Air Canada croit que la flambée du pétrole ne gâchera pas la reprise des voyages

Publié le 26/04/2022 à 17:16

Air Canada croit que la flambée du pétrole ne gâchera pas la reprise des voyages

Publié le 26/04/2022 à 17:16

Par La Presse Canadienne

Les revenus ont atteint 2,573 G$ au premier trimestre de 2022. (Photo: 123RF)

Les voyants sur le tableau de bord d’Air Canada pointent vers une reprise vigoureuse du transport aérien. La flambée des prix du carburant et la montée des taux d’intérêt ne semblent pas inquiéter la direction, pour le moment.

Le président et chef de la direction d’Air Canada, Michael Rousseau, a dit qu’il était «très optimiste» quant aux perspectives de croissance pour les prochains trimestres et à moyen terme, lors d’une conférence téléphonique visant à discuter des résultats trimestriels. «Le trafic aérien est de retour, les revenus sont en croissance et notre situation financière, incluant notre trésorerie, est très forte», résume-t-il.

Signe de la reprise anticipée, le passif pour les billets vendus en avance, soit les billets vendus en prévision d’un voyage qui n’a pas encore eu lieu, est maintenant à un seuil plus élevé qu’avant la pandémie. Ce chiffre est 5% plus élevé au premier trimestre qu’à la même période en 2019. «C’est la première fois que ce seuil est franchi depuis le début de la pandémie», souligne Tim James, de Valeurs mobilières TD.

Questionnée sur l’effet de la hausse des prix du carburant sur la demande, la direction n’a pas semblé s’en inquiéter pour le moment. Michael Rousseau a mentionné que le prix du carburant n’avait pas été si volatil depuis la crise financière de 2008 et qu’il était difficile de prédire l’effet sur la demande. Il a toutefois souligné que la demande semblait toujours en mode rattrapage après deux années de pandémie qui ont mis les plans de nombreux voyageurs sur la glace.

La chef des affaires commerciales, Lucie Guillemette, a précisé que la société montréalaise avait plusieurs outils à sa disposition pour générer davantage de revenus par passager, comme la surcharge pour le carburant ou les revenus pour des services complémentaires. «Il ne fait aucun doute que pour certains segments [de la clientèle] la demande pourrait être davantage touchée, mais il reste des occasions pour nous de générer plus de revenus qu’en utilisant seulement le tarif de base.»

La reprise est plus lente pour le voyage d’affaires que le tourisme, mais Lucie Guillemette s’est aussi montrée optimiste pour ce segment d’activité. Le voyage d’affaires demeure inférieur d’environ 50 % au seuil d’avant la pandémie. Elle anticipe que le recul sera de 40 % en mai et juin. «Je pense que nous pourrons atteindre le seuil de 30% à 20% en Amérique du Nord vers septembre ou octobre.»

Comme pour le pétrole, la direction a émis des commentaires relativement optimistes quant à l’effet des taux d’intérêt sur le service de la dette de l’entreprise. Une augmentation des taux d’intérêt de 1 point de pourcentage entraînerait un service de la dette plus élevé d’environ 45 M$ sur cette portion, a précisé le chef des finances, Amos Kazzaz.

Les créances à taux variables représentent 27% de la dette d’Air Canada, contre 63% à taux fixe. «Dans un environnement de hausse des taux d’intérêt, nous sommes bien protégés», commente Amos Kazzaz.

Pertes supérieures aux attentes

Air Canada a réduit sa perte au premier trimestre, mais celle-ci demeure plus élevée que prévu. Le variant Omicron a perturbé la demande en début d’année, mais la direction affirme que le rebond en mars a été vigoureux.

La perte nette de la société montréalaise a été de 974 M$, ou de 2,72 $ par action diluée au présent exercice financier, comparativement à 1,304 G$, ou 3,90 $ par action diluée au premier trimestre de l’exercice 2021.

Les revenus, pour leur part, ont atteint 2,573 G$ au premier trimestre de 2022, soit environ trois fois et demie le résultat du trimestre correspondant de 2021.

La perte ajustée diluée par action s’établit à 2,51 $, contre 3,74 $ à la même date l’an dernier.

Avant la publication des résultats, les analystes anticipaient une perte nette de 1,49 $ et des revenus de 2,64 G$, selon la firme Refinitiv.

Tim James reconnaît que la rentabilité est inférieure aux attentes. «Les flux de trésorerie, les billets vendus en avance et le fait que les prévisions pour 2022 demeurent inchangées compensent les résultats aux prévisions», juge l’analyste financier.

À la fermeture de la Bourse de Toronto, l’action perd 1,76 $, soit 7,27%, à 22,46 $.

 

Sur le même sujet

Pourquoi j'ai perdu l'envie de voyager ou le cirque des compagnies aériennes

BLOGUE INVITÉ. Le cirque des compagnies aériennes: tout pour vous décourager de voyager.

CAE et Air Canada offrent des perspectives différentes

Édition du 15 Juin 2022 | Jean Gagnon

LA BOUSSOLE BOURSIÈRE. Laquelle de ces deux sociétés les investisseurs devraient-ils préférer entre CAE et Air Canada?

À la une

Bourse: Wall Street termine en berne, minée par la confiance des ménages

Mis à jour à 17:51 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse malgré la hausse du cours du pétrole brut.

À surveiller: MTY, Mdf commerce, et Goeasy

Que faire avec les titres de Groupe d’alimentation MTY, mdf commerce et goeasy?

Le BSFI modifie les règles sur les prêts immobiliers pour réduire le risque

Les consommateurs ne verront pas d’augmentation de leurs exigences de paiement mensuel à la suite de ce changement.