Un concurrent de Transat vit de graves difficultés en France

Publié le 02/02/2012 à 16:47, mis à jour le 02/02/2012 à 17:41

Un concurrent de Transat vit de graves difficultés en France

Publié le 02/02/2012 à 16:47, mis à jour le 02/02/2012 à 17:41

Photo: Nouvelles Frontières

Nouvelles Frontières, un important concurrent français de Transat AT, connaît d’importantes difficultés dont pourrait profiter le voyagiste québécois, croit un spécialiste de l'industrie.

Malade depuis plusieurs années, Nouvelles Frontières a déclaré des pertes records en 2011 qui ont entraîné, la semaine dernière, le déclenchement d’une enquête sur les comptes du voyagiste.

Hier, Nouvelle Frontières a annoncé sa fusion forcée avec les activités françaises du britannique TUI Travel, entraînant des mises à pied de 400 personnes chez le voyagiste français.

«Ce n’est certainement pas le genre de nouvelles qui fera pleurer la direction de Transat», commente Michel Archambault, le président fondateur de la Chaire de Tourisme de l’UQAM qui fêtera ses vingt ans cette année.

Le groupe Nouvelles Frontières, une filiale de l’anglo-allemande TUI Travel, est l’un des leaders du tourisme en France. Il jouit d’une importante notoriété grâce notamment à ses hôtels, ses agences de voyages, sa production de séjours et de circuits, de même que sa compagnie aérienne, Corsair, dont les avions desservent Montréal surtout durant l’été.

Look Voyages, propriété de Transat en France, serait l’un des principaux bénéficiaires des difficultés que connaît Nouvelles Frontières depuis quelques années, croit M. Archambault. Sa filiale aérienne, Air Transat, profiterait aussi des troubles de Corsair.

À la une

Dans les coulisses d'un rapport ESG

18:00 | Jean Décary

«Les considérations ESG étaient l’un des derniers sujets sur la liste. Aujourd’hui, la rencontre commence avec ça.»

Bourse: records pour le Dow Jones et le S&P 500 après un déluge de résultats

Mis à jour à 16:46 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse avant la décision de la Banque du Canada.

À surveiller: Cominar, Facebook et Amazon

Que faire avec les titres de Cominar, Facebook et Amazon? Voici quelques recommandations d'analystes.