Jean-Paul Gagné : La patate chaude des courses de chevaux

Publié le 03/02/2009 à 00:00

Jean-Paul Gagné : La patate chaude des courses de chevaux

Publié le 03/02/2009 à 00:00

Par Jean-Paul Gagné

L'exploitant des quatre hippodromes du Québec, Attractions hippiques (AH),est sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers depuis juin dernier. Cette société avait obtenu en 2006 la gestion des hippodromes du Québec, dans lesquels elle a investi 74 millions de dollars (M$).

Ce matin même (2 février 2009), elle demande à un tribunal de prolonger jusqu'au 6 avril 2009 sa protection contre ses créanciers. AH dit avoir perdu 18,7 millions de dollars (M$) en 2007. Elle n'a payé en bourses aux propriétaires de chevaux que 12 M$ l'an dernier, alors qu'elle devait leur en verser pour 25 M$ en 2007, 28 M$ en 2008 et 16,7 M$ les années suivantes selon l’entente avec le gouvernement.

Panne de revenus dans les Ludoplex

L'entreprise explique ses déboires par le fait que les quelque 800 appareils de loterie vidéo (ALV) que Loto-Québec a installés dans des salons de paris (Ludoplex) situés dans l'enceinte des hippodromes ne rapportent que le quart des revenus attendus. AH touche 22 % des recettes des ALV, comme les bars et les restaurants qui en exploitent. L'entreprise n’aurait pas de traitement de faveur.

AH poursuit Loto-Québec devant les tribunaux pour son manque à gagner et lui demande de lui verser les montants qu'elle espérait tirer de l'entente. Loto-Québec réplique qu'elle respecte son engagement et que ce n'est pas son problème si les Ludoplex n'attirent pas plus de monde. AH n’aurait reçu que 7,6 M$ des ALV installées dans les Ludoplex en 2008, alors que son plan d’affaires prévoyait des revenus de 49,9 M$, incluant ceux qui devaient provenir des 1100 ALV du Ludoplex qui devait être jumelé à l’hippodrome que AH voulait construire à Laval ou dans la Couronne Nord de Montréal. Or, la population s’oppose à ce projet, a été mis sur la glace.

Nouvelles propositions

Pour sortir l’entreprise du sénateur Paul Massicotte, AH et le syndic (RSM Richter) proposent que celle-ci soit relevée de son obligation d’organiser des courses de chevaux à l’Hippodrome de Montréal, d’y maintenir un salon de paris sur des courses de l’extérieur qui y sont retransmises en direct et de porter de 200 à 300 le nombre d’ALV, sur lesquels AH tirerait toujours 22 % des recettes. AH veut aussi être exemptée de taxes foncières par la Ville de Montréal. La baisse des dépenses d’exploitation qui serait encourue et la hausse des revenus qui en résulterait permettraient à AH de verser 12 M$ de bourses par année aux hommes de chevaux qui font courir leurs bêtes dans les hippodromes de Québec, Trois-Rivières et Gatineau.

Les hommes de chevaux sont furieux contre la proposition de fermer l’Hippodrome de Montréal, où se font 60 % des courses au Québec. Les activités des hippodromes sont suspendues pour l’hiver. Les hommes de chevaux accuse AF de vouloir implanter un mini-casino sur les anciens terrains de Blue Bonnets, alors que, selon, eux, l’argent qui va à AH devrait servir à appuyer l’industrie du cheval de course. Cette dernière fait vivre quelque 3 000 personnes au Québec, dont plusieurs élèvent leurs chevaux dans les régions agricoles.

Où est la solution ?

Clairement, il n’y a pas de solution facile à cette situation. Les courses de chevaux sont une industrie en déclin depuis l’ouverture du Casino de Montréal, où les joueurs peuvent parier de multiples façons à toute heure du jour et de la nuit, 365 jours par année. C’était cette clientèle qui faisait les beaux jours de Blue Bonnets.

Le gouvernement du Québec doit-il laisser tomber cette industrie dans laquelle il a investi 400 M$ depuis 1995 ?

Québec peut-il laisser Attractions hippiques s'arranger seule avec ses créanciers, auquel cas, ce serait sa faillite et la fin de cette industrie ?

Gérer lui-même cette industrie n’est pas une solution, comme l’a prouvé l’échec de la Société nationale du cheval de course (SONACC).

Avez-vous une solution à proposer au gouvernement, aux hommes de chevaux ou encore à Attractions hippiques ?




image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

Dans la tourmente, Nemaska Lithium trouve un investisseur

Son titre bondissait de plus de 43% vers midi.

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

Fin des services au comptoir à la Laurentienne

Mis à jour le 19/07/2019 | La Presse Canadienne

Les négociations avaient été acrimonieuses entre l’institution financière et la partie syndicale.