Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires
  • Accueil
  • |
  • Les É.-U. veulent que Boeing plaide coupable de fraude

Les É.-U. veulent que Boeing plaide coupable de fraude

La Presse Canadienne|01 juillet 2024

Les É.-U. veulent que Boeing plaide coupable de fraude

On ne sait pas exactement quel impact un accord de plaidoyer pourrait avoir sur d’autres enquêtes sur Boeing, y compris celles qui ont suivi l’expulsion d’un panneau appelé bouchon de porte sur le côté d’un Boeing Max 9 lors d’un vol d’Alaska Airlines en janvier. (Photo: Getty Images)

Le ministère américain de la Justice envisage de proposer à Boeing de plaider coupable de fraude dans le cadre de deux accidents d’avion mortels impliquant ses avions de ligne 737 Max, selon deux personnes qui ont entendu les procureurs fédéraux détailler l’offre dimanche.


Boeing aura jusqu’à la fin de la semaine prochaine pour accepter ou rejeter l’offre, qui implique que le géant de l’aérospatiale accepte qu’un observateur indépendant supervise son respect des lois antifraudes, ont-ils indiqué.


L’affaire découle de la résolution du ministère selon laquelle Boeing a violé un accord qui visait à résoudre une accusation de complot de 2021 visant à frauder le gouvernement américain. Les procureurs avaient alors allégué que Boeing avait induit en erreur les régulateurs qui avaient approuvé le 737 Max et fixé les exigences en matière de formation des pilotes pour piloter l’avion. L’entreprise a imputé la fraude à deux employés de niveau relativement bas.


Le ministère de la Justice a informé les proches de certaines des 346 personnes décédées dans les accidents de 2018 et 2019 de l’offre de plaidoyer lors d’une réunion vidéo. Les membres de la famille, qui souhaitent que Boeing fasse l’objet d’un procès pénal et paie une amende de 24,8 milliards de dollars américains, ont réagi avec colère. L’un d’eux a déclaré que les procureurs mettaient le feu aux familles ; un autre leur a crié dessus pendant plusieurs minutes lorsqu’on lui a donné la possibilité de parler.


Nadia Milleron, résidente du Massachusetts, a affirmé: «Nous sommes bouleversés. Ils devraient simplement engager des poursuites.» Sa fille de 24 ans, Samya Stumo, est décédée dans le deuxième des deux accidents du 737 Max. Elle a ajouté: «Ils disent que nous pouvons argumenter devant le juge»
Les procureurs ont déclaré aux familles que si Boeing rejetait l’offre de plaidoyer, le ministère de la Justice demanderait un procès dans cette affaire, ont déclaré les participants à la réunion. Des responsables du ministère de la Justice ont présenté l’offre à Boeing lors d’une réunion plus tard dimanche, selon une personne proche du dossier.


Boeing et le ministère de la Justice ont refusé de commenter.


L’accord de plaidoyer priverait le juge de district américain Reed O’Connor de la possibilité d’alourdir la peine de Boeing en cas de condamnation, et certaines familles envisagent de demander au juge du Texas de rejeter l’accord si Boeing l’accepte.


«L’aspect scandaleux sous-jacent de cet accord est qu’il ne reconnaît pas que le crime de Boeing a tué 346 personnes», a souligné Paul Cassell, l’un des avocats des familles des victimes. «Boeing ne sera pas tenu responsable de cela, et ils ne vont pas admettre que cela s’est produit.»


Sanjiv Singh, avocat de 16 familles qui ont perdu des proches lors de l’écrasement de Lion Air au large de l’Indonésie en octobre 2018, a qualifié l’offre de plaidoyer d’«extrêmement décevante».


Un autre avocat représentant les familles qui poursuivent Boeing, Mark Lindquist, a dit avoir demandé au chef de la section des fraudes du ministère de la Justice, Glenn Leon, si le ministère ajouterait des accusations supplémentaires si Boeing refusait l’accord de plaidoyer. «Il ne s’engagerait pas d’une manière ou d’une autre», a fait savoir Me Lindquist.


La réunion avec les familles des victimes de l’accident a eu lieu quelques semaines après que les procureurs ont déclaré à M. O’Connor que le géant américain de l’aérospatiale avait violé l’accord de janvier 2021 qui protégeait Boeing de poursuites pénales liées aux accidents. La seconde a eu lieu en Éthiopie moins de cinq mois après celle en Indonésie.


Remise en question des contrats fédéraux


Une condamnation pourrait mettre en péril le statut de Boeing en tant que contractant fédéral, selon certains experts juridiques. L’entreprise a d’importants contrats avec le Pentagone et la NASA.


Cependant, les agences fédérales peuvent accorder des dérogations aux entreprises reconnues coupables de crimes afin de les maintenir éligibles aux contrats gouvernementaux. Les avocats des familles des victimes de l’accident s’attendent à ce que cela soit fait pour Boeing.


Boeing a payé une amende de 244 millions de dollars américains dans le cadre du règlement en 2021 de l’accusation de fraude initiale. Le ministère de la Justice demandera probablement une autre sanction similaire dans le cadre de la nouvelle offre de plaidoyer, a déclaré une personne proche du dossier qui s’est exprimée sous couvert d’anonymat pour discuter d’une affaire en cours.


L’accord comprendrait un contrôleur pour superviser Boeing — mais la société proposerait trois candidats et demanderait au ministère de la Justice d’en choisir un, ou de demander à Boeing des noms supplémentaires. Cette disposition a été particulièrement détestée par les membres des familles présents à l’appel, ont déclaré les participants.


Le ministère de la Justice n’a également donné aucune indication quant à une décision de poursuivre en justice les dirigeants actuels ou anciens de Boeing, une autre demande des familles longtemps réclamée.
Me Lindquist, un ancien procureur, a déclaré que les responsables avaient clairement indiqué lors d’une réunion précédente que les individus — même les PDG — pouvaient être des accusés plus sympathiques que les entreprises. Les responsables ont cité comme exemple l’acquittement en 2022, pour des accusations de fraude, du pilote technique en chef de Boeing pour le Max.


On ne sait pas exactement quel impact un accord de plaidoyer pourrait avoir sur d’autres enquêtes sur Boeing, y compris celles qui ont suivi l’expulsion d’un panneau appelé bouchon de porte sur le côté d’un Boeing Max 9 lors d’un vol d’Alaska Airlines en janvier.

David Kœnig