Des détaillants sauvés par le Web

Publié le 08/05/2009 à 00:00

Des détaillants sauvés par le Web

Publié le 08/05/2009 à 00:00

Par Jérôme Plantevin

En mars, les consommateurs québécois ont acheté sur Internet pour 266 millions de dollars de biens et services, soit 8 % de plus qu'à pareille époque l'an dernier. En janvier et en février, ces achats étaient respectivement de 32 % et de 12 % supérieurs à ceux observés en 2008.

La proportion d'acheteurs en ligne a aussi progressé. Depuis le début de l'année, quelque 19,3 % des adultes de la province ont fait des emplettes en ligne, par rapport à 14,6 %, en 2008.

"Le commerce en ligne se porte bien, et cette tendance s'observe dans le reste du monde", remarque Najoua Kooli, directrice de projet au CEFRIO, qui publie l'Indice du commerce électronique au Québec, chaque mois, avec l'agence Internet VDL2. Aux États-Unis, Forrester Research et Shop.org, une division de la fédération nationale des détaillants américains, ont constaté que les ventes sur Internet étaient en hausse de 11 % depuis le début de l'année. De quoi compenser en partie la chute brutale des ventes au détail.

Sur l'ensemble de l'année, d'après les prévisions de Citi Investment Research, les ventes en ligne aux États-Unis augmenteront de 4,4 %, à 141 milliards de dollars américains, alors que les ventes au détail totales diminueront de 3 %. Et avec la menace de pandémie de grippe, la popularité des achats sur le Web n'est pas près de fléchir.

jerome.plantevin@transcontinental.ca

À la une

L'indemnité de départ de l'ex-patron de Bombardier mal reçue par une firme

Glass Lewis « remet en question » les « indemnités substantielles » octroyées à Alain Bellemare.

Repousser les limites

BLOGUE INVITÉ. La pandémie a été un laboratoire d’expérimentation exceptionnel pour plusieurs entreprises.

Projet de loi 61: accélérer des projets d'infrastructures

Des projets pourraient bénéficier de « mesures d’accélération », telles que des « procédures d’expropriation allégées».