La crise de la dette fait des heureux

Publié le 27/07/2011 à 16:33, mis à jour le 27/07/2011 à 16:50

La crise de la dette fait des heureux

Publié le 27/07/2011 à 16:33, mis à jour le 27/07/2011 à 16:50

Par La Presse Canadienne

[Photo : Bloomberg]

L'enlisement des négociations aux États-Unis concernant le rehaussement du plafond de la dette ne fait pas que des malheureux puisqu'il profitera vraisemblablement à ceux et celles qui se rendront au sud de la frontière par voie aérienne.

Depuis le 23 juillet, le transporteur WestJet a retiré de sa structure tarifaire certaines taxes d'aviation américaines puisque que le Congrès a négligé de prolonger l'autorité de la Federal Aviation Authority (FAA) à cet effet.

Cette décision se traduit donc par une économie de 16,30 $ sur chaque billet qui soustrait le montant de la taxe des départs et des arrivées internationaux.

Il s'agit de la taxe la plus commune qui s'applique à tous les vols internationaux au départ et à destination des États-Unis.

Par voie de communiqué, le vice-président directeur, stratégie et planification chez WestJet, Hugh Dunleavy, a indiqué que le transporteur a préféré offrir un rabais à ses clients plutôt que d'empocher la différence des taxes.

Il a ajouté qu'il ignorait le moment où les taxes seront restaurées.

PLUS : La FAA bloquée aux États-Unis


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Prévoir la relance du Québec inc. au lendemain de la COVID-19

Un groupe de ministres mené par Eric Girard se penche sur les conséquences économiques de la COVID-19.

La COVID-19 semble déjà avoir un impact sur les habitudes d'achat en ligne

Vingt-huit pour cent des répondants ont affirmé avoir effectué davantage d’achats en ligne depuis le début de la crise.

Guide de survie de l'extraverti en confinement

11:14 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Voici cinq suggestions pratiques pour nos compagnons extravertis qui n'en peuvent plus de la quarantaine.