Le Maroc ouvre les coffres pour attirer Bombardier

Publié le 01/02/2012 à 13:47, mis à jour le 01/02/2012 à 15:07

Le Maroc ouvre les coffres pour attirer Bombardier

Publié le 01/02/2012 à 13:47, mis à jour le 01/02/2012 à 15:07

Par Martin Jolicoeur

Bombardier recevra plus de 20M$US en cadeaux des autorités marocaines. Photo: Bloomberg

Bombardier n’a pas choisi de s’implanter au Maroc que pour des raisons de stabilité sociale, politique et économique. Si plusieurs s’en doutaient, voilà que la presse économique marocaine nous le confirme.

Dans un article publié dans le journal économique La Vie éco, on apprend que le gouvernement marocain n’a pas hésité à ouvrir les coffres pour attirer l’avionneur canadien.

20M$US de subvention

Citant des «responsables marocains», le journal soutient que Bombardier a réussi à profiter d’une subvention équivalant à 10% (ou 20 M$US) de son investissement initial de 200M$US pour la construction de sa première usine au Maghreb.

Ces fonds proviendraient du ministère de l’Économie et des Finances, de même que du Fonds Hassan II pour le développement économique et social. Ce dernier offre des contributions pouvant aller jusqu’à 100% des coûts d’acquisition de terrains et de 30% des coûts de construction des bâtiments.

Le lieu choisi par Bombardier n'a pas encore été dévoilé, mais la construction de ses installations devrait débuter au cours des prochains mois en vue d'un début de production dès 2013. Sept ans plus tard (en 2020), Bombardier prévoit compter au Maroc quelques 850 employés.

Lire la suite: Fiscalité et frais de formation

À la une

Les entreprises doivent se préparer à l’indépendance de l’Écosse

14/05/2021 |

ANALYSE. La victoire des indépendantistes le 6 mai et le Brexit favorisent une victoire du «oui» lors d'un référendum.

Charl-Pol: loin des grosses mains de Jos Tremblay

14/05/2021 | Emmanuel Martinez

L’entreprise Charl-Pol, de Saguenay, a cent ans.

CPQ: la pandémie n'a pas gommé la pénurie de main-d'oeuvre

Mis à jour le 12/04/2021 | Catherine Charron

L'immigration est la solution que souhaitent privilégier les entreprises sondées.