Un concurrent de Transat vit de graves difficultés en France

Publié le 02/02/2012 à 16:47, mis à jour le 02/02/2012 à 17:41

Un concurrent de Transat vit de graves difficultés en France

Publié le 02/02/2012 à 16:47, mis à jour le 02/02/2012 à 17:41

Photo: Nouvelles Frontières

Nouvelles Frontières, un important concurrent français de Transat AT, connaît d’importantes difficultés dont pourrait profiter le voyagiste québécois, croit un spécialiste de l'industrie.

Malade depuis plusieurs années, Nouvelles Frontières a déclaré des pertes records en 2011 qui ont entraîné, la semaine dernière, le déclenchement d’une enquête sur les comptes du voyagiste.

Hier, Nouvelle Frontières a annoncé sa fusion forcée avec les activités françaises du britannique TUI Travel, entraînant des mises à pied de 400 personnes chez le voyagiste français.

«Ce n’est certainement pas le genre de nouvelles qui fera pleurer la direction de Transat», commente Michel Archambault, le président fondateur de la Chaire de Tourisme de l’UQAM qui fêtera ses vingt ans cette année.

Le groupe Nouvelles Frontières, une filiale de l’anglo-allemande TUI Travel, est l’un des leaders du tourisme en France. Il jouit d’une importante notoriété grâce notamment à ses hôtels, ses agences de voyages, sa production de séjours et de circuits, de même que sa compagnie aérienne, Corsair, dont les avions desservent Montréal surtout durant l’été.

Look Voyages, propriété de Transat en France, serait l’un des principaux bénéficiaires des difficultés que connaît Nouvelles Frontières depuis quelques années, croit M. Archambault. Sa filiale aérienne, Air Transat, profiterait aussi des troubles de Corsair.

À la une

Un nouveau modèle d’usine intelligente pour votre entreprise

28/01/2023 | François Normand

ANALYSE. Deloitte lance une usine à Montréal qui fait la démonstration d’activités d’entreposage et de fabrication 4.0.

Bourse: Wall Street termine en hausse

Mis à jour le 27/01/2023 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto est restée pratiquement inchangée pendant la dernière séance de la semaine.

Moins d’aubaines sur le marché boursier qu’on ne pourrait penser

27/01/2023 | Charles Poulin

Si les marchés boursiers ne sont plus surévalués, ils ne sont pas une aubaine pour autant.