Boeing espère se relancer avec une nouvelle offre de satellites géostationnaires

Publié le 09/09/2019 à 06:47

Boeing espère se relancer avec une nouvelle offre de satellites géostationnaires

Publié le 09/09/2019 à 06:47

Par La Presse Canadienne

(Image: courtoisie)

Boeing a dévoilé lundi un nouveau type de satellite géostationnaire, espérant relancer un marché atone avec une plateforme qu'il annonce plus puissante et flexible afin de profiter de la croissance des besoins en connectivité fixe et mobile.

Le marché des satellites géostationnaires (GEO) est passé de 22 satellites commandés en 2015 à 5 en 2018. Malgré une reprise cette année, les opérateurs restent attentistes face aux mutations du secteur.

La distribution de chaînes de télévision par satellite reste d'une «importance cruciale» et continue de représenter une «majorité des revenus» des opérateurs comme SES, Intelsat ou encore Eutelsat, a observé Eric Jensen, vice-président chargé des ventes chez Boeing Satellite Systems, lors d'une présentation devant quelques journalistes.

«Mais ce qui croît, c'est l'appétit pour les données» et les besoins croissants en connectivité pour les avions, navires et voitures et en internet à haut débit, a-t-il souligné en marge du rendez-vous annuel de la profession, la World Satellite Business Week, organisé par le bureau d'études Euroconsult.

Le constructeur américain propose donc un petit satellite géostationnaire de sa nouvelle gamme 702X, capable de réattribuer la bande passante en fonction des besoins.

«Dans le passé, un satellite était conçu pour réaliser une tâche. Maintenant, un seul satellite peut effectuer plusieurs missions au cours de sa vie», a expliqué M. Jensen à l'AFP. Plus facile donc pour un opérateur de s'engager sur 15 ans, sachant qu'il pourra s'adapter à de nouveaux besoins une fois le satellite lancé.

Comparé aux satellites géostationnaires traditionnels, Boeing promet un satellite deux fois plus léger (1,9 tonne sans carburant) et doté de moins de composants (65 câbles contre 1.275) grâce à l'impression 3D et à de nouvelles technologies numériques.

La technologie existe déjà, note Boeing, qui l'utilise pour la constellation de 7 satellites en orbite moyenne O3B mPower de SES, qui doit être lancée à partir de 2021. Elle permettra d'offrir une puissance de 5.000 faisceaux par satellite, contre 10 pour la précédente génération d'O3B, relève Stewart Sanders, vice-président de l'opérateur européen SES. Et surtout d'affiner la puissance et sur certaines zones en fonction des besoins.

La version géostationnaire du 702X devrait, elle, pouvoir être lancée dans l'espace en 2022.

«Si vous avez un satellite deux fois plus performant pour la moitié du prix, peut-être que le marché répondra favorablement», espère Eric Jensen, qui table sur une demande annuelle de «10 à 15» satellites géostationnaires.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

Fin des vols de certification pour le Boeing 737 MAX

02/07/2020 | AFP

Le Boeing 737 MAX a terminé mercredi sa série de vols de certification, une étape cruciale pour la ...

Bourse: Wall Street s'envole grâce à Boeing

Mis à jour le 29/06/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Boeing a effectué son premier vol de certification pour le 737 Max.

À la une

Les Canadiens divisés sur un resserrement des dépenses, dit un sondage

Il y a 52 minutes | La Presse Canadienne

Près de 80% des gens sondés se sont dites inquiètes de l’ampleur du déficit et de son impact à long terme sur le pays.

Bye bye les centres commerciaux?

CHRONIQUE. Le désamour est tel qu'ils n'ont d'autre choix que de se réinventer pour espérer survivre, selon une étude...

À surveiller: Quincaillerie Richelieu, WSP Global et Tecsys

Que faire avec les titres de Quincaillerie Richelieu, WSP Global et Tecsys?