Boeing espère se relancer avec une nouvelle offre de satellites géostationnaires

Publié le 09/09/2019 à 06:47

Boeing espère se relancer avec une nouvelle offre de satellites géostationnaires

Publié le 09/09/2019 à 06:47

Par La Presse Canadienne

(Image: courtoisie)

Boeing a dévoilé lundi un nouveau type de satellite géostationnaire, espérant relancer un marché atone avec une plateforme qu'il annonce plus puissante et flexible afin de profiter de la croissance des besoins en connectivité fixe et mobile.

Le marché des satellites géostationnaires (GEO) est passé de 22 satellites commandés en 2015 à 5 en 2018. Malgré une reprise cette année, les opérateurs restent attentistes face aux mutations du secteur.

La distribution de chaînes de télévision par satellite reste d'une «importance cruciale» et continue de représenter une «majorité des revenus» des opérateurs comme SES, Intelsat ou encore Eutelsat, a observé Eric Jensen, vice-président chargé des ventes chez Boeing Satellite Systems, lors d'une présentation devant quelques journalistes.

«Mais ce qui croît, c'est l'appétit pour les données» et les besoins croissants en connectivité pour les avions, navires et voitures et en internet à haut débit, a-t-il souligné en marge du rendez-vous annuel de la profession, la World Satellite Business Week, organisé par le bureau d'études Euroconsult.

Le constructeur américain propose donc un petit satellite géostationnaire de sa nouvelle gamme 702X, capable de réattribuer la bande passante en fonction des besoins.

«Dans le passé, un satellite était conçu pour réaliser une tâche. Maintenant, un seul satellite peut effectuer plusieurs missions au cours de sa vie», a expliqué M. Jensen à l'AFP. Plus facile donc pour un opérateur de s'engager sur 15 ans, sachant qu'il pourra s'adapter à de nouveaux besoins une fois le satellite lancé.

Comparé aux satellites géostationnaires traditionnels, Boeing promet un satellite deux fois plus léger (1,9 tonne sans carburant) et doté de moins de composants (65 câbles contre 1.275) grâce à l'impression 3D et à de nouvelles technologies numériques.

La technologie existe déjà, note Boeing, qui l'utilise pour la constellation de 7 satellites en orbite moyenne O3B mPower de SES, qui doit être lancée à partir de 2021. Elle permettra d'offrir une puissance de 5.000 faisceaux par satellite, contre 10 pour la précédente génération d'O3B, relève Stewart Sanders, vice-président de l'opérateur européen SES. Et surtout d'affiner la puissance et sur certaines zones en fonction des besoins.

La version géostationnaire du 702X devrait, elle, pouvoir être lancée dans l'espace en 2022.

«Si vous avez un satellite deux fois plus performant pour la moitié du prix, peut-être que le marché répondra favorablement», espère Eric Jensen, qui table sur une demande annuelle de «10 à 15» satellites géostationnaires.


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

Boeing table désormais sur une reprise des vols commerciaux du 737 Max en janvier

11/11/2019 | AFP

Si Boeing mise désormais sur une reprise des vols commerciaux début 2020, l’incertitude plane toujours.

Des dizaines de Boeing immobilisés dans le monde en raison de fissures

31/10/2019 | AFP

« Les 737 NG concernés par la directive ne peuvent voler tant qu’ils n’ont pas été inspectés », a dit la FAA.

À la une

À surveiller: Mediagrif, Canopy Growth et Savaria

09:06 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Mediagrif, Canopy Growth et Savaria? Voici quelques recommandations d'analystes.

Canopy Growth rate la cible, le titre plonge

Mis à jour le 14/11/2019 | Denis Lalonde

Le titre de Canopy Growth termine la journée sur une chute de 14,27% à la Bourse de Toronto.

L'évaluation des investissements responsables relève du Far West

BALADO.Les investissements responsables sont là pour durer mais leur évaluation relève du Far West, dit François Bourdon