Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Une plateforme pour être sur son X… énergétique

Dominique Talbot|Mis à jour le 26 avril 2024

Une plateforme pour être sur son X… énergétique

Dans cinq ans, «on se voit comme la première option pour des entreprises qui possèdent des bâtiments pour les décarboner. On veut être l’entreprise de choix», dit le présiden et cofondateur de vadiMAP, Jérémy Boucher. (Photo: courtoisie)

Pour tout l’automne, Les Affaires vous présente SOLUTION START-UP, une rubrique dédiée aux jeunes entreprises innovantes du Québec. Vous découvrirez des entreprises qui ont franchi l’étape de l’«accélération». C’est un rendez-vous chaque semaine, tous les mercredis à 12h.


 

SOLUTION START-UP. «La plupart des bâtiments dans le monde consomment beaucoup d’énergie et en gaspillent beaucoup. Il y a une façon de gérer ça plus efficacement.»

À partir de ce constat, Jérémy Boucher est convaincu d’avoir trouvé la solution pour régler le problème. Tellement qu’avec son père, Dan, et Nicolas Mary, tous les trois ingénieurs, il a fondé l’entreprise vadiMAP. Cette dernière offre des solutions de gestion énergétique intelligentes dans les bâtiments. 

Des bâtiments d’industries légères, des restaurants, des épiceries, des quincailleries, des pharmacies, qui, malgré la bonne volonté des propriétaires, peinent à être sur leur X en termes d’efficacité énergétique. 

Et à l’heure où la population et les entreprises sont invitées à opter pour la sobriété, ces solutions doivent évidemment aller plus loin que de faire travailler le lave-vaisselle la nuit plutôt que le jour. 

Le problème, explique Jérémy Boucher, c’est que «les propriétaires de bâtiments ne savent pas qui contacter, quelles solutions seront bonnes pour eux ou combien ils devront investir. Un paquet de questions qui fait qu’ils sont dans l’inaction».

Dans bien des cas, ils sont aussi dans l’ignorance des incitatifs financiers disponibles pour réduire leur empreinte et s’approcher de la carboneutralité.

Par exemple, dit le jeune entrepreneur, «Énergir et Hydro-Québec ont une tonne de programmes d’incitatifs pour l’efficacité énergétique. C’est disponible, mais les propriétaires de bâtiments ne le savent pas. Aussi, pour une entreprise qui a des bâtiments dans différentes provinces, pays, états, c’est impossible de connaître les incitatifs financiers disponibles un peu partout, et pour quelles technologies. Notre plateforme tient compte de ces incitatifs financiers pour les proposer aux propriétaires de bâtiments.»

«Les besoins que nous avons voulu combler avec vadiMAP, poursuit l’entrepreneur, c’est de simplifier cette feuille de route pour décarboner leurs bâtiments et les rendre plus intelligents», énergétiquement parlant.

Comment ça fonctionne? «vadiMAP est une solution propulsée par l’intelligence artificielle. […] Notre technologie se trouve dans la simulation énergétique», dit Jérémy Boucher. 

Pour y arriver, l’entreprise a développé son propre logiciel — protégé par le secret industriel — qui numérise le savoir-faire des ingénieurs traditionnel. Ensuite, elle recueille des données sur un outil de questionnaire en ligne que remplissent ses clients: factures d’énergie (gaz, électricité), type de bâtiment (épicerie, restaurants, bureaux, etc.), les heures d’ouverture et d’autres informations sur les équipements. 

Par la suite, vadiMAP simule et génère des scénarios d’efficacité et de décarbonation possible pour le propriétaire du bâtiment et choisi les configurations optimales en fonctions de ses objectifs. À partir de ces analyses et du diagnostic posé, elle est par la suite en mesure de proposer des solutions. 

«À partir de notre questionnaire, on va être capable d’aller chercher le bon profil et de l’adapter pour le type de bâtiment», dit Jérémy Boucher. 

«Nous avons fait beaucoup de recherche et de développement pour développer cette technologie [de jumeau numérique]. C’est ce qui nous différencie. On n’a pas besoin d’aller mettre des capteurs dans le bâtiment un ou deux mois à l’avance pour récolter des données avant de commencer à émettre des recommandations. On peut le faire immédiatement.» Et faire le suivi des solutions qu’elle propose, ajoute-t-il. 

La jeune start-up s’appuie aussi sur des partenariats avec des entreprises qui sont en mesure de réaliser les stratégies proposées par son logiciel pour que le virtuel se transpose dans le réel. 

La plateforme de vadiMAP (Photo: courtoisie)

Des services d’ingénierie, par abonnement

Depuis le début de la commercialisation de leur produit en 2021, la demande augmente rapidement pour celui-ci, dit Jérémy Boucher. Entre 2021 et 2022, la croissance a été de 85%. Entre 2022 et 2023, les prévisions sont de 170%. «Nous estimons que nos revenus seront de 700 000$ cette année», confie Jérémy Boucher. Et des discussions avec de potentiels investisseurs sont en cours. 

Le modèle d’affaires, par abonnement, détonne aussi par rapport aux services d’ingénierie traditionnels. 

«C’est disponible avec un seul abonnement que tu paies 3350$ par année, par bâtiment. Et ça comprend tout. Plutôt que d’avoir plusieurs produits, nous avons simplifié ça.»

Pourquoi un abonnement? «La transition énergétique, atteindre le net-zéro, ça ne se fait pas en une année, en une étape, mais progressivement», répond Jérémy Boucher. 

Et sans cesse, ajoute-t-il, de nouvelles technologies disponibles apparaissent, et les tarifs d’énergie changent. «Faire affaire à la pièce chaque année avec des firmes d’ingénierie, ça ne fait aucun sens. C’est la raison pour laquelle notre offre se présente de cette façon.»

En ce moment, vadiMAP fait le suivi de plus de 70 bâtiments appartenant à des entreprises comme les restaurants McDonald’s, Toromont (détaillant des produits de la multinationale Caterpillar), et d’autres. D’ici 2025, elle souhaite avoir plus de 1000 bâtiments qui utiliseront sa plateforme. 

Ses clients sont bien sûr au Québec, mais aussi ailleurs au Canada, aux États-Unis et en France. Des analyses sont aussi en cours en Italie, au Mexique et au Costa Rica. À cela s’ajoute une entente nouvellement signée avec Énergir, dans le cadre de son programme d’innovation technologique. 

Dans cinq ans, «on se voit comme la première option pour des entreprises qui possèdent des bâtiments pour les décarboner. On veut être l’entreprise de choix», dit Jérémy Boucher.

 

 

 

Abonnez-vous à nos infolettres thématiques!

PME et entrepreneuriat — Tous les mardis, mercredis et jeudis

Découvrez les innovations développées par les jeunes pousses et les PME d’ici, ainsi que les récits inspirants d’entrepreneurs.