Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires
  • Accueil
  • |
  • Entrepreneurs: arrêtez de trop réfléchir!
Dominic Gagnon

Innovation entrepreneuriale

Dominic Gagnon

Expert(e) invité(e)

Entrepreneurs: arrêtez de trop réfléchir!

Dominic Gagnon|Mis à jour le 11 avril 2024

Entrepreneurs: arrêtez de trop réfléchir!

Photo : Ricardo Gomez Angel pour Unsplash.com

EXPERT INVITÉ. La semaine dernière, j’ai parlé de la vertu d’écouter votre intuition. Aujourd’hui, je vous présente la suite: l’importance pour un entrepreneur d’agir au-delà de trop réfléchir. 

Évidemment, la plupart des gens nous laissent croire que nous devrions tout étudier avant de faire quoi que ce soit et prendre la moindre décision. Qu’il est obligatoire d’élaborer des plans minutieux et éviter de prendre toute décision impulsive. Mais soyons honnêtes: créer une entreprise est souvent tout le contraire.

Lorsque l’avenir est incertain et que tout semble flou, trop réfléchir risque de vous paralyser et vous empêcher de passer à l’action. La planification ne remplacera jamais l’apprentissage par l’expérience. C’est simple: il est impossible de savoir avec certitude si vos idées fonctionnent tant que vous ne les avez pas testées dans la vraie vie. 

Mes 20 dernières années en tant qu’entrepreneur m’ont appris que l’action gagnera très souvent sur la réflexion. Cela ne veut pas dire que je préconise l’action impulsive et insensée, loin de là, mais plutôt que les entrepreneurs devraient souvent privilégier l’action lorsque se pose le dilemme entre la réflexion et l’action.

Voici certaines raisons qui me poussent à croire que l’action devrait l’emporter sur l’analyse lorsque vous souhaitez lancer votre entreprise.

Le piège de la connaissance

Lorsque vous vous lancez en entrepreneuriat, vous êtes confronté sans cesse à l’inconnu. Est-ce vraiment une bonne idée? Qui sera intéressé par vos produits? Qui devriez-vous recruter en premier? Etc. Il est donc normal de vouloir tout savoir avant de prendre des décisions, mais parfois, il y a tellement d’informations à saisir que cela devient tout simplement impossible. C’est certainement la raison pour laquelle on compare souvent l’entrepreneuriat à quelqu’un qui construit son parachute en plein vol!

En fait, plus vous en apprenez en tant qu’entrepreneur, plus vous vous rendez compte de l’incertitude qui vous entoure. De nouvelles questions surgissent sans cesse. Vous réalisez alors que ce que vous ne savez pas dépasse largement ce que vous savez.

Cela peut être assez stressant, je l’avoue. Toutefois, si vous attendez de tout savoir, tout comprendre et tout prévoir, vous allez simplement retarder votre début indéfiniment! C’est le cas de nombreuses personnes que je connais qui ont passé des années à mijoter leur projet entrepreneurial pour finir par ne rien lancer du tout.

De plus, dans le monde des affaires, ce n’est pas tant ce que vous savez qui compte, mais plutôt l’action que vous entreprenez. Si les fondateurs passent trop de temps à planifier, leurs rêves finissent par s’effriter. La seule réelle façon de savoir si vos idées fonctionnent est de les mettre en pratique.

 

L’action clarifie la pensée

L’entrepreneuriat est fondamentalement expérientiel, pas académique. C’est un peu paradoxal à écrire considérant que j’ai moi-même enseigné l’entrepreneuriat à l’ÉTS durant plusieurs années. Je ne crois pas que j’enseignais réellement l’entrepreneuriat, j’enseignais principalement les actions à prendre pour ceux qui se sentent déjà entrepreneurs ou souhaitent le devenir.

Ce que vous apprendrez en lisant des livres ou écoutant des podcasts vous fournira des pistes, mais le réel apprentissage se passe sur le terrain, en lançant des produits, en réalisant des ventes et en itérant.

Par exemple, j’ai rapidement constaté que les études de cas analytiques que j’enseignais dans mon cours fonctionnaient bien moins bien que l’apprentissage par l’expérience. Expliquez l’ABC de la vente n’atteignait pas dix pour cent de l’impact par rapport à demander aux étudiants d’appeler des prospects pour les convaincre, avant de discuter des résultats ensuite. C’est simple, il existe une différence immense entre «parler d’entrepreneuriat» et vivre l’entrepreneuriat.

Faire, puis penser, permet de réaliser une rétro-ingénierie de vos hypothèses. L’expérience force la clarté. Vous découvrez votre client et votre produit de manière beaucoup plus efficace grâce aux retours sur vos actions.

Pensez comme un scientifique

Vous devriez approcher l’entrepreneuriat comme une expérience scientifique: développez une hypothèse, concevez une expérience, obtenez des retours tangibles, analysez les résultats, affinez et recommencez. Ce cycle de développement va battre n’importe quelle planification prolongée et ralentie par vos nombreuses hésitations.

Vous pourrez même découvrir que vos hypothèses initiales étaient totalement erronées, mais ce n’est pas grave, car si vous aviez interminablement réfléchi aux issues possibles, vous auriez manqué des opportunités. Il n’y a que l’action qui permet cela!

 

L’action bat le perfectionnisme

Le désir de perfection tue le progrès. Concevoir un produit parfait signifie ne jamais rien lancer du tout. Faites attention, nous ne devrions pas non plus célébrer le travail bâclé. Mais vous devez résister à la tentation de peaufiner votre produit tellement longtemps qu’il sera déjà dépassé au lancement. C’est encore plus vrai si vous réalisez actuellement un projet qui implique de l’intelligence artificielle: chaque jour cela change. Livrez plutôt une première version rapidement, puis améliorez méthodiquement en fonction des retours des clients.

Reid Hoffman, le cofondateur de LinkedIn, l’a le mieux résumé: «Si vous n’avez pas honte de la première version de votre produit, vous l’avez lancé trop tard.»

Faire vaudra toujours mieux que parfait!

 

Pas besoin de refaire le monde

Un autre problème que j’ai constaté personnellement chez beaucoup d’entrepreneurs est que ceux-ci croient qu’ils doivent refaire le monde. Par conséquent, ils se paralysent en essayant de résoudre toutes les incertitudes avant de commencer.

Assurez-vous de mettre la première pierre avant de penser à l’édifice en entier. Identifiez la première hypothèse la plus critique à tester en premier. Par exemple, vérifiez initialement si les clients seront intéressés par votre produit, c’est la base! Les questions suivantes peuvent attendre.

Faites juste assez de recherche pour encadrer une expérience, mais ne vous perdez pas dans la complexité. Faites un pas en avant, évaluez et redirigez. Le chemin du succès se dévoilera en cours de route!

 

Commencez: tout simplement!

En entrepreneuriat, une connaissance approfondie ne représente pas le pouvoir. Le pouvoir, c’est l’action! Vous pouvez lire le nombre de blogues et d’articles ou de livres sur les start-ups que vous voulez, cela ne va jamais rivaliser avec le fait d’en exploiter une réellement. L’excellence découle de l’action continue, de l’apprentissage et de l’amélioration.

Alors, lorsque vous êtes incertain de votre prochaine étape, arrêtez de trop réfléchir et commencez simplement quelque part. Affinez au fur et à mesure. Le progrès crée une dynamique qui se nourrit d’elle-même.

La vie récompense les faiseurs plus que les planificateurs. La fortune favorise l’action par rapport à l’analyse. En cas de doute, lancez-vous.