Fast 50 : 11 Québécoises se distinguent

Publié le 26/09/2008 à 00:00

Fast 50 : 11 Québécoises se distinguent

Publié le 26/09/2008 à 00:00

Par François Rochon
Pour sa première entrée au palmarès, le concepteur de services de messagerie mobile OZ Communications frappe fort : il se positionne à la tête des entreprises québécoises affichant la plus forte croissance en plus de se classer au 8e rang canadien. Ses ventes ont bondi de 2 815 % entre 2003 et 2007.

Le concours Fast 50 souligne la performance des entreprises technologiques enregistrant la croissance la plus rapide sur une période de cinq ans. Pour accéder au classement, les sociétés doivent notamment être contrôlées par des intérêts canadiens ou avoir leur siège social au pays. Elles doivent aussi investir au moins 5 % de leurs revenus bruts dans la R-D et détenir une technologie brevetée ou autre propriété intellectuelle fournissant une large part des revenus. Enfin, elles doivent avoir réalisé des ventes d'au moins 50 000 $ en 2003 et de 5 millions de dollars en 2007.

Les autres entreprises du Québec figurant au Fast 50 pour la première fois sont Creaform, Teraxion, Averna et SDP Components. D'autres sont des habituées : Radialpoint, Artificial Mind & Movement, Nstein Technologies et Genetec ont chacune réussi un triplé.

"Le fait que plusieurs entreprises reviennent d'année en année prouve qu'il ne s'agit pas d'étoiles filantes", constate Pierre Brodeur, associé en certification et leader du secteur technologies, médias et télécommunications du bureau de Montréal. Selon lui, elles affichent une croissance soutenue, sont bien gérées et ont des idées innovatrices.

"Le concours leur apporte de la crédibilité, ce qui facilite la recherche de financement, note François Sauvageau, l'associé responsable du concours à Montréal. Des investisseurs assistent à la réception."

Boule de cristal

Plusieurs des lauréates à forte croissance cadrent bien avec les prédictions annuelles émises par Deloitte, selon M. Brodeur. Ces prédictions portent sur les grandes tendances qui toucheront le Canada dans les secteurs des technologies, des médias et des communications. Par exemple, Nstein Technologies, qui conçoit des plateformes logicielles pour mettre en ligne les médias, reflète la prédiction "Arrêtez les presses ! Tout se passe en ligne : le monde entier surveille."

Radialpoint, qui offre des solutions de sécurité aux fournisseurs de large bande passante, correspond à la tendance accordant une valeur accrue au contenu par rapport aux équipements. "Sauvegarder le contenu pour le protéger des virus et du vol et s'assurer que les fichiers demeureront compatibles constituent des secteurs en pleine croissance", peut-on lire dans les prédictions du cabinet-conseil. N.V.

À la une

«On réinvestit dans la croissance pour capter les occasions qui se multiplient», Patrick Decostre, PDG de Boralex

Patrick Decostre, PDG de Boralex, a répondu à nos questions sur ses nouvelles orientations stratégiques et financières.

Boralex veut doubler sa puissance d'ici 2025, et encore d'ici 2030

Cette croissance se fera d’abord par la multiplication de son empreinte dans le solaire et aux États-Unis.

Boralex se lance dans le partage de terrains pour le solaire

14/06/2021 | François Normand

Comme les terrains sont rares, le producteur d'énergie verte se lance dans l’agrivoltaïsme avec la française Sun’Agri.