Au Québec, un concessionnaire automobile vend en moyenne entre 700 à 800 véhicules neufs et usagés par année]. En moins de huit ans, la Floride a fini par représenter plus de 25 % de nos revenus. Et ce n'est pas terminé. Nous sommes sur le point de lancer un tout nouveau produit.

L.A. - De quoi s'agit-il ?

J.H. - Nous venons d'aménager un entrepôt dépassant 120 000 pi2 dans le secteur Doral, à l'ouest de Miami. Nous voulons faire de cet espace un immense hub, pour des transactions de véhicules en ligne. Ce service sera accessible dès la fin du mois de février. L'entrepôt peut accueillir plus de 800 véhicules à la fois. Cette dynamique d'achat de véhicules en ligne n'existe pas encore au Québec, mais ici, aux États-Unis, elle est déjà implantée. L'an dernier, plus de 15 % de nos ventes américaines ont été effectuées par des acheteurs qui résidaient dans d'autres États que la Floride.

L.A. - Enfin, comment se présente le marché de la voiture d'occasion ?

J.H. - L'avenir de HGrégoire n'a jamais été aussi prometteur. Nous poursuivons notre développement au Québec et nous visons le marché de l'Ontario d'ici 2020. Il s'est vendu 1,95 million de véhicules neufs au Canada en 2016. Par conséquent, on ne devrait pas manquer de véhicules d'occasion pour les cinq prochaines années.

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

24/06/2022 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.