La peine de Lacroix est-elle disproportionnée ?

Publié le 16/01/2009 à 00:00

La peine de Lacroix est-elle disproportionnée ?

Publié le 16/01/2009 à 00:00

Par La Presse Canadienne
C'est ce qui ressort des arguments déposés vendredi auprès de la Cour d'appel par l'avocat de Lacroix, Clemente Monterosso. L'affaire sera entendue le 27 février alors que l'Autorité des marchés financiers (AMF) cherchera de son côté à ce que le tribunal ordonne un retour à la peine initiale de 12 ans.

Dans son exposé écrit, Me Monterosso soutient que le juge Claude Leblond, de la Cour du Québec, a faussement prétendu dans son jugement du 28 janvier 2008 que les infractions perpétrées par Lacroix l'ont été dans des buts différents, à des moments différents et dans le cadre d'une démarche différente. Selon l'avocat, c'est la façon qu'a trouvé le juge de justifier l'imposition de peines consécutives.

Selon l'avocat, il s'agit de la même entreprise criminelle ayant pour seul but de camoufler les 137 retraits irréguliers. Par ces retraits, Vincent Lacroix s'était approprié 115 millions $ provenant des investisseurs.

Un autre argument avancé par Me Monterosso veut que le juge Leblond air donné une sentence de type criminel à Vincent Lacroix alors que les 57 violations qui lui étaient reprochées constituaient des infractions provinciales et étaient de nature pénale. En outre, il fait valoir que le juge André Vincent, de la Cour supérieure, est allé dans le même sens, le 8 juillet 2008, en considérant que des peines consécutives, soit à purger l'une après l'autre, pouvaient être imposées.

L'avocat de Lacroix avance que les juges Leblond et Vincent ont donné à son client l'une des sentences les plus élevées au Canada pour des infractions statutaires en matière de valeurs mobilières.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

À la une

Suspension des importations de porc en Chine: Banque Nationale fléchit

La Banque Nationale s'incline un peu plus que ses rivales parce que 45% du porc canadien est produit au Québec.

Porc québécois en Chine: Legault n'exclut rien

Mis à jour il y a 25 minutes | La Presse Canadienne

Le premier ministre a menacé d'imposer des représailles commerciales, mais Pierre Fitzgibbon a été plus prudent.

Porc: le Canada enquête sur des faux certificats d'exportation vers la Chine

13:00 | AFP

« Nous cherchons à savoir pourquoi c’est arrivé, à qui cela profite», explique le ministre Carr.