Rona mise sur la marque maison Éco Rona

Publié le 05/12/2008 à 00:00

Rona mise sur la marque maison Éco Rona

Publié le 05/12/2008 à 00:00

Par François Rochon

Série: Des dirigeants nous expliquent comment leur entreprise a pris le virage vert. Une série qui présente des initiatives concrètes, racontées par ceux qui les ont mises en place.

Visionnez l'entrevue vidéo Des gests verts bien reçus

Journal Les Affaires - Pourquoi avoir lancé, l'an dernier, votre marque maison de produits écologiques ?

Normand Dumont - C'est en ciblant des produits à haut volume que nous pourrons avoir un impact important sur l'environnement. La gamme Rona Éco a débuté modestement avec huit produits de nettoyage, qui ont d'ailleurs obtenu un franc succès. D'ici le printemps, elle s'enrichira de près d'une centaine d'autres produits : de la peinture, des couvre- planchers, des luminaires, des articles d'horticulture, etc. Il y aura, par exemple, une tondeuse manuelle et un récupérateur d'eau de pluie.

JLA - Qu'est-ce qui différencie Rona Éco des autres marques ?

N.D. - Les produits Rona Éco sont soumis à des critères très rigoureux quant à leur cycle de vie. Ils doivent être respectueux de l'environnement à toutes les étapes de leur existence, de l'extraction des matières premières jusqu'à la fin de leur vie utile en passant par la fabrication, l'emballage et le transport. Cette analyse est effectuée par la chaire internationale en analyse du cycle de vie de l'École Polytechnique de Montréal, une unité de recherche du Centre interuniversitaire de recherche sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG).

Ces produits ne sont pas vendus plus cher que leurs équivalents classiques. En effet, même si les gens affirment être prêts à payer 10 ou 15 % de plus pour des produits meilleurs pour l'environnement, la réalité est quelque peu différente. Heureusement, notre pouvoir d'achat est assez fort pour que nous puissions négocier des prix très compétitifs.

JLA - Vous offrez aussi des produits écoresponsables. De quoi s'agit-il ?

N.D. - Vendus sous différentes marques, ces produits détiennent déjà un écolabel reconnu, comme Energy Star, Écologo, Green Seal, etc. Leur impact sur l'environnement doit être moindre durant une ou plusieurs phases de leur cycle de vie, mais pas nécessairement sur l'ensemble du cycle, contrairement aux produits Rona Éco. Pour obtenir l'étiquette éco-responsable, le distributeur ou le fournisseur nous soumet une demande. Le CIRAIG analyse le produit et approuve ou refuse la requête. À l'heure actuelle, environ 450 produits sont agréés.

Toutefois, rien n'est coulé dans le béton ! Les produits sont réévalués régulièrement en fonction de l'évolution des connaissances, et l'agrément peut leur être retiré. C'est ce qui est arrivé aux produits de bambou. Il s'est avéré que le bambou n'était pas si vert qu'on le pensait au départ...

JLA - Et vous avez conçu un affichage pour mettre ces produits en évidence...

N.D. - Cela date d'octobre dernier. Dans nos sondages, les gens disaient vouloir acheter des produits respectueux de l'environnement, mais ne pas savoir comment les reconnaître. Le nouvel affichage facilite le repérage des produits en magasin et explique pourquoi ils ont été sélectionnés.

JLA - Vous avez également pris l'engagement d'offrir uniquement du bois d'oeuvre provenant de forêts certifiées. Est-ce réalisable ?

N.D. - La politique d'achat des produits forestiers que nous avons présentée à nos marchands, en novembre, est ambitieuse mais réaliste. D'ici la fin de 2010, la totalité du bois d'oeuvre vendu dans nos magasins doit provenir de forêts gérées de façon responsable. Nous en sommes déjà à 90 %. De plus, nous souhaitons que tous les produits de bois issus de ces forêts portent un écolabel, de sorte que les consommateurs aient la certitude qu'ils font un bon choix.

JLA - Reconnaissez-vous les trois écolabels visant le bois : Forest Stewardship Council (FSC), la Norme nationale du Canada relative à l'aménagement forestier durable et Sustainable Forestry Initiative (SFI) ?

N.D. - Oui. Toutefois, nous privilégierons les achats de produits FSC, car cette certification comporte des exigences quant aux droits des peuples autochtones et au respect de la biodiversité.

JLA - Quand ouvrirez-vous les petits magasins spécialisés dans les articles écologiques annoncés par votre président, Robert Dutton, dans le magazine L'actualité ?

N.D. - Probablement d'ici cinq ans. Mais la forme définitive de ce projet n'est pas arrêtée. Est-ce que ce sera des magasins distincts ou un magasin dans un magasin ? Chose certaine, cela va de pair avec notre objectif d'être le leader de notre industrie en matière de développement durable.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Investir: trois critères pour choisir ses actions

19/07/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Un investisseur devrait analyser ses titres boursiers comme s'ils étaient une entreprise privée.