Demers Ambulances choisit ses marchés

Publié le 01/05/2010 à 00:00, mis à jour le 18/10/2013 à 11:33

Demers Ambulances choisit ses marchés

Publié le 01/05/2010 à 00:00, mis à jour le 18/10/2013 à 11:33

Par François Normand

Benoît Lafortune, vice-président, Ambulance Demers. Photo: Gilles Delisle

Cela ne tient pas du hasard si Demers Ambulances vend ses véhicules dans plus de 20 pays. La PME de Beloeil, sur la rive sud de Montréal, cible minutieusement ses combats, et évite surtout ceux qu'elle ne peut pas gagner.

Forte de 40 ans d'expérience à l'international, elle conçoit plus de 52 modèles d'ambulances. Demers peut en vendre jusqu'à 1 500 par année en Amérique du Nord, en Amérique latine, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, et en Europe. Le prix oscille entre 100 000 et 200 000 $ l'unité.

Les modèles varient d'un pays à l'autre en fonction de la qualité des systèmes de santé et de la philosophie d'intervention dans le secteur préhospitalier - le délai entre l'accident ou le malaise d'une personne et son transfert vers un hôpital.

Ainsi, plus le système de santé d'un pays est développé, plus les ambulances sont sophistiquées, comme au Canada ou au Royaume-Uni. En France, des médecins accompagnent parfois même les ambulanciers.

À l'inverse, en Inde, où les soins de santé sont rudimentaires, les ambulances ne servent qu'à transporter les blessés vers les centres hospitaliers - après un long délai - sans intervention, ou presque, pour soigner ou stabiliser les patients.

Augmenter ses chances de réussite

Les clients de Demers sont des ministères de la santé. Cependant, l'entreprise de Beloeil ne présente pas systématiquement une soumission chaque fois qu'un gouvernement veut renouveler sa flotte d'ambulances. " Nous soumissionnons quand nos chances de réussite sont très bonnes ", dit Benoit Lafortune, vice-président exécutif, ventes, de Demers Ambulances. C'est d'ailleurs pourquoi elle ne vend pas ses véhicules en Europe de l'Ouest, où les systèmes de santé sont pourtant très développés. La France, l'Allemagne et l'Italie comptent plusieurs fabricants d'ambulances, dont le marché et le réseau sont bien implantés.

Choisir les marchés en fonction des plateformes motorisées

Demers choisit également ses marchés en fonction des plateformes motorisées qu'elle utilise pour concevoir et fabriquer ses ambulances, soit celles de GM et de Ford, et plus récemment, de Mercedes.

Ainsi, l'absence de Demers du marché européen tient en partie au fait que les principales plateformes utilisées sont celles de Renault, de Fiat ou de Peugeot.

" Leur réseau de distribution est bien établi; nous ne sommes pas concurrentiels ", admet M. Lafortune. En revanche, la Russie favorise les plateformes américaines, ce qui permet à Demers de vendre dans ce pays.

C'est toutefois sa nouvelle plateforme Mercedes qui suscite le plus grand espoir, surtout dans les pays émergents comme la Chine.

" Mercedes y est bien établie, ainsi que son réseau de pièces ", dit M. Lafortune. Ce qui favorise Demers, puisque la Chine investira pour développer son système de santé, et achetèra des milliers d'ambulances.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Tensions avec la Chine: et si le Canada contre-attaquait?

29/06/2019 | François Normand

ANALYSE - Comme avec les États-Unis, le Canada a un rapport de force pour influencer la Chine. Le voici.

Suspension des importations de porc en Chine: Banque Nationale fléchit

Mis à jour le 26/06/2019 | Dominique Beauchamp

La Banque Nationale s'incline un peu plus que ses rivales parce que 45% du porc canadien est produit au Québec.

À la une

Stella-Jones: Brian McManus part l’esprit tranquille

Entrevue. Le PDG explique les raisons de son départ et ce qu’il voit pour Stella-Jones pour la suite.

Immobilier: un bon 2e trimestre malgré un mois de juin moins éclatant

Il y a 19 minutes | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. En juin, les ventes de propriétés résidentielles ont reculé par rapport à la même période l'an dernier.

Desjardins: une protection numérique permanente offerte à tous les membres

Mis à jour à 11:27 | La Presse Canadienne

L’affaire se transportera également à Ottawa, lundi après-midi.