Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires
  • Accueil
  • |
  • Que penser du projet Libra de Facebook?

Que penser du projet Libra de Facebook?

Francis Nadeau|Mis à jour le 11 avril 2024

Que penser du projet Libra de Facebook?

(Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Depuis plusieurs mois, une rumeur circule selon laquelle Facebook serait intéressée par les monnaies virtuelles. Et bien, le projet Libra de la multinationale, enregistré en Suisse, est effectivement une initiative blockchain.

Ce réseau blockchain aurait pour but de supporter un stablecoin, une monnaie virtuelle facilitant l’accès au transfert de valeurs et réduisant les coûts de transactions internationales.

Explorons ensemble les stablecoins.

Qu’est-ce qu’un stablecoin? Les stablecoins sont des cryptomonnaies stables indexées à une devise ou à tout autre produit ayant une valeur notable, comme par exemple des métaux précieux. Cette approche permet de minimiser ou de rendre nulle la volatilité du prix, en plus de faciliter l’échange à 1:1.

Le Bitcoin, contrairement aux stablecoins qui nécessitent beaucoup plus de gouvernance, est créé à même le réseau par les mineurs en échange de puissance de calcul et inclut une forme de limitation. On comprend donc qu’à la différence des stablecoins, le cœur de Bitcoin n’est pas manipulable.

C’est pourquoi la domination du Bitcoin par rapport aux autres cryptomonnaies est supérieure à 50%. Ici, je ne dis pas que le Bitcoin est une recette magique et qu’il devrait être utilisé dans l’ensemble des cas d’utilisations, mais plutôt qu’il offre une bonne performance comme «or numérique».

Quelques exemples de stablecoins:

JPM Coin

La banque JP Morgan a récemment fait la manchette avec son JPM Coin indexé au dollar américain. Actuellement en développement, le JPM Coin sera d’abord limité aux transactions d’envergure entre grands investisseurs.

Ce que j’en déduis, c’est que son utilité est d’éliminer les tierces parties centrales aux processus tout en utilisant les mêmes étapes de connexion et d’authentification centralisées.

 

Thether (USD-T)

Je ne pourrais pas passer à côté de Tether, une autre cryptomonnaie stable se voulant rattachée au dollar américain via la banque Crypto Capital Corp, une société basée au Panama. Très nébuleux!

En avril 2019, le bureau du procureur général de New York a déclaré que Bitfinex, une plateforme d’échange en ligne qui contrôle la monnaie virtuelle Tether, s’est engagée à dissimuler la perte de 850 millions de dollars de fonds clients et entreprises.

 

Coinbase (USD-C)

Coinbase, une autre plateforme d’échange, est récemment entré dans la partie. On peut lire sur leur site: «USD-C est une devise stable entièrement soutenue par le dollar américain et développé par le consortium CENTER. Les clients de Coinbase détenant des comptes en dollars américains peuvent échanger 1 USD-C pour 1 USD.»

J’ajouterais que Coinbase est un acteur d’adoption important étant donné sa plateforme très simple d’utilisation.

 

Stablecoin Facebook

Facebook recherche jusqu’à 1 milliard de dollars d’investissements auprès d’institutions afin de constituer une forme d’endossement pour soutenir sa monnaie virtuelle. L’entreprise aurait consulté les dirigeants du département du Trésor américain concernant la réglementation.

Facebook n’est pas la première à vouloir déployer cette forme de monnaie virtuelle stable, mais je dirais que sa portée est potentiellement inégalable.

Dans un marché où certains stablecoins riment avec manipulation, est-ce que ce modèle de gestion de valeur est bon?

 

Piste d’implémentation pour Facebook

Selon les premières communications, Facebook envisageait de relier sa monnaie aux processus d’annonces. C’est-à-dire que les utilisateurs qui visionnent et achètent les publicités seraient récompensés selon la même logique qu’une carte de fidélité.

Au moment d’écrire ces lignes et en raison d’un écosystème très développé d’un point de vue marketing, plusieurs nouvelles ont fait route dans les médias. Voici les points forts des plus récentes:

  • Facebook prévoit transmettre la gouvernance de sa monnaie virtuelle à des contributeurs externes;
  • Les utilisateurs qui envoient de l’argent via Messenger ou WhatsApp auraient peu, sinon pas de frais de gestion;
  • Facebook prévoit déployer des machines physiques de type ATM, où les utilisateurs pourront acheter la devise;
  • Les employés travaillant sur le projet pourraient recevoir leur salaire en monnaie virtuelle.

Ce que je perçois, c’est qu’il y a beaucoup de bruit présentement autour des monnaies de type stablecoin, et peu de réponses. Je suis impatient de voir comment l’expérience utilisateur, le niveau de sécurité et la transparence se marieront.

Les questionnements

Dans le cas d’un Facebook Coin, plusieurs experts se questionnent sur :

  • Les processus de vérification de l’identité des utilisateurs;
  • La problématique de confidentialité;
  • Comment ils permettront une meilleure gestion des clés de signature, puisqu’il faut éviter d’autres scandales à la QuadrigaCX où la gestion des clés a été un fiasco.

Je crois qu’il serait également intéressant de se pencher sur les questions suivantes:

 

  • Est-ce que les administrations publiques et les législateurs auront une forme de pouvoir ou devront-ils s’adapter à ce genre de global coin?
  • Comment s’assurer que ces stablecoins soient non manipulables et ainsi vérifiables en tout temps?

 

Pour le moment, plusieurs questions demeurent…

Est-ce que les consommateurs sont prêts?

Tout est dans l’approche, le client a toujours raison. Ce que je veux illustrer ici, c’est qu’il ne s’agit pas de simplement émettre une monnaie, mais plutôt de permettre une expérience utilisateur optimale, de s’assurer que cette monnaie soit utilisable dans une mesure intéressante, qu’elle soit sécuritaire et comporte les mêmes caractéristiques qu’une devise «normale».

Un dossier à suivre, car toutes les informations sont sujettes à évoluer rapidement!

Restez à l’affût, le 18 juin prochain, Facebook en dévoilera davantage.