Fraude : les conseils de Jean-Paul Gagné

Publié le 14/07/2009 à 00:00

Fraude : les conseils de Jean-Paul Gagné

Publié le 14/07/2009 à 00:00

Par Jean-Paul Gagné

Dossier spécial fraude

Il y en aura d'autres, car ces escrocs sont des maîtres de la tromperie, du mensonge, de l'hypocrisie, de la manipulation. De plus, l'effondrement des marchés financiers a rendu plus difficile la collecte de l'épargne, ce qui a rendu plus ardue la pratique de la formule Ponzi.

Bertram Earl Jones, un gestionnaire de portefeuilles de l'Ouest de l'Île aurait subtilisé entre 30 et 50 millions de dollars à des personnes qui avaient une confiance inébranlable en lui, des retraités, des gens ordinaires qui avaient été séduits par son affabilité, sa courtoisie, sa politesse, son pouvoir de séduction, etc. Exactement comme Bernard Madoff.

Sous leurs bonnes manières, ce sont des experts pour piéger leurs proies. Ces prédateurs escroquent sans remords quiconque leur fait confiance : des veuves, des proches, des voisins, des riches, des moins riches, etc. Ils n'ont aucune préoccupation pour la pauvreté qu'ils créent autour d'eux. Ils ont une fixation : l'argent, toujours l'argent, même s'il est mal acquis.

« À qui peut-on faire confiance dès qu'il s'agit d'argent ? », se demandait avec raison l'écrivain Daniel Pennac dans La Fée carabine. Poser la question, c'est y répondre.

Prudence extrême

Il n'y a qu'un grand principe quand il est question de permettre à quelqu'un d'autre de se mettre le nez dans votre patrimoine, soit comme conseiller financier, planificateur financier ou encore comme gestionnaire de vos avoirs : la prudence extrême.

Quelques conseils

Voici quelques conseils pour éviter les pièges :

1. Assurez-vous que cette personne a un permis de l'AMF. Mais ce n'est pas une condition suffisante.

2. Vérifiez si cette personne a fait l'objet de plaintes. Ce serait un excellent indice.

3. Assurez-vous que cette personne est qualifiée : attestation d'études pertinentes (par exemple, un diplôme en finance), détention d'au moins un titre professionnel pertinent, appartenance à au moins une association professionnelle pertinente.

4. Magasinez. Il est illogique de visiter plusieurs magasins pour acheter un vêtement de quelques centaines de dollars, mais de ne faire aucune recherche avant de confier des économies durement gagnées à un inconnu dont on a souvent une connaissance superficielle.

5. Prenez plusieurs références. Cela est toutefois difficile, car les fraudeurs savent gagner la confiance de leurs clients.

6. Méfiez-vous des promesses de rendement. Personne ne peut garantir des rendements élevés. C'est un indice important.

7. Si vous envisagez de confier une partie de vos avoirs à un gestionnaire, prévoyez assez de temps pour pouvoir lui poser toutes vos questions. Faites-vous expliquer ses techniques de placement (types de placement, titres, etc.) et demandez lui où il prend ses informations (lettres financières, bulletins, etc.). Faites-vous montrer ses sources d'information. Demandez de voir des rapports envoyés à ses clients (il n'aura qu'à biffer les nom et adresse de ceux-ci pour respecter la confidentialité). Ne vous gênez pas, car c'est vous le client.

8. Essayez de deviner son véritable objectif à travers les questions qu'il vous pose. Il doit normalement s'assurer de bien connaître vos objectifs de placement (préservation du capital ou recherche d'un rendement élevé) et vérifier votre capacité de prendre des risques. Serait-il surtout intéressé à connaître l'importance des sommes que vous pourriez lui confier ?

9. Cette personne travaille-t-elle de façon isolée ou si elle est en lien avec une institution reconnue ?

10. Aucun conseiller, planificateur ou gestionnaire ne doit toucher à votre argent. Les chèques ou virements doivent toujours être faits au nom de l'institution financière qui agit comme fiduciaire pour le gestionnaire. Cette institution doit être reconnue. Demandez où se trouve le compte du gestionnaire. Vérifier auprès du gestionnaire dudit compte la qualité des relations qu'il entretient avec le gestionnaire de vos fonds. Ses affaires sont-elles en progression ? A-t-il suffisamment de liquidités ? Si vous recevez des paiements, assurez-vous que ceux-ci viennent de l'institution en question.

11. Assurez-vous d'avoir des rapports périodiques explicites, qui indiquent tous les titres détenus, leur valeur à la fin de la période pour laquelle le rapport est produit, le rendement obtenu sur les titres à revenu fixe, les dividendes payés sur les actions.

12. Ne vous lassez pas de poser des questions. C'est vous qui payez.

13. Si vous n'obtenez pas des réponses claires et complètes à vos questions et si vous avez des inconforts face à ce gestionnaire potentiel, ne lui confiez pas les économies que vous avez mis des années à accumuler.

14. Ne mettez jamais tous vos oeufs dans le même panier. Ne confiez pas tous vos placements à un seul gestionnaire. Si vous désirez faire affaire avec un planificateur ou un gestionnaire indépendant, assurez-vous de confier aussi une partie de vos affaires à une institution reconnue. Cette dernière n'aura d'autre choix que de chercher à sauver sa réputation advenant une fraude ou une erreur d'un de ses conseillers et devrait normalement vous indemniser. Un indépendant ne le fera jamais.

15. Il existe des fonds d'indemnisation dans certains domaines de l'industrie financière, mais tous les risques ne sont pas pas couverts, comme l'ont expérimenté les victimes de Norbourg.
16. Ne perdez jamais de vue qu'un conseiller, un planificateur et un gestionnaire financier est souvent en conflit d'intérêt entre travailler dans votre meilleur intérêt et travailler dans le sien. Les deux objectifs peuvent toutefois être compatibles.

17. Enfin, un conseil plus général. Avant de confier des mandats de gestion de vos avoirs à des tiers, remboursez vos dettes (prêts hypothécaires, prêts à la consommation, soldes de cartes de crédit). La raison : les intérêts sur ces prêts ne sont pas déductibles du revenu imposable, alors que les revenus de placement sont imposables; par contre, les intérêts payés pour gagner des revenus de placement sont déductibles du revenu imposable. Il est incompréhensible qu'une cliente d'Earl Jones avait un prêt hypothécaire de quelques centaines de milliers de dollars. Si celui-ci avait été honnête, il lui aurait conseillé de rembourser ce prêt. Voilà un autre indice révélateur de la qualité d'un conseiller, planificateur ou gestionnaire de portefeuilles.

Bon succès.

Réagir à ce blogue

 

À la une

Pourquoi TaĂŻwan est crucial pour votre entreprise

ANALYSE. Une guerre ou un blocus de l’île productrice de semi-conducteurs affecterait plusieurs entreprises au Canada.

Bourse: Wall Street termine en forte hausse, quatrième semaine de gains pour le Nasdaq

Mis à jour le 12/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le vert.

Ă€ surveiller: Canadian Tire, Linamar et Disney

12/08/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Canadian Tire, Linamar et Disney ? Voici quelques recommandations d’analystes.