Airbus toujours décidé à réussir le pari risqué de l'A380

Publié le 25/05/2012 à 09:22

Airbus toujours décidé à réussir le pari risqué de l'A380

Publié le 25/05/2012 à 09:22

Par AFP
Airbus y croit toujours. Aujourd'hui, 39 aéroports accueillent plus de 10 000 voyageurs au long cours par jour, dans 20 ans, ils seront près de 90, fait valoir John Leahy. "Le trafic aérien va doubler en 15 ans, ce sera impossible d'y arriver avec toujours plus d'avions, nous allons le faire avec de plus gros appareils", prédit-il.

"La logique est incontournable, renchérit Richard Carcaillet, directeur du marketing pour l'A380. Aujourd'hui, les quatre routes aériennes les plus fréquentées au monde sont des lignes domestiques japonaises". Pour satisfaire cette demande, les compagnies japonaises utilisent des avions de plus en plus gros, aujourd'hui des Boeing, demain... des A380, espère-t-il.

"Un aimant à passagers"

L'avion-amiral de l'avionneur européen a eu une naissance difficile. Le premier appareil a été livré avec un an de retard en octobre 2007, et les coûts de développemenent ont explosé pour dépasser 20 milliards d'euros.

Et puis Airbus a dû annoncer cette année la découverte de microfissures sur des pièces métalliques en équerre à l'intérieur des ailes, 16 sur 4 000 par avion.

Elles ne présentent aucun danger pour les vols, confirme l'Agence européenne pour la sécurité aérienne. Mais Airbus a mis plus longtemps que prévu à trouver la solution, qui lui coûtera 260 millions d'euros rien que cette année.

Airbus a livré 74 appareils mais jusqu'au 110ème ou 120ème, tous devront être réparés, a indiqué le directeur des programmes d'Airbus, Tom Williams.

"Ca perturbe les opérations des compagnies aériennes. Ce n'est certainement pas bon pour la réputation d'Airbus", a concédé le patron de l'avionneur, Tom Enders, qui prend le 1er juin la direction de la maison mère, EADS.

Si les compagnies, comme celle de Dubai, Emirates, se plaignent, c'est parce que la réparation devra immobiliser un appareil très demandé, assure John Leahy.

Les clients demandent à voler sur l'A380, plus spacieux et plus silencieux que tout autre appareil. "L'A380 est un aimant à passagers", affirme-t-il, en démontrant tableaux à l'appui que les compagnies qui l'ont mis en service ont accru leur part de marché.

Les statistiques montrent que le 747 de Boeing, livré à plus de 1 400 exemplaires depuis 1969, ne s'était pas vendu plus vite que l'A380 à ses débuts. Mais le "jumbojet" 747 a longtemps été seul sur son marché. L'A380, lui, n'a pas de monopole, et Boeing a sorti une nouvelle version allongée du jumbojet, le 747-800 (467 passagers), pour lui faire concurrence.

À la une

Les travailleurs pourront retirer le masque en période de canicule

La CNESST autorise aux travailleurs d'enlever leur masque à l'extérieur même si la distanciation ne peut être respectée.

Du bitcoin en vente chez Couche-Tard

Êtes-vous prêt à magasiner des cryptomonnaies au dépanneur du coin?

Google présente son nouveau téléphone Pixel

13:11 | AFP

Le Pixel 6 est équipé d'une puce utilisant l'intelligence artificielle.