La capsule de Boeing s'envole vers la station spatiale lors d'un nouveau test

Publié le 20/05/2022 à 08:21

La capsule de Boeing s'envole vers la station spatiale lors d'un nouveau test

Publié le 20/05/2022 à 08:21

Par La Presse Canadienne

Si la capsule atteint la Station spatiale internationale vendredi et que tout se passe bien, deux ou trois pilotes d’essai de la NASA pourraient boucler leur ceinture d’ici la fin de cette année. (Photo: 123RF)

Cape Canaveral — La capsule de l’équipage de la société Boeing est montée en orbite jeudi lors d’un vol d’essai répété sans astronautes, après des années passées au sol par des défauts qui auraient pu condamner le vaisseau spatial.

Seul un mannequin d’essai était à bord. Si la capsule atteint la Station spatiale internationale vendredi et que tout se passe bien, deux ou trois pilotes d’essai de la NASA pourraient boucler leur ceinture d’ici la fin de cette année ou au début de l’année prochaine pour le premier vol en équipage de la société.

C’est le troisième essai de Boeing pour la démonstration de vol à enjeux élevés. Au moins cette fois, le vaisseau Starliner s’est rendu sur la bonne orbite, et a rapidement visé la station spatiale malgré l’échec d’une paire de propulseurs. Le rendez-vous et l’amarrage très importants se profilent à l’horizon.

«C’est un autre grand jour pour nous, a déclaré le vice-président et directeur du programme d’équipage commercial de Boeing, Mark Nappi. Il nous reste peut-être quelques nuits blanches devant nous pour terminer le reste de la mission, mais aujourd’hui, ça fait vraiment du bien.»

Le premier vol d’essai du vaisseau Starliner en 2019 a connu des erreurs logicielles si graves que la capsule s’est retrouvée sur la mauvaise orbite et a dû sauter la station spatiale. Le vaisseau spatial a failli être détruit, car les contrôleurs au sol ont rapidement interrompu la mission.

Après des dizaines de correctifs de sécurité, Boeing a renvoyé une capsule différente sur la rampe de lancement l’été dernier. Des valves endommagées ont interrompu le compte à rebours, entraînant une autre série de réparations.

Le programme de vol d’essais interminables a coûté à Boeing environ 600 millions de dollars américains.

«Nous n’allons pas faire voler (les équipages) à moins que nous ayons le sentiment d’avoir réduit le risque», a souligné Kathy Lueders, cheffe des opérations spatiales de la NASA.

Boeing cherche à se racheter alors qu’il tente de rattraper SpaceX, l’autre service de transport spatial sous contrat de la NASA. Cette société fondée par Elon Musk a transporté des astronautes vers et depuis la station spatiale pendant deux ans et a livré des marchandises pendant une décennie entière.

Désireuse de réduire sa dépendance coûteuse vis-à-vis de la Russie pour le transport de l’équipage, la NASA a engagé Boeing et SpaceX pour envoyer des astronautes vers la station spatiale après la fin du programme de navette en 2011. C’est pourquoi il est si important que le vaisseau spatial Starliner de Boeing réussisse, a déclaré l’administrateur de la NASA, Bill Nelson.

«Dans ce cas, nous voulons toujours avoir une solution de rechange», a déclaré M. Nelson à l’Associated Press quelques heures avant le décollage.

Différente en apparence, mais similaire en fonction à la capsule Dragon de SpaceX, la capsule entièrement automatisée de Boeing tentera de s’amarrer à la station spatiale par elle-même. Les astronautes de la station seront prêts à piloter la capsule par télécommande, si nécessaire.

La capsule dispose encore de dix bons propulseurs pour les mouvements majeurs, y compris la sortie de l’orbite à la fin du vol, ont indiqué les responsables. Les propulseurs défectueux ont en fait fonctionné brièvement avant de s’éteindre prématurément l’un après l’autre ; un système de secours a été déclenché pour placer le vaisseau spatial sur la bonne orbite.

«Nous faisons cela une étape à la fois, et nous devons maintenant mettre ce vaisseau spatial à l’épreuve et apprendre certaines choses», a mentionné Lueders aux journalistes après le décollage.

Le vaisseau Starliner passera environ cinq jours à la station spatiale avant de viser un atterrissage dans le désert du Nouveau-Mexique mercredi prochain.

La NASA n’a pas encore finalisé quels astronautes feront partie du premier équipage de Starliner. Le programme est tellement en retard que les trois premiers astronautes se sont retirés. Les principaux candidats se sont réunis à Cap Canaveral pour le lancement en soirée de Starliner à bord de la fusée Atlas V de United Launch Alliance.

«Nous sommes ravis parce que le prochain, c’est nous», s’est réjoui l’astronaute Butch Wilmore.

La capsule transporte des provisions et du matériel de sortie dans l’espace pour les sept résidents de la station. Les sorties des États-Unis dans l’espace sont suspendues depuis que le casque d’un astronaute a pris l’eau en mars. La NASA envoie des coussinets absorbants supplémentaires à utiliser dans les casques, au cas où une sortie d’urgence dans l’espace serait nécessaire pendant que l’enquête se poursuit.

Boeing transporte également des souvenirs de collèges et d’universités historiquement noirs, ainsi que des graines d’arbres semblables à celles que les astronautes d’Apollo ont emmenées sur la lune et qui sont devenues des arbres lunaires ici sur Terre.

À la une

Bourse: Wall Street termine en berne, minée par la confiance des ménages

Mis à jour le 28/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse malgré la hausse du cours du pétrole brut.

À surveiller: MTY, Mdf commerce, et Goeasy

Que faire avec les titres de Groupe d’alimentation MTY, mdf commerce et goeasy?

Le BSFI modifie les règles sur les prêts immobiliers pour réduire le risque

Les consommateurs ne verront pas d’augmentation de leurs exigences de paiement mensuel à la suite de ce changement.