Le prochain Boeing illustrera une nouvelle façon de vendre les avions

Publié le 16/07/2018 à 06:30

Le prochain Boeing illustrera une nouvelle façon de vendre les avions

Publié le 16/07/2018 à 06:30

Par AFP

(Photo: Boeing)

Le lancement attendu d'un nouvel avion de Boeing autour du «milieu de marché», entre moyen et long-courrier, vise à faire évoluer le modèle traditionnel de l'industrie en intégrant les services et en s'appuyant sur un système de production innovant.

«L'engagement avec nos clients est un engagement de long terme», explique Ihssane Mounir, le vice-président commercial de Boeing. «Aujourd'hui, nous adressons (abordons) les ventes d'une manière globale, non seulement l'avion qui est la plateforme principale, mais aussi avec les services. C'est le changement de notre business model en termes de ventes.»

«Nous combinons les deux, les services et les avions» qui permet de mieux maîtriser «les coûts de l'avion sur leur cycle de vie avec un portefeuille très fort dans tout ce qui est service, modification de l'avion, entretien, maintenance, services digitaux», a-t-il ajouté lors d'une rencontre avec l'Association des journalistes de la presse aéronautique en amont du salon de Farnborough.

Boeing tient depuis des mois l'industrie en haleine autour de ce nouvel appareil baptisé «Middle of Market» (MoM) ou «New Mid-Market Airplane» (NMA), mais son patron, Dennis Muilenburg, a indiqué dimanche à Londres que la décision de lancement n'est pas attendue avant 2019.

Le 797, ainsi que l'ont surnommé les spécialistes, serait le premier avion conçu dans le cadre de la nouvelle organisation du géant de Seattle, qui s'est doté fin 2016 d'une troisième division, Boeing Global Services (BGS), aux côtés de ses piliers dans l'aviation commerciale, la défense et l'espace. Il vise un chiffre d'affaires de 50 milliards de dollars dans cinq ans pour BGS, contre près de 15 milliards en 2017.

Cette stratégie lui permet d'avoir une offre plus agressive, qui ne tourne plus autour du seul prix de l'avion. «On parle beaucoup de prix, mais ce qui est intéressant, lorsque vous regardez les coûts, pour une compagnie aérienne le prix ne représente parfois que le tiers, le cinquième sur le cycle de l'avion de 20-25 ans», souligne Ihssane Mounir.

«Donc se focaliser sur le prix est un peu erroné dans le sens où ce que nous proposons, ce sont des avions qui ont des économies très importantes», ajoute-t-il. 

Chaîne de production révolutionnaire

Mais alors que sa gamme actuelle déjà en production n'a bénéficié qu'en partie des dernières innovations en termes de production, l'avionneur entend mettre en place un système articulé autour des nouvelles technologies numériques pour son prochain avion.

«Nous passons beaucoup de temps avec nos clients pour savoir exactement ce dont ils ont besoin, (et) avec les chaînes de production, les fournisseurs et équipementiers, pour nous assurer que nous allons avoir un bon système en place aussi bien pour les coûts que la chaîne de production», souligne Ihssane Mounir.

L'avionneur joue en revanche la carte de la prudence concernant les innovations à bord de l'appareil, tirant les leçons du 787 à bord duquel des technologies insuffisamment matures avaient été installées, engendrant surcoûts et retards.

«Pour nous, ce qui est le plus important, c'est de réussir du premier coup», insiste Ihssane Mounir. «Il y a la chaîne de production qui sera révolutionnaire, on essaie de tirer les leçons du 787 et du 777X, de la révolution digitale qu'on est en train d'appliquer aujourd'hui», poursuit-il.

«Et d'un autre coté, ce n'est pas un avion qui sera technologiquement plus avancé que ce que nous avons aujourd'hui. Ce qui sera très avancé, c'est la chaîne de production.»

Celle-ci s'appuiera largement sur les technologies numériques, de l’ingénierie au prototypage et à la simulation, et sur une numérisation de bout en bout de la chaine d'approvisionnement.

Le NMA «peut être un bon galop d'essai pour mettre en place de nouvelles méthodes de conception», estime Philippe Plouvier, directeur associé au Boston Consulting Group. «Tout le monde comprend qu'il va falloir faire un saut pour lancer une nouvelle génération d’avions, que l'idéal pour le faire c'est d'avoir un nouveau programme», poursuit-il.

«Le faire sur un nouveau programme aussi important que le moyen-courrier, sans être bien rodé en termes de nouvelles méthodes de conception, c'est une prise de risque colossale qui peut vous emmener au tapis. Donc effectivement, s'entrainer sur un petit programme, dont les enjeux sont moindres, peut être une bonne approche.»


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

L'industrie aérospatiale pourrait connaître un déclin, prévient l'AIAC

Depuis 2012, les contributions du secteur aérospatial au Canada en emploi et en PIB, ont diminué de 5% et 4%.

737 MAX: Ottawa envisage une formation sur simulateur

24/05/2019 | AFP

La FAA n’a toujours pas déterminé quelle serait la formation adéquate pour les pilotes.

À la une

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

Fin des services au comptoir à la Laurentienne

Mis à jour à 15:32 | La Presse Canadienne

Les négociations avaient été acrimonieuses entre l’institution financière et la partie syndicale.