Bombardier : des fournisseurs québécois rassurés, pour l'instant


Édition du 07 Novembre 2015

Bombardier : des fournisseurs québécois rassurés, pour l'instant


Édition du 07 Novembre 2015

Par Matthieu Charest

[Photo : Bloomberg]

Si Bombardier est un joyau québécois, c'est aussi la locomotive d'une constellation d'entreprises d'ici, dont plusieurs PME. C'est même «la société phare» du secteur aéronautique québécois, a souligné Aéro Montréal par voie de communiqué. Avec les déboires du CSeries et l'aide de 1,3 milliard de dollars de Québec, Les Affaires a examiné leurs répercussions sur les fournisseurs du géant.

À lire aussi :
«Le fédéral pourrait sûrement exiger davantage» - Paul Tellier, ex-pdg de Bombardier
Bombardier doit revoir la structure de son capital-actions
Bombardier reçoit beaucoup moins d'aide que ses concurrents dans le monde
Finies les excuses, Bombardier doit respecter ses engagements
Investisseurs, fuyez les «dilapideurs» de capital à la Bombardier
Bombardier : une nouvelle occasion ?
Bombardier : 10 analystes se prononcent

Sur la vingtaine de fournisseurs intégrés à la chaîne d'approvisionnement de Bombardier que nous avons joints, seulement deux ont accepté de nous parler ouvertement. Comme quoi le réseau est tissé serré.

«La disparation du CSeries aurait été un désastre, affirme Jean Blondin, président d'Abipa Canada, une entreprise de 140 employés, spécialisée entre autres dans l'usinage de haute précision et l'assemblage mécanique. L'annonce de Québec nous a soulagés. Ce n'est pas seulement Bombardier qui serait touchée [si le CSeries ne voyait pas le jour], c'est l'ensemble [de l'industrie].»

Le gouvernement du Québec devient un partenaire qui vient «nous sécuriser pour l'avenir, estime-t-il. Avec le programme CSeries qui va se poursuivre, c'est toute la chaîne qui reprendra ses activités.»

Des PME moins vulnérables

Pour la pdg d'Aéro Montréal, Suzanne Benoît, la grappe aérospatiale québécoise est en bien meilleure posture en 2015 pour affronter des tempêtes et même une annulation éventuelle du CSeries. «Il y a six ou sept ans, ça aurait été extrêmement dangereux. Maintenant, si le CSeries ne voyait pas le jour, ce serait beaucoup moins dommageable. Nos PME se sont diversifiées, internationalisées.»

La prise de participation de Québec a tout de même «[apaisé] la chaîne d'approvisionnement. Avant l'intervention du gouvernement, les PME étaient nerveuses ; elles sont maintenant rassurées. De toute façon, Bombardier survivrait même sans le CSeries.»

S'il se réjouit de l'intervention de Québec, Thierry Baussan, directeur des opérations à la Société d'outillage M.R., soutient qu'il n'a jamais été vraiment inquiet. «La perception, c'est que ça allait mal. Mais pour nous, tout va bien. Nous avons beaucoup de pièces dans le CSeries, et je n'ai pas constaté de ralentissement dans nos commandes.»

Quant à l'arrivée d'Alain Bellemare à la tête du géant montréalais l'hiver dernier, c'est un gage de succès, selon le directeur des opérations de la PME de 70 employés. «Il ne se serait pas aventuré là s'il n'avait pas été certain que l'entreprise allait dans la bonne direction et qu'il pouvait apporter quelque chose. Bombardier, conclut-il, ne s'est pas rendue où elle est sans savoir où elle s'en va.»

Selon Aéro Montréal, plus de 200 entreprises et près de 42 000 emplois directs et indirects émanent de cette industrie dans la province. Bien sûr, Bombardier en est le moteur principal.

«La disparation du CSeries aurait été un désastre.» - Jean Blondin, président d'Abipa Canada

La grappe aérospatiale au Québec, c'est...

13,8 G$ : Chiffre d'affaires en 2014

204 : Entreprises

41 750 : Travailleurs hautement spécialisés

Source : Rapport annuel 2014 d'Aéro Montréal

À lire aussi :
«Le fédéral pourrait sûrement exiger davantage» - Paul Tellier, ex-pdg de Bombardier
Bombardier doit revoir la structure de son capital-actions
Bombardier reçoit beaucoup moins d'aide que ses concurrents dans le monde
Finies les excuses, Bombardier doit respecter ses engagements
Investisseurs, fuyez les «dilapideurs» de capital à la Bombardier
Bombardier : une nouvelle occasion ?
Bombardier : 10 analystes se prononcent

Suivez Matthieu Charest sur Twitter @MatthieuCharest

À la une

Faire partie de la même équipe que Cole Caufield avec Lipsweater

Une start-up montréalaise propose aux mordus du hockey de faire partie du même club que Cole Caufield.

Bourse: Wall Street termine en hausse, coup de rein avant le week-end férié

Mis à jour à 17:09 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto est fermée pour la Fête du Canada.

Twitter: un rendement assuré de 43%?

EXPERT INVITÉ. Le titre de Twitter se négocie à 37,80$US, 43% sous le prix offert par Elon Musk. Pourquoi?