AV&R est victime de la réglementation américaine


Édition du 06 Juin 2015

AV&R est victime de la réglementation américaine


Édition du 06 Juin 2015

L'entreprise montréalaise réfléchit aussi à l'ouverture d'un bureau aux États-Unis. Mais cela ne réglera pas entièrement le problème, parce que seules les personnes ayant un passeport américain pourraient obtenir l'autorisation de voir les pièces sur lesquelles les machines d'AV&R devraient travailler, explique M. Dupont. «Pour nous, à Montréal, ce sera difficile de considérer un projet potentiel et le risque qu'il représente.»

Plus généralement, les exigences encadrant les exportations constituent souvent un défi dans le commerce transfrontalier en aérospatiale, en raison notamment de la nature très complexe des produits et services dans ce domaine.

«Il y a toujours du travail à faire pour atténuer les barrières commerciales», reconnaît Jim Quick, président de l'Association des industries aérospatiales du Canada.

D'autres lacunes

La réglementation n'est pas le seul défi du développement du marché américain. Le marketing en est un autre, selon Isabelle Dostaler, professeure à l'École de gestion John-Molson de l'Université Concordia. «Nos entreprises sont innovantes, affirme-t-elle. Mais l'effort en matière de développement des affaires et de mise en marché n'est pas toujours là. C'est vrai pour le marché américain, mais aussi pour les autres marchés du monde.»

Dans plusieurs entreprises, on note une absence de culture de R-D, remarque M. Ebrahimi. Souvent, les PME n'ont simplement pas les moyens adéquats pour faire de la R-D.

«Le savoir-faire de plusieurs de nos entreprises s'organise donc autour de ce qu'elles savent faire pour un seul client ou un groupe restreint de clients», dit-il.

Par conséquent, peu d'entreprises ont la capacité de devenir des intégrateurs, c'est-à-dire des entreprises qui assemblent des pièces de base pour en faire des composants intermédiaires, plus finis, comme un frein ou un siège. Elles n'ont donc pas la possibilité de faire le saut à l'extérieur du Québec.

Il s'agit d'un défi important en matière d'exportation, surtout dans un contexte où les constructeurs d'avions cherchent de plus en plus, depuis 10 ans, à faire affaire avec des intégrateurs.

À lire aussi:
Des dirigeables-cargos pour désenclaver les territoires éloignés
Un réseau de R-D d'un océan à l'autre
Tous les regards tournés vers Bombardier
Les PME se mobilisent pour l'avion vert
Responsabilités accrues pour les fournisseurs

À la une

Bourse: Wall Street termine en baisse, plombée par la technologie, avant l’inflation américaine

Mis à jour le 09/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a perdu plus de 90 points, mardi.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

09/08/2022 | Refinitiv

Voici les gagnants et les perdants du jour.

À surveiller: Power Corp, TransAlta et Suncor

09/08/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Power Corp, TransAlta et Suncor? Voici quelques recommandations d’analystes.