Alcoa centralise ses achats

Publié le 29/01/2011 à 00:00, mis à jour le 18/10/2013 à 09:01

Alcoa centralise ses achats

Publié le 29/01/2011 à 00:00, mis à jour le 18/10/2013 à 09:01

Par François Normand

Quand un employé d'Alcoa au Québec a besoin d'une rame de papier, il appelle dorénavant en Hongrie pour se la procurer. Au second semestre de 2010, Alcoa Canada y a transféré son service des petits achats (inférieurs à 5 000 $, comme les fournitures de bureaux), où la multinationale américaine exploite un centre des services partagés.

" Nous serons plus efficaces et nous réduirons nos coûts ", dit Jerry Touzel, directeur des ressources humaines d'Alcoa, produits primaires, au Québec. En regroupant ses commandes, l'entreprise accroît son pouvoir d'achat, ce qui lui permet de négocier de meilleurs prix auprès de ses fournisseurs.

Les trois employés responsables des petits achats au Québec ont été réaffectés au sein du groupe dans la province, dont un au Centre d'excellence d'Alcoa, à Deschambault, où on effectue de la R-D.

Selon Alcoa, le transfert des petits achats en Hongrie n'aura pas d'impact sur les achats locaux. " Les achats se feront à partir de la Hongrie, mais nos employés des approvisionnements au Québec diront aux acheteurs de la Hongrie où ils doivent se procurer les biens ", dit la porte-parole Lysane Martel. Alcoa a créé ce centre des services partagés en 2001. Il emploie 250 personnes, dont 85 sont affectées aux petits achats d'une centaine d'usines d'Alcoa (dont des alumineries) dans 14 pays en Amérique du Nord et en Europe.

Les achats d'importance, comme l'alumine (matière première qui est transformée en aluminium), continueront d'être effectués à partir du Québec.

À la une

Bourse: quelques bonnes nouvelles, pas de mauvaise, Wall Street clĂ´ture en forte hausse

Mis à jour à 17:09 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse pour une 5e séance consécutive.

Ă€ surveiller: Bombardier, Pfizer et BMO

Que faire avec les titres Bombardier, Pfizer et BMO? Voici quelques recommandations d’analystes.

Le patron de la Banque Royale évalue à «50-50» la probabilité d'une récession

La Banque Royale a affiché des revenus de 11,22 milliards de dollars pour le deuxième trimestre.